Le Magny, terre de réveillon des gilets jaunes

Gilet jaune ou pas gilet jaune, chacun d’entre vous a franchi la frontière entre 2018 et 2019. La nouvelle année est arrivée avec toujours cette même effervescence, cette même frénésie, ce même enthousiasme de vivre cette étape avec l’espoir de vivre des jours meilleurs.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, depuis novembre dernier, une colère a éclaté, chacun a pu en mesurer l’ampleur, sa légitimité et pour certains ses conséquences pas toujours tolérées et appréciées.

Les gilets jaunes du Magny ont réveillonné à leur manière, sur leur camp, dans leur cabane et autour du feu. Rien d’extraordinaire mais un moment que beaucoup n’auraient même pas envisagé de partager il y a encore quelques semaines de cela.

Une bûche faite maison avec l’inscription « 2019 on lâche rien », des chansons de Brel, Aznavour, Johnny, Renaud pour donner le ton, les discussions à n’en plus finir sur la lutte à poursuivre, des idées à faire suivre et, surtout, une camaraderie, une fusion et effusion aux douze coups de minuit, une osmose entre des hommes et des femmes dont le seul bien, cette nuit-là, a été cette fraternité. « C’est même romantique » lâche un gilet jaune ému de la situation.

Ils ont ri, chanter, trinqué avec leur tunique jaune sur le dos. Une nuit pas comme les autres pour des êtres comme tous les autres mais avec une vision d’une vie différente des autres.

Comme Armstrong et son premier pas sur la Lune voici bientôt 50 ans, l’empreinte des gilets jaunes sur cette terre du Magny n’est pas prête de s’effacer. L’année 2019 ne fait que commencer.

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Bonne et heureuse année 201 à tous les GJ , ne lâchez rien
    chez rien

  2. Loin du camp du Magny, je n’ai pas pu vous témoigner ma sympathie et mon soutien ni vous présenter mes vœux. Je le fais aujourd’hui.
    Que cette nouvelle année de revendications et de lutte pour la justice sociale soit une réussite pour vous et vos proches.
    .
    Traçons notre voie vers un objectif commun et ne lâchons rien face à l’adversité.
    .
    Amitiés revendicatives.

  3. Je suis avec vous tout cœur moi qui est vécu au magny Rue des Georges il y’a 20 ans maintenant
    Lahcene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *