Montceau – CGT : le ras le bol des retraités mal payés

Alain Daventure, secrétaire général du syndicat multipro CGT de Montceau n’y va pas par quatre chemins devant les camarades quand il s’agit de s’exprimer sur les retraités: « Nous allons lister les saloperies depuis 2013, date de la dernière augmentation des retraites ».

Il est clair et depuis un certain temps déjà que les retraités en général et ceux de la CGT en particulier ne cessent de manifester leur mécontentement au gouvernement actuel après leur perte de pouvoir d’achat avec le 0.3% de hausse de la taxe pour financer la dépendance et, surtout, l’augmentation au 1er janvier 2018 du taux de la CSG de 1.7%.

« Si je prends mon cas personnel, je perds 20 € par mois et ma femme 51 € » précise le secrétaire général qui estime aussi que les retraités vont encore grincer des dents avec le prélèvement à la source de l’impôt. « Chaque mois ils vont voir cette baisse de revenus sur les relevés bancaires ».

Pourtant les retraites vont augmenter entre 2019 et 2020, une hausse de 0.3% « alors que l’inflation de juillet 2017 à juillet 2018 est de 2.3%, nous allons encore subir une baisse du pouvoir d’achat ». Sans compter les augmentations des taxes sur le carburant ! Et pas d’augmentation des retraites complémentaires depuis trois ans, et le projet de la retraite à point, « un bouleversement total, c’est la fin de la solidarité intergénérationnelle, et la disparition des régimes spéciaux comme celui des mineurs qui concerne encore « 1500 personnes sur Montceau », indique Alain Daventure, et la pension de reversion  avec le projet d’un plafond pour les fonctionnaires…

Toutes ces mesures défavorables concernent sur le Bassin Minier « 18 000 personnes de 60 ans et plus. Quand on fait des rassemblements, ils sont où ? »

« Les gens sont résignés » répond Bruno Silla. « Ce qui est déterminant, c’est justement la pression des gens. Alors réveillez-vous » reprend Bruno Germain.

Une démobilisation ? « Encore faut-il les mobiliser. On leur pique entre 500 et 800 € par an et il ne se passe rien » s’indigne Gérard Foucherot. « 16 millions de retraités en France, c’est une force silencieuse qui ne s’exprime pas ».

Défendre les droits des retraités CGT devient un vrai métier mais mal payé !

Jean Bernard

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *