Industrie – Monsieur Bruno Le Maire, les salariés d’Eolane Montceau ont besoin de vous

A l’issue d’un conseil social et économique exceptionnelle de cinq heures _ la suite de la semaine dernière _  en présence de Henri Juin P.-D.G. du groupe Eoalane, Alain Schleich, représentant du personnel, a eu ces mots qui résument la situation :  « ça ne sent pas bon » (lire le communiqué ci-dessous).

Et pour cause, quoi qu’il en soit, quoi qu’il arrive, quoi qu’il en coûtera, si aucun repreneur du site Eolane Montceau ne se manifeste d’ici fin juillet, il ferme et quatre-vingts emplois partent en fumée. Bonjour l’ambiance.

Et quand bien même Henri Juin a annoncé avoir sous le coude six repreneurs potentiels _ c’est quand même beaucoup _ , Alain Schleich ne se voile pas la face, « la tendance est plutôt à la fermeture du site » dit-il.

Lui comme les salariés savent très bien que les paroles s’envolent. Ils en ont fait l’amère expérience en 2019. Un an pour chercher un repreneur et au final, aucun résultat. Le site devait fermer avant que l’ancien grand patron, Christophe Malrin n’inverse la vapeur, redonne à Montceau des commandes et permette de redorer son blason avant d’être débarqué et n’arrive Henri Juin qui lui, sans état d’âme, a pour mission de se débarrasser du site montcellien. Il a un peu plus de deux mois pour arriver à ses fins.

Produire en France, le dire c’est bien, le faire c’est mieux

Il y a une semaine pourtant, Alain Schleich, Ralph Bindauer, l’avocat des salariés et Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines, vivaient encore d’amour et d’eau fraîche. La crise sanitaire (le coronavirus) venait de mettre en évidence que la France ne pouvait plus se permettre de dépendre de la Chine ou encore des Américains (la fabrication des masques en est l’exemple frappant). Les délocalisations, on oublie, il faut fabriquer français.

Eolane avec ses productions chinoises et marocaines notamment de composants électroniques se présente donc comme le mauvais élève. Il est évident que le site montcellien est à même, avec ses compétences, de faire aussi bien qu’en Chine. Forcément, le coût de la main d’oeuvre n’est pas le même. Mais il faut savoir ce que l’on veut.

Henri Juin, lui, sait. Il ne veut plus d’Eolane Montceau, c’est clair, net et précis. Même si, rappelle Marie-Claude Jarrot, « le ministère de l’industrie par la voix de Bruno Le maire, ministre de l’industrie, s’est prononcé pour soutenir les entreprises françaises ».

C’est maintenant, plus que jamais, que le gouvernement doit faire preuve d’autorité, de « montrer les dents » face à des actionnaires obnubilés par le profit, que « la patriotisme local » si cher désormais aux élus d’en haut, doit prédominer. Mais combien pèsent quatre-vingts emplois dans la balance ? Mais quand on ajoute les cinquante chez Gerbe, les cent quinze sur cent quarante-deux à Konecranes sur le seul bassin minier, l’imposture a assez duré. Ou la France veut conserver son industrie et même la développer ou elle continuera à pleurer ses masques.

Jean Bernard

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DES IRP* EOLANE-MONTCEAU

*IRP : Représentants du Personnel

Le 19 mai 2020, les représentants du personnel, a la sortie de la réunion de CSE exceptionnelle.

L’heure est grave, la menace sur nos emplois s’accentue. Le compte à rebours est calé sur trois mois, fermement.

Aux salariés, et aux intérimaires trop souvent oubliés, parce que déjà sacrifiés. Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, malheureusement. A nouveau, il va falloir trouver des solutions par nous-mêmes, au risque d’être balayés comme valeur négligeable.

Aux entrepreneurs, notre site de production dispose d’atouts, tant pour une continuité d’activité que pour être reconverti. Un grand terrain, un bâtiment luxueux, un personnel sérieux et compétent. C’est avec vous que nous passerons les années à venir, alors venez nous rencontrer directement plutôt que de passer par le filtre des intermédiaires qui vous raconteront une histoire qu’ils ne connaissent pas.

Aux actionnaires, puisque les éphémères directions générales se succèdent les yeux rivés sur les indicateurs financiers que vous leur imposez. Quand allez-vous leur donner les moyens d’un redressement du groupe à la fois humain et économique ? Quand allez-vous réduire vos propres ambitions de profits à deux chiffres ? Quand allez-vous renoncer aux bonus indécents tel que celui de la location des bâtiments vides récemment dénoncée dans votre château déjà payé du temps de la magnificence du groupe ?

A la BPI (banque publique d’investissement) qui finance les projets industriels comme celui d’HIVEST, deuxième actionnaire d’Eolane. Quand allez-vous examiner de près ce qu’il advient de l’argent public que vous prêtez pour favoriser le redressement productif ? Quand allez-vous cesser d’abandonner ensuite ces créances en faveur des moins méritants ? Quand allez-vous vérifier l’usage de nos fonds publics en faveur de l’emploi dans notre pays ?

A la direction générale du moment, missionnée hier pour fermer les sites de Roncq et Vailhauques, aujourd’hui celui de Montceau-les-Mines ? Etait-il nécessaire de différer de 3 semaines cette réunion demandée fin avril, pour si peu d’avancées ? D’un côté la garantie d’un bâtiment cédé en faveur d’une reprise, de l’autre un délai de recherche restreint au point d’en empêcher sa réalisation. Et plus aucun transfert d’activité en faveur de Montceau.

A notre expert-comptable ALTER, vos missions sont toujours plus difficiles et entravées. Le secret des affaires et la confidentialité enrobent les carences dans la transmission d’informations qui sont la base de vos analyses. Elles demeurent toutefois pertinentes et dérangeantes. La justification de la fermeture du site de Montceau-les-Mines est loin d’être établie tant le site dépend, sans autonomie, des choix et décisions du groupe.

A l’état, puisque notre pays est fort de sa devise « liberté, égalité, fraternité ». Et aussi le droit constitutionnel au travail. A quoi servent nos lois, le code du travail ? Quand allez-vous écouter ceux de la base qui connaissent la réalité du terrain ? Quand allez-vous réagir suffisamment rapidement pour empêcher les dérives délétères sur l’emploi et la santé des salariés ? Quand allez-vous vérifier le bon usage des largesses du CICE et de ses dérivés. Quand allez-vous tenir compte des effets concrets de cette participation de la nation au bénéfice du secteur privé ?

A nos collectivités locales, vous qui êtes justement sur le terrain, compétents en matière d’économie locale, mais sans réel pouvoir sur les décisions qui impactent le bassin d’emploi dès qu’il s’agit d’intérêts privés. Vous avez pourtant généreusement contribué à la création de notre site de production. Et maintenant le bâtiment et le terrain seront-ils l’ultime profit des financiers qui auront sacrifié l’emploi local ? Et de nouveaux chômeurs devraient-ils rejoindre le cortège des laissés-pour-compte ?

Au groupe, redevable envers Montceau-les-Mines. Du fait des aléas de management au plus haut niveau, près de trois années ont été perdues depuis la première fausse annonce de fermeture en 2017. Aucune cession du site n’a dès lors été rendue possible. Vous nous devez du temps, c’est possible, c’est nécessaire. Eolane a les moyens de soutenir un site de 80 personnes au sein d’un grand groupe international de 3200 salariés.

En France, la sortie de la crise sanitaire est économique est porteuse d’espoir. Ce nouveau contexte est propice à la relocalisation. Notre domaine d’activités dans la réalisation de produits électroniques est reconnu comme essentiel. Le moment est venu de mettre en cohérence les constats et l’application des mesures qui en découlent. Le site d’Eolane-Montceau doit logiquement pouvoir trouver un nouveau souffle.

14 commentaires

  1. Vous pensez que si comme la CGT , le demande on travaille moins ( 32h) et en même temps on gagne plus ( SMIG à 1800 € ) on va rendre la production française plus attractive et compétitive !!!! Les entreprises ne se sont pas encore remises de cette année 2019 désastreuse, pourrie par les gilets jaunes, qu’arrive cette pandémie qui met à l’arrêt le monde entier. Devant toutes les difficultés rencontrées, tant chez EOLANE, que GERBE, en Bourgogne, mais hélas aussi ALINEA, ANDRE, NAF NAF ……… et malheureusement des centaines d’autres, les incompétents, suicidaires et fossoyeurs de la CGT se ridiculisent en proposant une fois de plus, des inepties. Bruno LE MAIRE et le Gouvernement font en ce moment tout ce qu’il est possible pour aider les français et les PME à s’en sortir. Tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice se retrousser les manches, et travailler. N’en déplaise à Martinez et ses acolytes .

    • Donc en conclusion de ces inepties les salariés d’eolane Montceau doivent apporter leur pierre en se « laissant » licencier ??? Au lieu de critiquer globalement la CGT ( pourquoi pas ) , vous feriez mieux de chercher à savoir qui a mouillé sa chemise LOCALEMENT pour aider eolane Montceau à survivre depuis 10 ans , quelque soit le syndicat.Trop facile de mettre globalement ça sur le dos d’un syndicat national, ou sur le dos d’un mouvement tels les gilets jaunes ! Ce mouvement était, n’en déplaise à certains, le reflet d’un ras-le-bol trop conséquent. Ceux qui n’ont toujours pas compris que produire au tarif export comme le rêvent les dirigeants ,on ne pourra jamais le faire , ils sont hors aspirations des travailleurs.La solution n’est pas d’adapter nos conditions de travail et de salaires aux pays export mais, aidé par des dispositifs nationaux ou européens, de produire pour plus cher certes mais LOCALEMENT.
      Et celà implique une modification des consciences de consommation de nous tous, avec un effort financier inévitable, mais regardez bien comment mis devant le fait accompli de la pandémie tout le monde arrive bien à le faire en ce moment ! Faut simplement tenir dans la durée..avec de la volonté.

      • Pierre Antoine VINCI

        Regarder par le petit bout de la lorgnette des utopies communistes du 19ème siècle comme le fait la CGT revient à considérer que le monde est simplement divisé en deux catégories de gens !
        D’un côté , les « gentils » Cégétistes … de l’autre , les « méchants » patrons , actionnaires , politiques et même les 99% de salariés qui n’accordent aucune confiances à ces « valeureux révoltés » !
        La CGT ne défend ni le travail ni les travailleurs , elle se satisfait juste d’ exhiber son drapeau !
        Combien de « succès » à mettre à son actif durant ces quarante dernières années ?
        Rien ! Nada !
        Son « jusqu’au-boutisme » a condamné plus d’entreprises qu’il n’en a sauvé !
        La CGT vocifère , manifeste , s’oppose , exige … et au final fini toujours par claquer la porte à toutes négociations objectives !
        Son leitmotiv : « L’argent » … essentiellement celui des autres … évidemment !
        Quand à son propre « magot » … silence radio !
        Silence sur les 800 millions d’euros annuels de « subventions d’état » (4 milliards d’euros sont « distribués » annuellement à tous les syndicats français) puisés directement dans la poche des « généreux » con-tribuables » !
        Aucune communication non plus sur les sommes hallucinantes (là encore , plusieurs dizaines de millions d’euros) « captées » sans grands scrupules par ses apparatchiks sur les budgets des CE des grandes entreprises !
        Rien non plus sur la manne considérable ponctionnée allégrement sur le budget des caisses de sécurité sociale , de formation professionnelle , du 1% logement , des allocations chômage , des allocations aux handicapés , des assurances vieillesse complémentaires , des subventions aux collectivités … la liste est loin d’être exhaustive … la CGT « ratisse » large !
        Sans parler de ses 40 000 « délégués payés à 100% par des entreprises pour lesquelles ils ne fournissent jamais une seule heure de travail !
        De plus , chaque année , consécutivement à ses pratiques « tendancieuses » , la CGT publie un bilan comptable honteusement frauduleux ! ( avec , j’en ai bien peur , la bénédiction du plus haut sommet de l’état )
        (…)
        Comment dans ces conditions , peut-on prétendre « redresser les torts » de la société et promettre des « jours heureux » en se comportant aussi lamentablement ?

        • UnAutreExdEolane

          Pierre Antoine VINCI : L’article ne parle pas de la CGT au niveau national !
          (D’ailleurs, si vous lisez bien l’article, le sigle CGT n’y apparait pas une seule fois)
          L’article parle d’une entreprise de Montceau les Mines, qui fait, et a fait vivre de nombreux travailleurs de la région (Environ 500 employés quand j’y suis entré, à l’époque ça s’appelait « Jeumont-Schneider »)
          Connaissez-vous cette entreprise ?
          Y avez-vous travaillé ? (Moi, vous l’aurez deviné : Oui)
          Le syndicat local de cette entreprise Montcellienne ne ressemble pas du tout à ce que vous critiquez dans votre commentaire (très) orienté :
          Les délégués syndicaux ont été constamment dans la défense des droits des travailleurs, même s’ils n’ont pas totalement réussi à éviter la baisse des droits des nouveaux travailleurs, depuis le passage de l’entreprise dans le groupe Eolane.
          Depuis plus de trente ans, des menaces de « plan sociaux », « plans de sauvegarde de l’emploi » (= licenciements), de délocalisation, ou de fermeture planent au-dessus de cette entreprise.
          Périodes sombres alternées avec des périodes de bons profits pendant lesquelles les propriétaires et actionnaires ont bien « engrangé » !
          J’imagine le triste état d’esprit des salariés d’Eolane et de ceux qui se démènent pour sauvegarder leur emploi, et votre commentaire anti-CGT (et par extension anti-travailleurs et pro-patronat et pro-actionnariat) ne risque pas de leur remonter le moral !
          On ne parle pas ici de « gentils », de « méchant », de « subventions d’état », etc., on parle ici de travailleurs de Montceau les Mines et de la région, de leur famille, de leurs enfants !!!

          • Pierre Antoine VINCI

            Au vu de la prose « matraquée » quotidiennement en « copier-coller » par la CGT dans les médias du coin , il n’est pas totalement idiot de penser que la différence entre le « local » et le « national » n’est pas flagrante !
            Force est de constater que les « porte-flingues » locaux sont plutôt en phase avec la bonne parole du gourou moustachu !
            Je ne suis pas « anti » … je pense au contraire qu’à tout « pouvoir » doit s’opposer un « contre-pouvoir » ! (3ème principe newtonien … action — réaction ) !
            Encore faut-il que cette opposition soit crédible et constructive !
            Ce qui n’est pas le cas de la CGT !
            Vous avez raison , je ne connais pas cette entreprise !
            Je veux bien croire en la probité et au dévouement des délégués concernés ici !
            Mais si je suis aussi sévère dans mon « ressenti » sur la CGT , c’est qu’au terme de quarante cinq ans de carrière en tant que cadre supérieur (70 heures / semaine ) dans diverses entreprises publiques et privées , j’ai pu « apprécier » des dizaines de fois « l’ambiguïté » du comportement (malsain ?? ) de ses représentants !
            Par contre , ce que j’écris dans mon commentaire précédent ne provient pas d’un « ressenti » quelconque !
            Tout est tiré d’un rapport parlementaire datant de 2011 , qui curieusement a été vite « enterré » par l’exécutif de l’époque et qui (encore plus curieusement ) n’a jamais été « ressuscité » par ses successeurs !

  2. OK tout à fait d’accord Penelope avec vous il faut que le peuple face beaucoup d’efforts, mais malgré le covid 19 qui sevi depuis quelques mois les grands patrons du cac40 ainsi que les actionnaires eux sont pas comme le peuple à dire que la fin du mois et le 10 voir le 15 de chaque mois, alors mr macron et ces amis peuvent garder leurs commentaires eux ne sont et ne seront jamais dans le besoin

  3. Mais au fait ´´´il n’y a pas un député dans la circonscription ? Ou du moins il y a quand même une personne qui le représente dans les réceptions et autres vins d’honneur pourquoi ne pas la solliciter ? elle a certainement son numéro de téléphone

  4. Ne doit on pas se poser les bonnes questions ?
    Car pendant ce temps il y a de gros investissement sur le creusot avec la reprise de la société NFM…
    Cherchez l’erreur…

  5. UnAutreExdEolane

    Pierre Antoine VINCI :
    Encore une fois, le sujet de l’article n’est pas votre expérience de cadre exploité (70 heures/semaine !!), de « porte-flingues », de « rapport parlementaire » , etc !
     .
    Le sujet est :
    – L’entreprise Eolane de Montceau les Mines mené à la fermeture (par la pseudo logique de rentabilité des dirigeants et actionnaires)
    – La situation actuelle et à venir des 80 salariés et de leur famille !

    • Pierre Antoine VINCI

      Je comprends bien monsieur … je comprends bien !
      Mais cela n’enlève rien au fonctionnement « alambiqué » et aux pratiques pernicieuses de la CGT en général !
      Plutôt qu’en permanence étaler sa « haine trotskiste » des patrons , des actionnaires , des banquiers et des « moutons macroniens » qui somme toute lui permettent quand même généreusement de « piquer » sans vergogne dans les caisses d’un état qu’elle accuse de tous les maux , elle devrait au moins tenter de faire l’effort d’ « investir » son propre « magot » pour créer des « SCOP » si chères à ses valeurs !
      Ce jour là … et seulement ce jour là , je vous promets de revoir ma position !
      Éh oui … 70 heures /semaine … et le fils d’immigré italien que je suis n’a jamais eu la sensation d’être « exploité » !
      Bien au contraire … j’ai trouvé dans le travail un moyen d’épanouissement personnel très valorisant … contrairement à d’autres qui ne rêvent que de « glander » sous perfusions d’argent public !!
      Il faut de tout pour faire un monde , n’est-ce pas ?

      • UnAutreExdEolane

        OK ! Bien capté!
        Puisque vous préférez rester dans votre rhétorique anti-CGT plutôt que de parler UNIQUEMENT du contenu de l’article de l’article de « L’Informateur de Bourgogne » :’Industrie – Monsieur Bruno Le Maire, les salariés d’Eolane Montceau ont besoin de vous »,
        on va en rester là !
        Et au lieu de parler de vos petits mérites personnels (« j’ai trouvé dans le travail un moyen d’épanouissement personnel » et autres!), on va s’il vous plait en revenir au désastre qui menace les 80 familles visées par cette fermeture injustifiée !
        Je vous propose donc, si vous en avez le courage (?), de venir expliquer devant ces travailleurs vos idées !
        Vos remarques, genre « … fils d’immigré italien …  » n’ont rien à faire ici :
        Pour info, depuis plus de 50 ans (Et je ne suis pas le seul !), j’ai vécu et grandit avec des descendants d’immigrés italiens et polonais, et nous avons toujours été égaux entre nous, sans aucune discrimination. Donc, encore une fois, aucun rapport avec le sujet de l’article !)

        Pour finir, je vous cite :
        « Il faut de tout pour faire un monde , n’est-ce pas ? » : Je suis d’accord, il faut de tout pour faire un monde, mais malheureusement, c’est à cause de gens proches de vos idées que le monde va mal, et se dirige vers un avenir sombre !

        • Pierre Antoine VINCI

          Puisque la teneur de vos commentaires consiste UNIQUEMENT à recopier ce que j’écris , je pense que vous avez raison … restons-en là !
          Ce n’est en effet pas très constructif !
          Petite question cependant … en rapport direct avec le sujet de l’article !
          Pourquoi la CGT ( qui comme vous le savez , est à la tête d’une fortune colossale) ne rachète-t-elle pas les lieux pour y créer une SCOP ?

  6. Mr Commeau ne pourrait pas en parler avec ses amis de la REM et le président de la ccm il fait quoi il avait bien leurs soutiens ?

  7. Le député n’ a rien promis; il ne c est même pas montré ;et je préfère son attitude à celle de Mme Jarrot qui encore une fois à fait du bling bling du m’as tu vu; des promesses en l’air pour dire espérer ces pauvres ouvriers et tous ça pour espérer gagner 4 voix : élections oblige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *