Montceau – Accary, l’homme qui dit qui fait

Montceau-les-Mines grâce au centre de santé départemental va compter trois médecins généralistes supplémentaires. Un, dès le 29 juin prochain, deux autres à la rentrée.

Sur le canton de Montceau-les-Mines/Saint-Bérain-sous-Sanvignes, nous connaissons les deux élus départementaux de la majorité, Marie-Thérèse Frizot et Lionel Duparay, par ailleurs conseillers municipaux montcelliens. En revanche, André Accary, le président du Département, même si nombreux sont ceux qui en entendent parler, se montre plutôt discret sur le canton en question. Et pourtant.

Sa présence jeudi soir au centre nautique à l’occasion du bilan à mi-mandat de l’action du Département, a permis de découvrir l’homme. Un homme qui fait de la politique, certes mais qui entend bouleverser les codes établis. S’il n’a pas le droit, il prend le gauche. Sans jeu de mots.

La preuve en image avec la création du centre de santé départemental. Pas de la compétence du Département, lui a-t-on rétorqué. Qu’importe, André Accary aux allures de Michel Barnier _ qui conduit les négociations avec le Royaume Uni sur le Brexit _ passe alors par la fenêtre et met son projet à exécution.

Il est parti d’un constat, qu’en Saône-et-Loire avec 800 médecins généralistes dont la moitié partirait en retraite prochainement, « si on ne faisait rien, on courait à la catastrophe ». S’il fallait compter sur l’ARS (agence régional de santé), pour lutter conte la désertification médicale, ça se saurait !

Contre vents et marées, le Département partait donc « à la chasse » aux médecins généralistes. Des médecins, grâce au centre de santé départemental donc employés par le Département, n’auraient qu’une tâche, celle d’exercer le métier de médecin et rien d’autre, sans se préoccuper de la paperasse administrative qui a conduit, notamment à Palinges à la perte des médecins en place d’ici fin juin.

« Il est impensable qu’en Saône-et-Loire on ne puisse pas avoir accès aux soins » insiste André Accary.

Après les médecins, les Ehpad

Digoin inaugurait son centre de santé territorial le 25 janvier dernier, Autun suivait le 16 février, Chalon-sur-Saône le 30 mars et Montceau-les-Mines, aura le sien à partir du  29 juin prochain dans les locaux de l’ancienne crèche rue de Bourgogne. « Dès l’ouverture, nous aurons un médecin, deux autres arriveront à la rentrée » précise le président. Un véritable soulagement pour les Montcelliens et pour Blanzy qui fera office d’antenne (45 sont implantées sur le territoire) qui mettra à disposition un cabinet médical à la résidence Jean Rostand.

Le centre de santé départemental est donc une première en France et est cité en exemple « grâce notamment à la presse » glisse Accary. A Paris, d’où revient Marie-Claude Jarrot _ invitée par Macron à la présentation du plan banlieue _ , « on parle de cette initiative ». Alors si on en parle à Paris…

A ce jour, le Département a recruté dix médecins, il en faut trente pour arriver à l’équilibre. « Mais s’il en faut davantage, nous poursuivrons » assure le président qui précise aussi, « ce projet est en complément aux initiatives privées ».

Autre cheval de bataille d’André Accary, les Ehpad au nombre de 91 en Saône-et-Loire. Inutile de le préciser, il existe un vrai malaise de gouvernance au sein de ces établissements « qui ne me convient pas ». Son idée, que le Département prenne seul les commandes des Ehpad même si la loi ne l’y autorise pas. « Faisons un test à partir de l’an prochain » propose-t-il.

Accord ou pas, quand Accary dit, Accary fait.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *