La CGT pointe les ratés de la campagne de vaccination

Communiqué de la CGT du bassin montcellien.

VACCINS : des biens communs mondiaux !

Il faut lever les brevets, planifier la vaccination !

En décembre, à la CGT, nous nous inquiétions de la politique marchande menée par le gouvernement pour la vaccination des français. Depuis, malgré les annonces, malgré la situation sanitaire alarmante, malgré les près de 3 millions de cas de COVID
et les plus de 78000 morts du virus en France, rien n’a changé dans le logiciel d’action du gouvernement. La campagne de vaccination française, est la plus lente d’Europe.
Il y a en effet urgence à mettre en place une politique planifiée et organisée répondant aux besoins sanitaires et non à ceux du capital.
Dans le cas de virus comme la Covid, c’est le principe d’immunité collective qui permet de bloquer leur circulation. Plusieurs observateurs annoncent un taux de 60% comme seuil d’immunité collective. Or, pour atteindre le seuil de 60%, il faut mettre en place une politique d’envergure que le gouvernement encastré dans ses croyances libérales ne parvient pas à construire.
Le gouvernement a choisi de confier la gestion de sa campagne de vaccination par le cabinet américain privé McKinsey niant toutes les qualifications offertes par l’Administration publique.
Bien connu des milieux d’affaires, ce cabinet se fait payer 2 millions d’euros par mois. Pourtant sa stratégie est un échec cuisant que l’on pense à la distribution des matériels et vaccins sur le territoire ou encore son incapacité à mettre en place la chaine du froid essentielle au stockage des flacons.
Au-delà de cette gestion dramatique de la campagne de vaccination, le pays essuie surtout depuis quelques semaines une pénurie de vaccin avec des centres de vaccination à l’arrêt, dans l’attente de livraison !
Des inégalités mondiales qui seront extrêmement coûteuses à long terme alors que nous savons que la pandémie a pu s’étendre grâce à la globalisation, nous craignons toujours que les pays les plus pauvres n’aient pas accès aux vaccins avant plusieurs années.
En effet après que les pays les plus riches aient mis la main sur l’écrasante majorité des premiers stocks de vaccins homologués, les multinationales, comme Pfizer ou AstraZeneca, annoncent des retards dans leurs livraisons aux États-Unis ou en Europe. Les pays avec les revenus plus faibles voient dès lors leurs perspectives d’accéder aux vaccins s’éloigner encore plus.
L’OMS a mis en place le dispositif Covax devant permettre de mutualiser des fonds des pays riches pour la vaccination des pays les plus pauvres, des dizaines de milliards d’euros promis par les pays riches n’ont toujours pas été versés. Seuls 40 millions de doses ont été négociées à l’heure actuelle entre l’OMS et les laboratoires Pfizer et BioNTech, pour répondre aux 92 états
inscrits comme bénéficiaires du Covax. C’est une catastrophe !
Ces inégalités auront un coût énorme sur le long terme. En effet, d’après une étude du réseau international des chambres de commerce, cette incapacité des grandes puissances capitalistes à assurer un accès égal sur toute la planète aux vaccins et à verser les 23 milliards d’euros indispensables au Covax risque de prolonger la pandémie avec des effets estimés à minima à plus de 4000 milliards d’euros !!

Un commentaire

  1. Encore une fois la cgt attaque dans le vent. Son dada c’est le gouvernement et les vaccins ! Si il est vrai que nous avons la palme de la lenteur il y a d’autres sujets plus proches.
    Par exemple attaquer les représentants de la CCM qui ont voté un impôt nouveau !
    Mais là silence et tout le monde sait que qui ne dit mot consent !
    Vous feriez bien de ne pas avoir les reproches sélectifs car vous vous montrez tel que vous êtes en réalité à savoir sectaires !
    A part dénoncer le gouvernement sur tout et rien vous ne défendez plus les petits qui ont fait vos victoires passées.
    Votre complicité n’est plus à prouver mais doit être dénoncée.
    Revenez à vos fondamentaux et vous y gagnerez en crédibilité.
    Tant que vous ferez d l’opposition systématique vous n’aurez plus aucune crédibilité.
    Vos permanents vivent grassement de subventions de l’état payé par les impôts de ceux à qui vous avez tourné le dos donc commencez à exercer votre activité de syndicalistes en qualité de bénévoles et peut être que vous gagnerez un peu de crédibilité et en légitimité pour dénoncer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.