Dijon – Devant l’ARS : la constance du mépris technocratique

Six cents manifestants ont convergé des huit départements de la région vers l’ARS a Dijon. Ils étaient accompagnés de nombreux élus nationaux, régionaux, et des communes concernées par la lutte. Un seul élu de Montceau, de la gauche rassemblée. Alain Philibert, maire de Saint-Vallier a fait le déplacement avec le bus affrété par le Codef alors que, Hervé Mazurek, maire de Blanzy accompagné de deux de ses adjoints, Jean-Louis Savetier et Jean-Marc Frizot, ont fait le déplacement en voiture. Quant à Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines, elle avait fait savoir qu’elle ne pourrait pas y être. « Je les avais prévenus » précisait-elle dans l’après-midi au téléphone.

Sur place, devant l’ARS (agence régional de santé) à Dijon, les slogans scandés furent vigoureux « non au PRS », « à quoi sert l’ARS, si elle ne sert qu’à détruire et non construire », « Buzin, Buzin, ton plan il va sauter ».
Les salariés d’un Ehpad scandaient eux « résistance, résistance « .
Tous les représentants des collectifs prirent la parole à tour de rôle.
Une délégation fut reçue pour ressortir presque immédiatement car le directeur de l’ARS était à Paris, alors qu’il devait rencontrer la coordination. La foule a accueilli cette annonce avec des cris, des sifflements. Elle a crié sa colère face à ce qu’elle a appelé la constance du mépris technocratique.

Deux conseillers régionaux FN ont tenté de prendre la parole, la foule s’est mise à gronder et les a évacués.

Un appel a été lancé pour la journée nationale de coordination du 23 juin a Paris.

Ce fut, en résumé, une grosse déception et une grosse colère chez les manifestants venus de toute la Région.

De Dijon, Gilles Desnoix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *