Crise du coronavirus – Les bonnes lectures du CODEF

Communiqué du CODEF.

Le monde d’après…

… Comment refonder le lien entre le système sanitaire et l’industrie ?

En ces temps de coronavirus qui ont révélé une criante pénurie de moyens cette question revêt une importance capitale. JP. Escaffre, JL. Malétras, JM.
Toulouse tentent d’y apporter une réponse dans un manifeste intitulé : Des soins sans industrie ?
“Ce livre a été écrit avant la crise sanitaire, qui démontre l’importance de la question traitée”. Au Codef nous connaissons bien Jean-Michel Toulouse venu participer aux 31èmes rencontres de la Coordination Nationale qui se sont tenues à Saint Vallier les 26, 27 et 28 avril 2019.
Ce livre n’est pas encore paru en version papier mais il est accessible GRATUITEMENT en cliquant sur le
lien : https://dessoinssansindustrie.fr/
Remarquablement documenté et argumenté, accessible à tous, ce livre est un support incontournable à tous les citoyens soucieux de faire que le monde d’après ne soit pas celui d’avant qui nous a mené à la catastrophe sanitaire, économique et sociale que nous subissons actuellement :
« Aucune armée n’est aussi puissante qu’une idée dont l’heure est venue ». Victor Hugo. Telle est la conclusion de ce court ouvrage.
Bonne lecture à tous.

Au fil de l’actualité :
Le Codef depuis sa création en 1995 a toujours été parmi celles et ceux qui, hier et avant hier, alertaient sur la destruction continue de l’hôpital public, de la Sécurité Sociale. De plus en plus des voix s’élèvent pour dénoncer “La casse du siècle”, un livre écrit à trois mains (Pierru, Juven , Vincent) qui examine les effets des contraintes organisationnelles et budgétaires au sein de l’hôpital, à travers les réformes qui, depuis les années 1980, visent à y rationaliser l’activité.
Les signataires du manifeste cité ci-dessus affirment que “Depuis des années, et plus encore en 2019, la recherche française et les personnels de santé ont crié leurs colères et leurs détresses. Les gouvernements successifs sont restés fixés sur leurs objectifs de réduction d’activité de l’hôpital public et ont refusé d’écouter les propositions du personnel tout en privilégiant les structures privées pour la plupart détenues par les fonds spéculatifs anglo-saxons. Lorsque la bombe sanitaire explose, le gouvernement
colmate en urgence sur le dos de la population et en fragilisant l’avenir.”
Nous ne pouvons qu’être très inquiets de la suite à venir. Déjà des voix s’élèvent pour encourager le gouvernement non seulement à continuer dans la même voie mais aller encore plus vite et plus loin dans la prise de mesures autoritaires !
Dès maintenant exigeons des moyens pour protéger et la population et celles et ceux qui soignent. Des masques, du gel gratuits ! Des tests ! La France 6ème puissance mondiale ne serait-elle pas capable de faire aussi bien que la Pologne 22ème puissance mondiale qui, elle, installe des distributeurs de masques gratuitement dans la rue ?
Et demain ? exigeons une autre politique pour le développement de l’hôpital public, la création d’un secteur public de médecine de premier recours autour de centre de santé géré par des associations ou des collectivité publiques !

En attendant, on ne peut que répéter les mots du docteur François Salachas, neurologue au CHU-Pitié Salpêtrière (Paris), à l’adresse de Monsieur Macron, le 27 février dernier : « Monsieur le Président, vous pouvez compter sur nous. L’inverse reste à prouver. »

Un commentaire

  1. Refonder le lien entre le système sanitaire et l’industrie française ?

    La réponse est dans la question.
    Vous communiquez mal les mecs !
    Sanitaire et industrie
    Morts et bizness
    Rembauchez Benjamin Griveaux
    Lui saura trouver les mots…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *