Mecateamcluster – Le pont des Chavannes, numéro 50, au parfum du XXIe siècle

Quand il était dans son jus _ il date des années 1920 _ , il aurait très bien pu faire office de décor naturel dans « On a perdu la 7e compagnie ». C’est tout juste si ce mardi matin le sergent-chef Chaudard n’allait pas apparaître derrière un bosquet.

Autant dire que ce pont situé aux Chavannes, véritable ouvrage d’art numéroté 50, quatrième du nom sur le site, avait besoin d’un sérieux lifting. Le remettre au parfum du XXIe siècle.

Ce pont d’une hauteur de 20 mètres et d’une longueur de 79 mètres, franchit à la fois une route, la rue des Chavannes et la Bourbince mais, surtout, il est l’une des portes d’entrée au site du projet déjà bien avancé du Mecateamcluster, ce lieu de conception, fabrication et maintenance d’engins de travaux ferroviaires.

Construit en béton armé, malgré le poids des ans et ces wagons du temps des Houillères qui l’ont traversé, il s’avère en excellent état. Toutefois, avec l’arrivée sur la plateforme des Chavannes de l’entreprise Erion qui assure l’entretien des plus grosses locomotives diesel avec un poids à l’essieu de 25 tonnes, il devenait impératif de rénover ce pont, de le renforcer structurellement par des fibres de carbone collées sur le béton. Il a même été nécessaire de déplacer la conduite de chauffage urbain qui alimente le centre hospitalier de Montceau, installé sur le pont.

De tels travaux sont imposants, impressionnants et le montant arrive à 780 000 €. « Le reconstruire aurait coûté dans les 2 M€ » assure une technicienne de la société Freyssinet basée à Lyon, grande spécialiste des ouvrages d’art.

Le pont numéro 50 sera totalement rénové et consolidé, équipé de nouveaux rails d’ici octobre.

C’est donc un chantier très important, autant par les travaux que l’aspect stratégique que David Marti, président de la communauté urbaine Creusot Montceau et Jean-Claude Lagrange, président de la SEMCIB (Société d’économie mixte pour la Coopération industrielle en Bourgogne) mais également vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté en charge du développement économique, ont pris plaisir à visiter ce mardi matin.

Jean Bernard



Le mecateamcluster c’est quoi ?

CONTEXTE

Ancienne friche industrielle des Houillères, le site des Chavannes à Montceau se développe au fil des ans, grâce à la construction de structures qui constituent la plateforme ferroviaire mutualisée de Mecateamcluster. Grappe d’entreprises de plus de 100 adhérents, Mecateamcluster développe des collaborations dans les domaines de la conception, de la fabrication et de la maintenance d’engins de travaux mobiles de la filière ferroviaire. Reliée au réseau ferré national, cette plateforme est née d’un partenariat réunissant des fonds publics et privés pour financer l’implantation de bâtiments permettant la maintenance et l’entretien des engins ferroviaires, la création d’entreprises et la capacité à proposer des formations initiales ou continue pour les métiers du ferroviaire.

REMISE EN ETAT DU SITE DES CHAVANNES PAR LA COMMUNAUTE URBAINE

A partir de 2012, la communauté urbaine réalise un important programme de travaux pour remettre à niveau le site des Chavannes, rénover et compléter ses infrastructures afin de permettre le développement industriel d’une plateforme mutualisée de maintenance pour les engins de travaux mobiles de la filière ferroviaire sur le site des Chavannes à Montceau. Sur la période 2012-2020, ces travaux s’élèvent à 5,6 millions d’euros HT, subventionnés à hauteur de 1,9 million par l’Union européenne dans le cadre du Feder et de 1,3 million d’euros par la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Ces investissements ont permis de :

  • libérer le site des vestiges hérités des Houillères : enlèvement d’anciennes voies ferrées et de 240 wagons qui encombraient le site,

  • défricher le site (enlèvement des arbres et des souches) et de le niveler,

  • viabiliser le site : mise en place des réseaux d’électricité, d’eau potable et pluviale, d’assainissement, de fibre optique et de téléphone,

  • de rendre le site accessible depuis le réseau ferré national grâce à la construction ou la rénovation de voies ferrées et de 4 ponts répondant aux normes européennes actuelles,

  • de réaliser des infrastructures spécifiques pour les organismes de formation.

Le détail des travaux

  • Le pont 42 (2013)

Le pont 42 constitue la « porte d’entrée » au site des Chavannes car il relie la voie ferrée nationale (en aval de la gare de Montceau) à la future plateforme de Mecateam. Il franchit à la fois le canal du Centre et la RD 974, dénommée à cet endroit « quai du Nouveau Port ».

  • Le « pont tiroir » (2013)

Le pont dit « tiroir » est un pont stratégique dans la mesure où il permet aux engins ferroviaires de repartir en sens contraire une fois arrivés au bout du « tiroir ». Il permet donc à l’ensemble du site d’être embranché fer et servira notamment à la desserte des ateliers de maintenance et de peinture. Il sert également d’accès pour l’entreprise Novium.

Compte tenu de l’état de dégradation avancée du pont et de son gabarit (voie routière unique à sens prioritaire sous l’ouvrage), il a été décidé de le démolir et de construire un nouveau pont permettant une circulation sécurisée à la fois des poids lourds et des piétons sous l’ouvrage.

  • Le pont 52 (2015)

Ce pont interne à la plateforme des Chavannes permet de desservir, via le fer, la partie haute du site, qui accueille un atelier de maintenance de locomotives.

Compte tenu de l’état de ce pont et de son incompatibilité avec le développement de la plateforme, le choix a été fait de démolir le pont existant et de reconstruire un ouvrage plus adapté. La voirie qui passe sous ce pont permet désormais la circulation des poids lourds sur la partie haute du site.

Ce pont permet également un accès ferroviaire et désormais routier adapté aux besoins de l’atelier de maintenance dans la partie intermédiaire du site des Chavannes.

  • Réhabilitation des voies ferrées (2012-2013)

Les principales voies ferrées qui desservent l’entreprise Novium et la partie haute du site des Chavannes et permettent des connexions ultérieures vers l’Essertot et Lucy ont fait l’objet de travaux ponctuels de remise en état tant au niveau des rails que des traverses et des divers aiguillages.

  • Création de voies ferrées « écoles » (2012-2013)

Le site des Chavannes offre la possibilité de se former sur trois voies ferrées « écoles » et un passage à niveau pédagogique.

    • Deux voies ferrées existantes ont été remplacées par des voies de type « ligne classique ».

    • Une troisième voie, de type « ligne TGV » a été créée.

Tous les 20 à 50 mètres, la nature des rails, des traverses, des attaches entre rails et traverses diffère afin d’offrir aux personnes en formation un panel le plus complet possible des différents équipements existants sur le réseau ferré national. Chacune des voies est également équipée de caténaires de nature différente.

MECATEAMPLATFORM : LA PLATEFORME MUTUALISEE POUR LA MAINTENANCE D’ENGINS DE TRAVAUX MOBILES DE LA FILIERE FERROVIAIRE

Mecateamcluster pilote le développement industriel d’une plateforme mutualisée de maintenance pour les engins de travaux mobiles de la filière ferroviaire sur le site des Chavannes à Montceau.

Ce projet, d’un montant global de 18,7 millions d’euros, a été labellisé par l’Etat dans le cadre du programme des investissements d’avenir en 2014. Il bénéficie à ce titre d’une subvention de plus de 7 millions d’euros pour accompagner le développement des infrastructures.

Le développement des infrastructures est mis en œuvre par la Société d’économie mixte pour la coopération industrielle en Bourgogne (SEMCIB), créée début 2015, qui a pour objet principal d’assurer le développement du site en cohérence avec les attentes de la filière. Son actionnariat est composé de collectivités (communauté urbaine Creusot Montceau, Région Bourgogne-Franche-Comté, Conseil départemental de Saône-et-Loire), d’entreprises (grands groupes nationaux, PME et TPE locales), de partenaires institutionnels et de banques.

Cette plateforme se compose d’une halle de maintenance (révision du matériel…) et de conception de nouveaux matériels et de bâtiments dédiés à la formation. L’intérêt pour les entreprises qui ont recours à cette plateforme est notamment de bénéficier d’une concentration de services dans un même lieu et ainsi de réduire les délais d’immobilisation de leurs engins de travaux ferroviaires.

La halle de maintenance

Bourreuses, régaleuses, pelles rail-route, wagons techniques… Ces engins interviennent au quotidien sur les chantiers ferroviaires. Ils permettent d’entretenir les voies ferrées, de poser les caténaires, de renouveler le ballast…

Depuis mai 2018, ces engins de travaux ferroviaires peuvent être pris en charge par la première halle de maintenance mutualisée de Mecateamcluster, aux dimensions impressionnantes : 110 m de long, 30 m de large, 10 m de hauteur, 4 fosses d’entretien d’engins ferroviaires.

Cette infrastructure construite en 9 mois représente un investissement de 6,2 millions d’euros.

La halle de maintenance est pensée pour être extensible, de sorte à pouvoir doubler les dimensions de la partie industrielle si besoin.

Campus Mecateam : un centre de formation initiale et continue

Le campus de formation, dont la construction a démarré en juin 2018, a ouvert ses portes à l’automne 2019. Labellisé Programme investissements d’avenir « Partenariats pour la formation professionnelle et l’emploi », ce centre de formation, conjugue théorie et pratique sur un même site pour accueillir aussi bien des étudiants en formation initiale que des salariés en formation continue.

Les stagiaires peuvent pratiquer sur 3 voies-école construites par la communauté urbaine, où ils peuvent se familiariser avec les équipements du réseau ferré national (traverses, caténaires, passage à niveau…).

IMPLANTATION DE L’ENTREPRISE ERION

La société Erion France a démarré, mi-2018, la construction de son premier centre dédié à la maintenance de locomotives diesel de forte puissance, devenu opérationnel en juin 2019. Cette entreprise espagnole a choisi le site de Mecateam pour son embranchement au réseau ferré national, sa localisation stratégique sur l’axe de fret français, la concentration de savoir-faire pointus dans des métiers connexes à celui d’Erion, l’offre de formation.

L’investissement global s’élève à 10,25 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *