Montceau – CGT : un 1er mai sans récupération politique

En préambule,  la CGT signalait la fermeture d’un salon de coiffure rue Carnot à Montceau-les-Mines. 

Robert Wattebled et ses camarades de l’UL CGT et Mines énergie ont reçu ce lundi matin la presse pour faire le point sur la journée nationale d’action du 19 avril et du 1er mai prochains.
Une des informations importantes c’est lorsque Robert Wattebled informe la presse qu’un salon de coiffure situé rue Carnot vers l’angle des rues Carnot et Pierre Vaux a licencié son personnel sans préavis en leur prenant les clés et en fermant le salon. Il qualifie cette façon d’agir de méthode de voyous.
Le 19 avril la CGT promet de l’action, du nouveau et surtout du local. Les revendications des salariés des entreprises Eolane, Koné Crane, Bubendorff, etc. seront au cœur de la mobilisation.
La CGT affirme que l’emploi va mal sur le Bassin minier, que les conditions de travail et de salaire ne s’améliorent pas. 44 licenciés à la SIAP. Robert Wattebled insiste sur les méfaits de la loi sur la représentativité des salariés. Il prend l’exemple des papillons blancs où il y a 54 élus et mandatés et qui vont après les prochaines élections passer à 22.
Il parle de la reconquête de la représentativité majoritaire chez Michelin malgré la guerre totale menée au niveau des pré-protocoles avant élection entre la direction et les organisations syndicales complaisantes.
Le 19 avril, le rassemblement se tiendra à 15h00 devant la mairie, pas de récupération politique donc pas discours sur place, défilé et discours à la 9ème écluse. La CGT appelle à l’unité syndicale, à la convergence des luttes.
Le 1er mai, Fête de solidarité entre les salariés et non pas fête du travail, se tiendra à la maison des Syndicats comme à l’accoutumée, à 9h30, avec pot fraternel, diaporama de L’Institut d’Histoire Sociale sur mai 68, discours sur les marches, puis défilé jusqu’au monument aux morts de la mine, à une heure non communiquée, sans les élus. Madame le Maire n’est pas invitée, pas de récupération politique. Non seulement elle est refusée d’avance mais la CGT n’entend pas se laisser imposer sa présence.
La CGT appelle à cotiser à la cagnotte Leetchi lancée par les cheminots qui doit servir à appuyer la convergence des luttes.
A suivre

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.