Le Creusot – A fond de 4e à l’Alto

Au collège, dans les classes de 4e, les élèves ont déjà une petite idée sur le métier qu’ils aimeraient exercer. Certains le savent déjà, d’autres hésitent ou encore demandent à voir. D’où l’idée d’organiser chaque année « A la rencontre des métiers » en alternance avec Montceau et Le Creusot.

Pendant deux jours, c’est à l’Alto au Creusot que se déroulent ces rencontres entre professionnels et les élèves de 4e des collèges de Sanvignes, Génelard, Saint-Vallier, Montceau, Montchanin, Les Epontots, Montcenis, Saint-Gengoux, soit plus de 1000 élèves du public et du privé. Le tout organisé conjointement par les Rotary Clubs et les Centres d’Information et d’Orientation (CIO).

Il faut de tout pour faire un monde y compris celui du travail mais dans les métiers, certains chez les jeunes ont plus la cote que d’autres. Alors parmi les secteurs d’activité : – 1) Agriculture – agro-alimentaire – environnement – animaux, – 2) Vente – commerce – gestion, – 3) Services à la personne – sports- loisirs- hôtellerie- santé, – 4) Administration – services aux publics, – 5) Arts – information – communication, – 6) Bâtiment – travaux publics, – 7) Industrie, celui de la gendarmerie et de la police est toujours très prisé.

Ils sont quatre du collège Jean Moulin, Arthur, Justin, Lucas et Estéban et tous veulent être gendarmes ou pompier professionnel pour Lucas. Pourquoi cet engouement? « A cause des attentats à Paris. Nous avons été bouleversés » disent-ils en chœur. « Gendarme, c’est prendre des risques pour la population » argumente encore Lucas. « Devenir gendarme, on y pense déjà depuis tout petit » assure néanmoins Arthur.

Forcément du côté du bâtiment, notamment le métier d’électricien ne connaît pas la même adoration. « Ils ne sont pas très intéressés » soupire un retraité venu parler de son artisanat. « Dans le bâtiment, nous avons toujours eu des difficultés à recruter des jeunes ».

Chez les jeunes filles, la mode, la danse, la coiffure, « ça reste un rêve de petite fille comme miss France » souligne une professionnel de la coiffure à Saint-Vallier. « Mais aujourd’hui, elles ne se rendent pas compte des exigences que réclament ces métiers ».

Chloé, élève de Montceau est venue se renseigner sur la garde d’enfant, « dans une crèche, mais je n’ai pas trouvé la personne ». Praskowia, quant à elle se destine à la vente et Manon veut être serveuse ou faire de la vente à domicile.

Toutes et tous ont préparé leur venue à l’Alto. Les questions étaient prêtes et de retour au collège, un débriefing est au menu avec le professeur principal.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.