Même pour les plus anciens, il nous accompagnait depuis 71 ans

L’immarcescible Pierre Bellemare, que l’on croyait immortel, vient de tirer le rideau devant le petit écran ce 26 mai.

La ménagère (de +ou- 50 ans) fan de téléachat et amatrices d’histoires extraordinaires et macabres est en deuil.

Avec la disparition de Pierre Bellemare c’est une page de l’histoire de la télévision et de la littérature grand public qui se tourne.

Cette légende vivante de la lucarne magique, être polyvalent, écrivain, homme de radio, chanteur, conteur, animateur et producteur de télévision a débuté en 1947, à 18 ans, comme assistant de Pierre Hiegel (son beau-frère), alors chef des programmes de Radio Luxembourg.

En 1954 sa carrière démarre avec la rencontre de Jacques Antoine (150 jeux télévisés et radiophoniques. Les plus célèbres : La Tête et les Jambes, Le Schmilblick, Les Jeux de 20 heures, La Course autour du monde, La Chasse aux trésors, L’Académie des neuf, Tournez manège et Fort Boyard),

Pierre Bellemare fut le premier à avoir importé l’usage du prompteur depuis les USA.

Sa première émission-jeux fut Télé Match, sur la chaîne unique en noir et blanc. Ensuite ce ne furent que des émissions cultes, en dehors du Téléachat bien sûr et des enquêtes impossibles ou de « Pierre Bellemare raconte… la Seconde Guerre mondiale » : La Tête et les jambes, La Caméra invisible, Pas une seconde à perdre, Histoires vraies, Pièces à convictions, etc.

On peut aussi retenir une de ses premières émissions radiophoniques : l’émission « Vous êtes formidables » qui faisait appel à la solidarité des auditeurs pour venir en aide aux sans-logis et autres problèmes. Elle a permis de sauver le club de foot du Havre, mais aussi de créer le PSG.

Que ce soit comme animateur, co animateur, témoin, écrivain, etc. Pierre Bellemare a accompagné des générations de Français depuis 71 ans… et oui c’est mon dernier prix 71 ans et en coffret collector.

Heureusement, il est quand même immortel grâce aux milliers archives sonores et vidéo.

Mais pour beaucoup, sniff il est parti

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.