•  

Médicaments, vaccins, recherche, rien ne va plus pour la CGT

Photo illustration.

Communiqué de la CGT du bassin montcellien.

Quand l’industrie pharmaceutique

met la santé en danger

Alors que la France est le sixième pays le plus riche du monde, elle accuse un retard dans la recherche sur les vaccins et le nombre de ruptures de médicaments augmente : 44 en 2008, 1200 en 2019.
Depuis les années 90, la France investit 2,2 % de son PIB dans la recherche, alors que la plupart des grandes puissances économiques sont au-dessus de 3 %.
À titre d’exemple, la dotation d’argent public pour la recherche biomédicale a baissé de 28 % en dix ans, alors qu’elle a augmenté de 11 % en Allemagne et de 16 % au Royaume-Uni.
Les moyens de la recherche se sont taris, inhibant ses principes de base : créativité, curiosité, risque d’échec.
Aujourd’hui, de nombreux contrats de recherche sont à durée déterminée et maintiennent les chercheurs dans la précarité.
Lorsque la recherche parvient malgré tout à innover, des start-ups s’emparent de ses résultats. Poussées par des objectifs de rentabilité rapide, ces entreprises éphémères n’ont aucun souci de santé publique.
Dans le cas des vaccins, bien que les recherches aient été financées quasi exclusivement par les Etats, les brevets restent la propriété exclusive des laboratoires.
La recherche privée ne se porte guère mieux, malgré son financement par le Crédit Impôt Recherche. Alors que l’industrie pharmaceutique a bénéficié d’une grande partie des 6 milliards et demi d’euros de CIR (Le crédit d’impôt recherche), ses effectifs de chercheurs ont été divisés par deux, passant en 10 ans de 24 000 à 13 000.
Depuis l’entrée en bourse des laboratoires, le montant des dividendes passe devant l’investissement dans la recherche, l’outil de production et les effectifs.
En 30 ans, le nombre des entreprises installées en France a diminué de moitié, nous exposant au risque de pénurie.
La CGT porte le projet d’un Pôle de Santé Public, qui organiserait l’offre de soins en fonction des besoins. Sous tutelle du ministère de la Santé, ce Pôle de Santé Public serait organisé par la Sécurité Sociale, instance démocratique où sont représentés les travailleurs. Un secteur « développement » permettrait de passer de la recherche à la production dans le respect des travailleurs et des besoins des citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *