Montceau – Dans le secret le plus total

Silence on tourne, silence plateau, moteur.

Ce n’est ni Cinecita, ni les studios de la Victorine, encore moins Hollywood ou Bollywood, non c’est Chez Casimir… un studio indépendant accueillant la crème des scénaristes, éclairagistes, cameramen, décorateurs, assistant, monteurs, mixeurs, perchistes et ingénieurs du son de Ciné-Caméra-Club de Montceau.

Spielberg, Lucas, Jackson auraient bien voulu être aux manettes, mais c’est trop « velu » pour eux, fallait du solide, du lourd, du Bassin minier…

Silence plateau, Moteur, lumière, pas oublié la bière ?

Scène 2 prise 3, Clap, Action, 5, 4, 3… Coupez… C’est pas mal, mais… On va reprendre à partir de… plus fraîche la bière

Chez Casimir Kielbasa c’est un peu la folie, faut pas se trouver derrière une porte, dans le champ ou intervenir inopinément et comme un chien dans un jeu de quille « la zapette de la télé tu l’as mise où ? ». Il y avait de l’ambiance et de la bonne humeur ce lundi, mais c’est du sérieux de chez sérieux.

Le plan de charge était costaud : 27 plans à tourner pour un court métrage d’une dizaine de minutes. 15 participants, acteurs, metteur en scène, scénariste, clapman, script, cameramen. Plus c’est court en durée, plus c’est long à réaliser.

Mais là, tout s’est déroulé au millimètre et dans la bonne humeur.

Un seul regret de notre part : malgré notre insistance obstinée, limite même, nous ne sommes parvenus à connaître ni le titre du film ni le contenu du scénario.

Le secret a été parfaitement gardé et aucun des 15 membres présents n’a voulu vendre la mèche. Les seuls éléments tangibles de nos investigations pugnaces sont que le scénario est bâti sur une idée de Casimir Kielbasa, qui a outrepassé ses pouvoirs de président, du Ciné-caméra-club, pour s’autoproclamer acteur principal.

Mais joue-t-il parfaitement la comédie, ou est-il comme ça dans la vraie vie ? Les avis sont partagés, les critiques en ont même taillé deux fois leurs crayons avant de rédiger leurs chronique, bon signe ?

Il faudra une centaine d’heures pour monter ces 10 mn, avec un logiciel de montage à la portée de toutes les bourses et que l’on trouve facilement dans le commerce. On dit ça pour ceux qui ont une bourse à portée de la main.

Ce qu’il convient de retenir, c’est que ce court métrage sera le point fort du 53ème festival du club qui aura lieu le 6 novembre à l’Embarcadère (entrée gratuite).

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *