Montceau – La Bouquinerie, au bonheur des rencontres

Police municipale, barriérage, des élus en grand nombre, des amis, des fidèles, le quai de Gaulle à Montceau-les-Mines a pris l’allure d’une réception chez l’ambassadeur vendredi en début de soirée.

Pourtant, nous sommes chez des gens simples et d’une modestie qui, aujourd’hui, mérite le plus grand respect. Corinne et José ne roulent pas sur l’or mais leurs paroles est d’or et quand il y a cinq ans, ils ont ouvert la Bouquinerie au Bois du Verne, c’est une mine d’or que le visiteur découvrait, même si parfois, il butait sur une pépite à terre, un livre rare ou une caisse de romans.

Les voilà désormais installés au coeur de ville, quai de Gaulle, un lieu qu’ils partagent avec Simone et Philippe, des collectionneurs de tout et sur tout. « Je vends pour toutes les bourses » précise Phil.

Corinne et José ont donc quitté le BDV pour se rapprocher de leur bébé, les puces populaires, tellement populaires qu’elles aussi, chaque premier dimanche du mois, ont délaissé leur lieu de naissance pour les quais.

Ils sont la preuve « qu’à Montceau-les-Mines, il se passe des choses même avec peu de moyen » attire l’attention Corinne Lardenois, émue de prendre la parole devant tant de monde à son écoute, madame le maire, Marie-Claude Jarrot, la première, « qui a toujours entendu nos propositions » mentionne la bouquiniste. Une femme heureuse que depuis 2019, « le mot bouquinerie a fait son apparition dans le dictionnaire ».

Les hommages pleuvent

Corinne et José ont traversé ces cinq dernières années avec « hauts et des bas », sans jamais renoncer, toujours en apportant des idées comme le marché du livre, celui des artisans, les puces. Des épreuves qui forgent le caractère. « Vous n’avez cessé de manifester. Parfois vos envies, vos demandes, vos interrogations. Parfois aussi votre colère ou votre impatience. Souvent enfin, vos convictions, vos attachements, vos priorités ou les valeurs qui vous animent. Parfois encore avec rudesse mais toujours avec respect. Ce respect qui vous caractérise et qui vous rend attachants » souligne Marie-Claude Jarrot. Bel hommage à ce couple de bouquiniste, « un magnifique métier » relève Corinne Lardenois.

Une bouquiniste très soucieuse de remercier ces femmes qui se sont toujours rendues disponibles à son égard, Marie-Noëlle (Laforêt), Christelle (Roux-Amrane) et Céline (Plasson), toutes admiratives de son travail. « Notre vie est faite de rencontres humaines et nous avons tellement à apprendre des autres » résume idéalement Corinne. « Vous êtes des sacrées nanas ». Même Gérard Gronfier, premier adjoint, a eu droit à son compliment. Un homme toujours présent « qui tente de réparer les bévues ».

« Nous avons fait une belle rencontre » lui répondent Marie-Noëlle, Christelle et Céline. « Montceau a la chance de vous avoir, vous qui mettez le livre à l’honneur » ajoute Céline qui termine par une citation d’Arlette Laguiller : « La lecture est une bonne façon de s’enrichir sans voler personne ».

Longue vie à La Bouquinerie et la Boutique de Phil.

Jean Bernard

 

2 commentaires

  1. Que va faire finalement Madame La Maire pour le quartier du bois-du verne qui devient un peu désert ?

  2. comme pour nous rien….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *