Economie sociale et solidaire – Le monde de l’insertion se rencontre

Salon de l’économie sociale et solidaire, un grand slogan pour une grande idée que le Département de Saône-et-Loire a décidé de tirer vers le haut, d’exposer aux yeux de tous que l’insertion, même pour les « écartés » de l’emploi, des structures existent, que des associations avec des bénévoles se retroussent les manches, des partenaires sont prêts à s’engager auprès de personnes aux idées qui ne ressemblent pas aux autres, bref qu’en matière d’emploi, la solidarité est de mise et n’est pas qu’un leurre.

Il est vrai aussi que devant la multitude d’organismes dédiés à l’emploi dont l’objectif est au moins d’aiguiller, conseiller une personne fragile, il est parfois bien difficile de trouver son chemin.  Car justement et ce n’est pas rien, « l’économie sociale et solidaire en Saône-et-Loire représente 10.2% des emplois salariés, la plupart dans des associations (80% des 2029 employeurs de l’ESS). Ce sont 17 372 postes salariés » annonce Tatiana Desmarest, présidente de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Bourgogne – Franche-Comté.

Alors, après une première expérience l’an dernier à Mâcon, le deuxième salon de l’économie sociale et solidaire s’est déroulé ce vendredi à l’Embarcadère à Montceau-les-Mines avec 90 exposants. C’est dire que l’activité est multiple et variée.

Un salon pour précisément « décloisonner les acteurs, que les professionnels de l’ESS et ceux de l’insertion sociale se fédèrent entre eux, qu’ils sachent ce que font les uns et les autres » avance Isabelle Dechaume, vice-présidente du Département et chargée de l’insertion sociale et professionnelle, de l’emploi et de la formation.

Un garage solidaire en tout

C’est typiquement l’exemple du Garage solidaire à Tournus, une association qui depuis un peu plus d’un an permet aux personnes à faible ressource d’entretenir et réparer leur véhicule. « Nous faisons aussi beaucoup de location avec des véhicules d’occasion que nous remettons en état » explique Laurent, lui-même devenu mécano pour se lancer dans l’aventure avec Pascale. « C’est 5 € par jour et juste l’essence en supplément ». En un an, ils sont 150 à avoir bénéficié du Garage solidaire. « Nous aimerions trouver un local sur Mâcon et nous sommes au salon à Montceau pour nous faire connaître » ajoute Laurent. C’est aussi entrer en contact avec la Régie de quartier du Bassin minier qui elle aussi propose de la location. Une synergie est possible. Des idées sont à développer.

Garage solidaire s’ouvre également sur l’apprentissage avec des candidats qui arrivent notamment de l’école de la deuxième chance.

Ce salon, c’est aussi la possibilité de trouver des financements solidaires avec des épargnants qui cherchent à donner du sens à leur argent à des entreprises et associations dont l’activité est à forte utilité sociale. Un placement dans la finance solidaire.

On trouve de tout sur ce salon de l’économie sociale et solidaire à Montceau. Et surtout faire connaître cette nouvelle économie, un atout pour redynamiser le tissu local. Tout est bon dans ce salon.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *