La France Insoumise toujours sur le terrain

Communiqué – Le 14 septembre 2018, s’est tenue la réunion de rentrée des groupes d’actions Montcellien de la FI.

Si trois insoumis étaient excusés, 2 nouveaux insoumis, Yanis et Véronique étaient présents.

Premier sujet abordé : la prochaine convention de la FI qui se tiendra en décembre, un long temps d’échanges a lieu.

Deuxième sujet portant sur l’actualité récente, la marche sur le climat, ainsi que sur la démission du ministre de la transition écologique !

Il apparaît vite au cours de la discussion que la question écologique est au cœur des programmes politiques. Cela induit un débat sur la journée mondiale de lutte contre les déchets qui débouchent sur des interrogations concernant les modes de productions capitalistes, la prise de conscience indispensable et les problèmes posés par la surproduction de plastique.

Un sujet qui tient vraiment à cœur chacun des membres du groupe d’action Montcellien; la lutte contre la pauvreté qui elle aussi est une urgence absolue

Constatation : force est de constater que comme l’écologie la question sociale est antinomiques avec le capitalisme !

Puis parce qu’il faut faire de la politique et se préparer aux échéances, les élections européennes de mai 2019 ont été abordées avec comme angle convaincre de la nécessité de l’inscription sur les listes électorales pour ceux qui n’y sont pas, et d’aller voter pour ceux qui ne se rendent pas aux urnes.

La deuxième partie de la réunion a porté sur la deuxième lecture du projet de loi agriculture et alimentation qui est revenu à l’Assemblée nationale après un passage au Sénat.

Cf. Bastien Lachaud, Nos parlementaires, première lecture épique au mois de mai 2018.

En deuxième lecture, seules les dispositions votées différemment dans les deux assemblées sont susceptibles d’être modifiées : c’est la règle de l’ « entonnoir » qui empêche également d’aborder un sujet qui n’est pas déjà compris dans le projet de loi. Les possibilités d’amendement sont donc limitées.

Bastien Lachaud a pris la parole le 14 septembre lors de la deuxième lecture du projet de loi EGAlim sur l’agriculture et l’alimentation.
L’amendement qu’il devait défendre est tombé à cause de l’adoption d’un amendement antérieur, et n’a donc pas été discuté en séance. Cependant, un amendement sur le même sujet, quoique moins ambitieux, a été voté allant dans le sens de nos arguments ! C’est un début encourageant.
Mais on ne peut s’en contenter, l’amendement présentant seulement une expérimentation sur 2 ans, et imposant peu de menus végétariens.
CF.
Notre amendement tombé, L’ amendement adopté.

Bastien Lachaud a pris la parole pour défendre la transparence sur l’étiquetage alimentaire, que soient indiqués clairement le nombre d’intermédiaire, si les animaux ont été nourris aux OGM, si les produits ont été glyphosatés, etc.
Cela semble relever du bon sens le plus évident, mais la majorité a rejeté cet amendement au motif du marché européen. Bel exemple de l’Europe qui protège !
Notre amendement est rejeté, ce qui confirme la mollesse du projet de loi, et éloigne de la transition écologique. Nous continuerons à défendre une société durable.

Le groupe d’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *