Le Magny, morne plaine

La tristesse est embuée de mélancolie. Ce matin au Magny, il ne neige pas, pas de trace de ces grognards qui un matin du 17 novembre 2018 ont enfilé ce gilet jaune synonyme d’idées voraces qui sommeillaient, insouciantes et insidieuses.

Longtemps, trop longtemps, ils se sont tuent. Ils avaient besoin de carburant, d’un détonateur, d’une mèche lente pour allumer cette constellation de gilets jaunes.

Le Magny a été leur patrie sur ce bout de terre noire, ils l’ont occupé, trituré, malaxé avant de l’abandonner.

L’expiation, le poème de Victor Hugo retrace la déchéance de Napoléon, de cette campagne de Russie, de la déroute de l’armée.

Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine

Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine 

Le Magny ! Le Magny ! Le Magny ! morne plaine. Le Magny, un plateau funèbre où le clairon a baissé le son et le drapeau est en berne. Paysage désolé sous un ciel noir, ténébreux.

Le mouvement populaire des gilets jaunes a dévoré des hommes, des femmes. Héroïques par instants. Aujourd’hui l’audace s’effrite, lentement, inlassablement.

Ils veulent toujours croire à des lendemains meilleurs, plus justes. La campagne du Magny va cesser et les combattants se relever. Où, comment ?

Jean Bernard

5 commentaires

    • panpan cucul….

    • Marre d'être menotté

      Pourquoi enfin ? Grâce à eux certaine personne ont le droit à une prime plus une prime plus heures sup défiscalisées plus …..vous dites enfin, parce que peut etre ( je dit peut etre ) vous avez plus que avant et que vous avez peur de gagner moins. Mais beaucoup de personnes ne gagnent que le smic et les heures supplémentaires et les primes dans le c..

  1. Christian Desbrosses

    Je pense que Victor Hugo était plutôt bien en orthographe. Il a donc écrit: « une urne trop pleine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *