Hôpital – Au 1er janvier, aux urgences, il faudra passer à la caisse

Le hall d’accueil des urgences à l’hôpital Jean Bouveri.

Communiqué du CODEF.

Aux urgences, l’emploi de caissière a de l’avenir !

Un nouveau dispositif entre en vigueur ce 1er janvier 2022 dans l’indifférence la plus totale. Avec des conséquences directes pour les Français sans mutuelle et le personnel soignant.
À partir du 1er janvier, lors d’un passage aux urgences, chaque patient qui ne sera pas hospitalisé dans la foulée devra régler sur place une somme d’un peu moins de 20 euros (19,61 euros pour 2022). C’est bon pour l’emploi de caissier ou de caissière ?
Un changement notable alors que jusqu’à présent, il fallait attendre plusieurs semaines pour recevoir une facture à son domicile, laquelle variait en fonction des actes pratiqués à l’hôpital (simple consultation, tel ou tel examen, une batterie de tests…) et était prise en charge par les complémentaires santé dont bénéficient 95% des Français.
Mais il y a un hic : Très concrètement, le 31 décembre, si vous arrivez aux urgences, vous êtes pris en charge et vous repartez sans payer. Dès le 1er janvier, après être pris en charge, on vous demandera de régler 19,61 euros.
Et comment on fait ? Les services d’urgence ne sont pas adaptés à l’encaissement de paiements : il faut des lecteurs de carte vitale, de la monnaie, des lecteurs de carte bleue… La nuit par exemple, il y a des infirmier·es et des aide-soignant·es, qui sont avant tout là pour les soins, et dont ce n’est pas la mission première de passer une carte bleue. De la même manière, les hôpitaux ne sont pas « des supermarchés où il faut passer à la caisse ».

Si vous vous blessez en faisant du sport n’oubliez pas au préalable de mettre votre carte bleue dans la poche de votre survêtement.
Quant au personnel hospitalier il devra gérer un public pas forcément au courant de cette évolution du fonctionnement des urgences. Donc, il leur faudra gérer la grogne qui en découlera. Qu’elle est bonne cette idée dans un contexte ou les moyens donnés aux urgences sont déjà tirés vers le bas.

Quelles conséquences pratiques le forfait patient urgences peut avoir sur la santé des Français ? Il y aura des gens qui n’iront plus aux urgences faute de devoir payer. Pourtant souvenez-vous de l’entretien accordé à LCI mercredi 15 décembre, le Président de la République a insisté sur le fait « qu’il était vigilant à l’impact de ses décisions sur la vie des Français ».
Et pour Thomas Mesnier député LREM de la Charente l’un des rapporteurs de cette « bonne » idée, le « forfait patient urgence » reste quand même une avancée majeure. « Honnêtement, je n’en fais même pas un objet politique : c’est une vraie réforme de simplification ». « À l’heure actuelle, si l’on passe des examens en plus de la consultation lors d’un passage aux urgences, la facture peut monter. Et beaucoup.
Alors que là, la facture va être plus juste, plus équitable, plus simple à comprendre. » Elle est pas belle la vie en « charentaise » ! (NDLR)
Et des déclarations de cet acabit font flores sur le net.
C’est le cadeau du nouvel an d’Emmanuel Macron notre Président et de Raphaël Gauvain notre député de la majorité présidentielle.

Santé – 18 € le passage aux urgences, le CODEF dit « non » – L’infoRmateur de Bourgogne (linformateurdebourgogne.com)

3 commentaires

  1. Article a ne surtout pas commenter sous peine d etre banni
    Des que la critique est un peu acide l informateur banni ce qui est le propre des personnes qui soient ne se positionnent pas ( pour ne pas dire n ont rien dans le ….) ou qui couvrent

    • Criri :
      Voyons voir si nous pouvons commenter sans risque d’être censuré. Je ne savais pas que L’Informateur pratiquait cette chose là !
      Payer aux urgences !! Ben !! Depuis des décennies les urgences sont saturées sans que quiconque ne se posent les bonnes questions, loin de là bien au contraire !! Là elles sont au bord du gouffre !!
      Pour ne parler que des urgences, cette gratuité et l’absence de médecins généralistes (entre autres) pour gérer les ptits bobos sont peut être les raisons de cet engorgement qui bien sûr s’est aggravé depuis bientôt 2 ans. Nous étions arrivés à courir aux urgences pour un rhume, une « bobosse ».
      Et tant pis si l’Informateur trouve mon commentaire « acide » ! Mais je pose cette question ? Comment feront toutes ces personnes qui n’ont pas de travail, souvent pas de toit, ne vivent que des aides, ils ne pourront alors pas régler cette facture ?
      En fait pour ne pas régler cette facture ? Il faudra une hospitalisation dans la foulée ! Normal quand cela s’impose, quand l’urgence est justifiée. C’est peut être la porte ouverte à bien des dérives !! ??
      Quand aux Elections !! Ben c’est pas le sujet !! Et aucun messie en vue !!
      Mais la vie est belle ! Souhaitons nous tous une bonne fin d’année et que commence 2022 comme se terminera 2021.

  2. En souhaitant vivement que les Français votent en conséquence pour les Présidentielles !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *