Départementales 2021 – A Blanzy, Montceau et Saint-Vallier, l’extrême droite est de retour

Olivier Pernette, au centre avec le gilet orange, en janvier 2019 à Jeanne Rose avec Florian Philippot et les gilets jaunes.

Une particularité sur le canton de Blanzy, sur les 4 listes, trois proposent des candidats de la majorité municipale qui finalement s’opposent.

Ils n’ont pas fait de bruit. On les croyait même totalement endormis en Saône-et-Loire. Mais comment l’extrême droite, notamment le Rassemblement National, pouvait-il ne pas surfer sur la vague Marine le Pen à ces élections départementales ? A chaque scrutin, excepté les municipales, le FN puis le RN vous dégotte un nom, une liste et au premier tour, arrive entre 20 et 30% avant de s’effondrer.

La préfecture de Saône-et-Loire a communiqué l’ensemble des candidats et suppléants aux élections départementales les 20 et 27 juin prochains.

Sur Blanzy, Montceau et Saint-Vallier, nous connaissions déjà les principaux candidats. A Saint-Vallier, les représentants de la majorité départementale se faisaient attendre. En fait, chacun savait que Sandrine Lonak et Rafaël Fréniche formeraient le binôme pour battre le conseiller sortant, Alain Philibert.

Saint-Vallier encore puisque le RN adore « les gueules noires », il présente Jocelyne Lorphelin et Franck Pieta présent sur la liste d’Etienne Launay (mi-FN et mi-RN) aux dernières municipales et déjà en lice aux départementales comme remplaçant au FN en 2015. Cette fois-ci, le voilà candidat.

A Montceau-les-Mines, deux inconnus vous offrent des bulletins de vote, Marin Nicoleta et Claude Bobin. Chez les suppléants cependant, on note la présence de Sylvie Gisinski qui est la compagne d’Olivier Pernette lui-même candidat à Blanzy. Et Olivier Pernette, il y a peu, soutenait Florian Philippot, président des Patriotes.

A Blanzy donc, Olivier Pernette est associé à Fanny Gelin. Et puis, là encore, il manquait encore autres deux listes, celle du PS avec Edith Calderon, conseillère sortante avec Jean-Marc Frizot, conseiller municipal à Blanzy et vice-président à la CUCM. Sans oublier celle qui penche davantage vers la majorité départementale, composée de Sophie Clément ou Sophie Montaron-Clément quand elle siège au conseil municipal à Blanzy et Alain Ballot, maire de Saint-Eusèbe. Pour Jean-Claude Hamon, lire par ailleurs.

Blanzy et sa diversité. Nous avons trois conseillers municipaux élus sur la liste d’Hervé Mazurek et trois listes différentes aux départementales. C’est l’amour vache.

Jean Bernard

Retrouvez toutes les listes, canton par canton, ci-dessous

livre candidatures départementales

6 commentaires

  1. ce serait bien aussi de faire pareil avec l'extreme gauche

    qu’il s’agisse du PCF de la CGT ou de LFI, avec une belle photo des gilets jaunes du Magny, ceux qui se promenent aussi avec des drapeaux rouges ou qui etaient aux micros lors des AG, ça ça serait bien

  2. C esr super, du choix, l occasion est donné aux électeurs de se déplacer en masse ……du moins il faut y croire…!!!!

  3. normal, les gens en on ras le bol du laxisme et des impunités, faut que ça change tout ça, quand on voit ce que devient la France !

  4. Où certain voit à Blanzy de l »‘amour vache », moi j’y vois une pluralité démocratique. A chacun son point de vue !

  5. Saint-Vallier les oui oui rentre dans la liste mdr sanvignes aussi la fin des cerises. À la retraite les papys bises à vous,,,,,

  6. Faut-il encore rappeler que le Rassemblement National n’est pas catégorisé à l’extrême droite? C’est la préfecture elle-même qui classe les partis politique et le RN n’est pas d’extrême droite. On voit encore les journalistes au service du pouvoir en place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *