Le Creusot – La révolution douce de Charles Landre

« Avec lui, on va gagner ». Lui, c’est Charles Landre. Gagner, la mairie du Creusot. Voilà les premiers mots d’un élu montcellien après les voeux et surtout les prémices du programme de l’opposant numéro un à David Marti.

Le discours de Charles Landre, un discours de leader, a réchauffé l’assistance venue nombreuse l’écouter. Des paroles offensives que militants LR et sympathisants de la communauté urbaine ont donc accueilli comme une gorgée de miel, douce et régénératrice.

Le jeune élu, 31 ans et ancien collaborateur de Dominique Perben, ne fait pas dans la demi-mesure quand il parle de la majorité municipale du Creusot qu’il considère  ringarde, dépassée, « qui se comporte comme un clan » avec des petits arrangements entre amis.

Lancement du mouvement « Ensemble »

C’est donc un grand coup de balai  que souhaite donner Charles Landre dans la vie politique locale. Mais avant de renvoyer David Marti dans l’opposition, il lui faut rassembler et proposer un programme, « un projet pour notre ville ». D’où le lancement imminent de son mouvement « Ensemble ». « Un mouvement d’idées, pas un parti politique » s’empresse-t-il de préciser pour « ensemble réfléchir et proposer des solutions concrètes et tracer un projet cohérent, un mouvement pour nourrir le débat public ».

Le travail a déjà commencé avec des ateliers de travail qui vont s’étoffer et « construire un programme avec tous les habitants qui le souhaitent d’ici juillet ».

Charles Landre donne néanmoins des directions à suivre comme redonner de l’attractivité au Creusot qui « géographiquement est idéalement située »,  qu’elle redevienne une ville innovante, une ville économique tout en ayant une vision de l’urbanisme et du territoire avec un grand plan du patrimoine, « que la place Schneider puisse être le lien central de la vie creusotine ».

Un axe de réflexion, la gratuité du transport en commun

C’est également accompagner la vie culturelle et sportive, « que Jean Garnier  soit un vrai espace sportif avec un stade rénové » et, surtout, « ne pas oublier d’intégrer la jeunesse », tout en étant attentif « aux personnes les plus fragiles, les personnes âgées ».

Autre chantier en devenir et non des moindres, les transports avec les voies douces, le vélo et les pistes cyclables et le transport collectif qui n’a pas de lignes adaptées. Charles Landre est prêt à lancer une révolution dans ce domaine. « Nous devons réfléchir à la gratuité du transport en commun ». Ni plus ni moins.

Six mois ne seront pas de trop pour affiner ce programme ambitieux « pour transformer notre ville, pour qu’elle vive », déclare celui qui, s’il est élu, veut établir une confiance et une transparence sans faille. « Je m’y engage ». Et pas question de cumuler les fonctions. En aucun cas Charles Landre ne pourrait être également président de la communauté urbaine. Un message à ses alliés montcelliens ?

L’ambition de Charles Landre à la mairie du Creusot va dans le même sens pour dépoussiérer la CUCM. Sa tâche semble ardue, le travail colossal mais sa volonté surmultipliée.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. et si les élus montcelliens s’occupaient plutôt de leur ville????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *