Crise – L’hôpital de la Guiche dans la tourmente, élus, syndicats et usagers montent au créneau

Ce qui se passe à l’hôpital de La Guiche n’est que le prolongement des décisions déjà prises au centre hospitalier de Montceau. Plus besoin de maternité, plus besoin de chirurgie, alors on déshabille Pierre pour habiller Paul. Il manque des lits à Chalon-sur-Saône, alors on en supprime à Toulon-sur-Arroux et à La Guiche. On construit une cuisine surdimensionné à l’hôpital d’Autun, alors on décide de fermer celles des petites unités hospitalières de Toulon-sur-Arroux, La Guiche et à l’EHPAD au Mont-Saint-Vincent.

Ces décisions viennent semer le trouble et le désordre au sein des établissements et par répercussion chez les élus et les usagers.

« Notre volonté est de maintenir les cuisines à Toulon, la Guiche et Mont-Saint-Vincent » lance Jocelyne Mollet, le maire de la Guiche devant plus de 250 personnes venus dire leur désapprobation. On ne touche pas aux cuisines !

Quant aux suppressions de lits, 30 à Toulon-sur-Arroux et 15 à La Guiche, le son de cloche est identique. « Ici, on ne parle pas de chiffre mais d’humain » scande Jocelyne Mollet. Car madame le maire n’accepte pas le chantage. « Si on vous supprime 15 lits, on vous donne 65 000 € par lit et par an alors que la dotation aujourd’hui est de 52 000 €. Je ne comprends pas le calcul » avance-t-elle.

Refuser ces décisions technocratiques

Josiane Corneloup, députée, elle-même ne comprend pas cette antinomie entre ce qui se passe et ce qui se dit à l’Assemblée Nationale « où il est question de remettre le patient au coeur de la santé et de privilégier les produits courts dans les menus ». S’approvisionner à Autun, cela n’a pas de sens ne serait-ce que pour le bilan carbone. « C’est un choix idéologique plus que pragmatique » déclare-t-elle. « Arrêtons de prendre ces décisions qui ne sont pas raisonnables. C’est dramatique. Nous devons refuser ces décisions technocratiques ».

Dans le bureau de la direction, Christine Ungerer, directrice du GHT (Groupement Hospitalier du Territoire Nord), en visite à La Guiche, doit avoir les oreilles qui sifflent. Elle se présentera ensuite devant la foule pour livrer ses explications (lire par ailleurs).

Dans ce contexte, Jean-Pierre Meneghel, représentant du CODEF, y va de son credo de démolition. « Nous sommes pour la suppression de l’ARS (Agence Régionale de Santé) qui est devenue une machine infernale, une succursale des pompes funèbres ». Il s’en prend à son directeur général, Pierre Pribile. « Il a été banané par la Région qui a refusé son plan régional santé mais il a été décoré de la Légion d’honneur ».

Face à cette « situation dramatique » ajoute avec ardeur Jean-Pierre Meneghel, « je fais confiance aux élus pour que la population sorte dans la rue pour gagner la bataille de Montceau et sauver  les hôpitaux périphériques ».

Au même moment une voix s’élève dans la foule. « Marie-Claude Jarrot (NDLR : maire de Montceau et présidente du conseil des élus au GHT) vient d’avoir Pierre Pribile, les deux projets (suppression de lits et cuisine unique à Autun) sont ajournés ».

Les manifestants veulent entendre Christine Ungerer. Ils vont la chercher (lire par ailleurs).

Jean Bernard

Un commentaire :

  1. Comment s’explique la livraison, en mai ou juin de 2020, de10 Renault Clio neuves, à l’hôpital Jean Bouveri, (elles avaient déjà le marquage « Centre Hospitalier Jean Bouveri » sur les portières) ? Cadeau d’un mécène local ou national, don de Renault, par la maison mère où le concessionnaire local ? ou tout simplement financées sur le budget de fonctionnement de l’hôpital…peu probable, à un moment ou l’ARS rabote ce budget, n’est ce pas ? Bref, un mystère ! (LOL ?) En tout cas, quand il ne restera presque plus d’employé(e)s à Jean Bouveri, au moins les dernier(e)s auront ils des véhicules de service en parfait état ! PS : dans les mois qui ont suivi la livraison de ces 10 Clio, seules 6 étaient utilisées – visibles le soir stationnées sur les parkings de l’hôpital – où sont les 4 qui manquent, gardées en stock de secours…. (en cas d’accident avec l’une des 6 en service), ou pire = détournées vers une mystérieuse destination ? Le CODEF pourrait il obtenir des informations concernant ces Clio Renault ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.