Hôpital – « L’offre proposée aujourd’hui est un jeu de dupes ! »

Hôpital Jean Bouveri :

pour une autre politique de santé !

 

En 2017, le COPERMO, puis l’ARS nous promettaient, avec la suppression de la chirurgie, un retour à l’équilibre financier de l’hôpital. Cinq ans plus tard, malgré les sacrifices consentis par notre centre hospitalier et ses professionnels de santé, le déficit est toujours là. La fermeture des blocs à réduit l’attractivité de notre hôpital, de notre territoire et contraint chaque année des centaines de patients à chercher ailleurs l’offre de santé auparavant accessible sur notre bassin.

Un bilan humain et financier de ces décisions a t’il été effectué ? Non. Pourtant, dans les mêmes conditions (annonces estivales), avec les mêmes logiques financières, l’IGAS nous promet aujourd’hui, sans rire, un retour à l’équilibre financier grâce à une nouvelle suppression de lits et de services.

La crise sanitaire, les applaudissements à 20h, les personnels luttant sans relâche et sans moyens, les victimes d’une politique de santé uniquement financière n’auront servi à rien …

L’offre qui nous est proposée aujourd’hui est un jeu de dupes !

D’abord parce que les élus, les personnels, les citoyens sont écartés de la réflexion. Les problématiques de désertification médicale, d’absence de généralistes, de spécialistes ne sont pas le sujet. L’intérêt général n’est pas pris en compte, seul l’argent compte.

Ensuite parce que le scénario est écrit d’avance : la transformation progressive de notre hôpital en « super EHPAD ». Et tant que la logique du gouvernement consistera à fixer les budgets toujours plus contraints, plutôt que de définir les besoins, les hôpitaux tels que les nôtres seront toujours la variable d’ajustements budgétaires.

La section Socialiste Montceau Sud Communauté Urbaine s’oppose à ce nouveau projet de démantèlement de notre hôpital public et en particulier :
• à la suppression de lits,
• à la fermeture de nouveaux services,
• à la fermeture de l’unité de surveillance continue,
• à la fin des urgences de nuit.
Nous demandons, à l’Etat de garantir les moyens financiers permettant le fonctionnement normal de l’ensemble de ces services et un accès de la population de notre territoire à une offre de santé correspondant aux besoins.

Enfin, nous souhaitons que s’organise avec l’ARS, les professionnels de santé, les élus et les représentants des usagers une réelle réflexion sur l’offre de santé de notre territoire, intégrant la médecine de ville et les problématiques de désertification médicale.

Les habitants de la CUCM et en particulier de son bassin sud, ont un droit légitime au même accès aux soins, que ceux des grandes métropoles.

Parti Socialiste – Montceau Sud Communauté Urbaine.

16 commentaires :

  1. C’est un constat . On ne saurait mieux dire .
    Constat de ce que les médias appellent  » la verticalité » du ( ou des ) pouvoir(s) .
    Point n’est besoin de consulter les professionnels de santé , et moins encore les usagers , considérés comme dispendieux et parasites , voire terre à terre et un peu débiles .
    Ils ont mille fois raisons de vider les hôpitaux ! Imaginez des hôpitaux sans malades ! Sans accidentés ! Des maternités sans accouchées ! Qu’ils et qu’elles disparaissent ! Le rêve ! Il n’y aurait plus besoins de chirurgiens , de médecins , de personnel soignant … Quelle économie ! LE RËVE absolu !
    Mais la nature humaine est imparfaite et têtue ! Elle continue à se détraquer , à plus forte raison quand elle vit moins bien dans un environnement plus « hard » et plus tendu , que ses besoins s’accroissent et qu’elle peine à y répondre , que l’isolement des aînés démunis devient apparent , que les petits « play mobil » ( ou « jetons interchangeables » ) dont on souhaiterait ( « dans les milieux autorisés » disait Coluche ) qu’elle se compose commencent à s’affoler devant l’accumulation de lourdes menaces irréversibles .
    Pendant des années le « système » de santé français et notre protection sociale , cités en exemple , ont fait notre fierté , mais les entreprises de démolition sont puissantes et tenaces , elles tiennent la route et nous avons changé de catégorie ! Nos garde-corps s’effondrent . L’intérêt public est rétrogradé . L’intérim se substitue à l’emploi permanent , porteur d’insécurité et de volatilité , coûtant beaucoup pus cher à la collectivité ( pour faire des économies nous dit-on ! ) .
    Nous passons en queue de peloton et nous efforçons de rejoindre le bataillon des pays dits -sous développés !

  2. Un scandale ! Voilà lorsque l’on vote pour in liberaliste ! Tous ceux qui ont appelé à voté pour lui sont les complices de ce scandale !

  3. Eh oui, on y va doucement mais sûrement à la catastrophe sanitaire.
    Tout est écrit depuis quelques décennies par nos énarques successifs mais constants dans le travail de sape de notre service de santé.
    Forcément un raisonnement intelligent et réfléchi puisque ce sont des énarques !!! : faire baisser l’offre pour faire baisser la demande. Mais il y a un hic, c’est que les pauvres contribuables du service public que nous sommes continuons à accoucher, à faire des AVC, des infarctus , à avoir des rages de dents, continuons à vieillir. Ah c’est con ça ! pas grave, on mourra chez nous ou dans une ambulance.
    Vraiment, on râle pour rien les français…… hâte de faire comme les américains.
    Trêve de plaisanterie : je ne vais plus voter…..

    • Lisz
      Si je partage , hélas , votre amertume , je n’arrive pas à la même conclusion .
      Vous penserez peut-être que c’est naïveté de ma part et que je rêve mais je crois sincèrement que si chacun d’entre nous se manifestait quand il en a l’occasion , c à d lors des élections –  » Une personne une voix  » ! – il serait plus difficile de « nous rouler dans la farine  » et de nous abuser que si nous laissons croire à nos représentants , de tous bords , que nous nous désintéressons de notre propre vie et de l’avenir de nos enfants , et que tout est possible ! Car tout ne doit pas être possible !

    • Je ne vote plus depuis 40 ans . Car il y a 40 ans , j’ai compris. Il aurait falu depuis 40 ans que les français compennent aussi et n’aillent plus légitimer et donner leur approbation à tous ces politiques qui ont tout saccagé. Ça ne les auraient pas empêché d’êtres élus puisqu’ils auraient voté pour eux même. Sauf qu’avec un taux d’abstention de 98 % ils se seraient sûrement posé quelques questions et se seraient peut etre bouger le c…au lieu de se laisser vivre gravement avec nos impôts .

    • Très bien Lisz . Il faudrait des millions de français qui.comprennent un jour et fassent comme vous . Cest.a dire rester chez eux .

  4. Faites des enfants et vous aurez un hôpital.

    La région se meurt, sa population n’a aucun dynamisme. Il ne faut pas s’attendre à ce que le reste aille dans l’autre sens.

  5. Eva .Est ce que finalement les Français n’ont pas ce qu’ils méritent? Qui a mis notre société dans l’état lamentable ou elle se trouve aujourd’hui? Et ce dans tous les domaines. Et bien ce sont les gouvernants de tous bords qui ont été élus depuis 40 ans par une majorité d’électeurs qui eux n’ont rien compris et rien vu venir . 40 ans de poussière sous le tapis un jour ou l’autre ça déborde. Alors pourquoi crier au loup aujourd’hui? Les Français viennent encore de voter pour les mêmes . Une preuve que tout va bien en France !!

  6. Mais au fait, depuis quand un hôpital doit faire des « bénéfices »?
    Selon Serge Latouche et Cinthya Fleury, l’entreprise marchande ne peut pas être compatible avec toutes les activités humaines?
    La permanence, la présence, la veille devraient être considérées comme activités. Un commerçant qui « attend » le client fait la même chose il me semble, il ne ferme pas le magasin pendant les horaires où les clients ne se présentent pas?

    • Et les ehpads privés , ils ne font pas de bénéfices peut etre ??

      • Pas toutes et à quel prix!
        3 modèles : public, associatif, privé
        https://www.notretemps.com/famille/autonomie/ehpad-prive-lucratif-modele-economique-financement-immobilier-contrats-fournitures-47162
        Dans notre économie en «recherche de croissance » et non « recherche d’équilibre », la recherche du bénéfice a un coût : soit le prix à payer pour une place (2500 à 6000 euros par mois selon l’article précité , donc c’est le client qui paye, ce qui prouve en passant que le « système privé «  revient plus cher que le « système public » (je parle pour les usagers/clients, pas pour les propriétaires, quoique si on tient compte des investissements colossaux quand ils sont faits)
        Ou soit les économies d’échelle sur les services rendus
        Et penser également que beaucoup d’entités privées reçoivent des subventions directes ou indirectes des Collectivités Publiques
        (Merci Julia Cagé que j’ai écouté attentivement lors d’une interview , clin d’œil à F.C.)

  7. La désertification médicale , l’indigence et la fermeture des hôpitaux publics s’étendent bien au-delà des limites du Bassin Minier dont la population décroit en effet , faute d’emplois pour les jeunes . Mais un pays , qui fut prospère et l’est encore pour certains , qui abandonne au bord du chemin ses malades et ses aînés , sacrifie en même temps le travail des professionnels de santé aux dépens de la population en difficultés au profit d’autres « calculs » plus rentables … à votre avis ? Que faut-il en penser ? … L’austérité est de plus en plus largement partagée … mais pas par tous !

  8. Des solutions !
    – Aux infos nationales d’aujourd’hui : Alarme rouge sur les Urgences !
    Quelle surprise !!!
    Je m’empresse de revendiquer une proposition de nouvelle réglementation , avant qu’ « un spécialiste de la spécialité » s’en empare : – A partir de désormais et jusqu’à dorénavant ( et vice- versa ) les usagers des urgences devront prendre rendez- vous au moins 10 jours à l’avance afin d’organisation du service . –
    Alors ? Qu’en dites-vous ? … Et ma cogitation n’est pas rémunérée !
    – A Philo ( et à ceux qui pensent leur moral solide ! )
    Un conseil , si ce n’est déjà fait car la publication remonte à 2018 , la lecture de : « Le Prix de la Démocratie » , de Julia Cagé , sous-titré à juste titre : « Une démonstration implacable » . Extrêmement étayée et éclairante . Mais depuis 4 ans , après une pandémie de COVID , l’aggravation du dérèglement climatique , la guerre en Ukraine , la crise de l’énergie qui ne fait que commencer et une élection présidentielle de plus suivie des Législatives , on ne peut que constater que la barre maintient le navire sur le même cap et que , comme sur le Titanic , on continue à chanter !
    Ceci dit , que des spécialistes hautement compétents soient rémunérés pour justifier l’injustifiable , ce doit être mérité car ce n’est pas facile !!!

    si en 2018 quelques solution

  9. A Anargaz
    Si vous choisissez de ne pas voter , d’autres choisissent les élus à votre place ! Et leurs intérêts sont tellement supérieurs aux vôtres ! Aux nôtres ! Vous leur aplanissez la voie qu’en effet ils préfèrent bien dégagée !

  10. F C . Je vous ai répondu mais malheureusement mon texte n’a pas été mis en ligne . Peut-être pouvez vous adresser aux responsables de ce site qui sont certainement à la solde du pouvoir. Un exemple de la démocratie Macron.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.