Le retour de l’actionnaire chinois – Le personnel de Gerbe rassuré

« Attendez, il faut que je traite une commande avec l’Allemagne ». Chez Gerbe, à Saint-Vallier, le service commercial est au travail. Audrey Ramage est également représentante du personnel et comme tous les salariés de la manufacture, depuis la mise en redressement judiciaire en avril dernier, « nous avons eu de gros doutes », exprime-t-elle avec cependant un sourire. « Aujourd’hui, ajoute-t-elle, nous sommes heureux de poursuivre l’aventure ».

En effet, le 18 juin, le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône a tranché. Il a rejeté les offres des Ateliers Peyrache et  Kindy pour finalement retenir le projet économique de la famille Yang, ce même actionnaire arrivé en 2015 à Saint-Vallier (lire par ailleurs).

« Nous avions des projets inachevés, alors le retour de M. Yang est une très bonne nouvelle d’autant plus que l’essentiel de l’emploi est sauvé et notre savoir-faire également. C’est super pour tout le monde », souligne Audrey Ramage.

Faire du business en Chine même pour un actionnaire chinois, c’est compliqué. « Signer des contrats de distribution sur le marché asiatique n’est pas simple mais vous voyez, c’est possible ». Même impossible n’est pas chinois.

« Désormais le personnel est rassuré » poursuit encore la commerciale.

Enfin une bonne nouvelle en cette période très incertaine de l’économie française en raison du covid.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *