Lycée Haigneré – Des musiciens à la mine d’enfer

« Non, j’ suis au fond d’ la mine, j’ pousse des wagonnets ! » Difficile par cette réplique, des paroles d’une chanson écrite par Jean-Marc Reiser de deviner le lien avec le lycée Claudie Haigneré à Blanzy.

La chanson et le lycée ont pourtant un point commun qu’il faut, certes, aller chercher très loin… au fond de la mine précisément.

Explications.

Bruno Grandi, anime au lycée un groupe de musiciens et comme l’an dernier, ils vont participer à L’échappée musicale, concours musical organisé par la Région Bourgogne – Franche-Comté pour les lycées. Un groupe se forme, compose un morceau avec des paroles en français, tourne un clip et propose également deux reprises à un jury.

L’an dernier, Génération Z avec sa chanson Yellow Reggae et un clip tourné au Baraillot a terminé 6e sur 40.

Le nouveau groupe vient tout juste de commencer les répétitions et a jeté les premières bases musicales. La musique d’un côté, les paroles de l’autre avec pour thème la mine. « C’est tout simple, explique Bruno Grandi, nous tournerons le clip au musée de la mine ». D’où « Non, j’ suis au fond d’ la mine, j’ pousse des wagonnets ! »

Dans la petite pièce à droite du hall d’entrée du lycée, ils répètent. Kylian, le trompettiste a remis le couvert, il était déjà là dans la première Echappée. La dernière, il est en terminal. Justine au chant est dans le même cas. Ils entourent les « p’tits » nouveaux, Quentin (batterie), Amandine et Joris (percussions), Lucas (chant), Chloée (guitare, douze ans de classique derrière elle) et Esteban, le néophyte (basse). Il a pincé ses premières cordes il y a à peine quinze jours. Non seulement il a le look et bientôt, il va pouvoir balancer du gros son et une reverb plus importante.

A raison de trois répétitions par semaine, autant que possible, la « sauce » va très vite prendre. Et puis avec Bruno Grandi aux manettes qui respire la musique comme d’autres collectionnent les Ballons d’or, L’échappée musicale va vite prendre une belle avance sur le reste du peloton.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *