•  

Couvre-feu – Bars et restaurants, entre fatalisme et écoeurement à Montceau-les-Mines

C’est un nouveau coup de massue asséné aux patrons de bars et restaurants de Montceau-les-Mines que l’annonce faite vendredi matin par le préfet de Saône-et-Loire. Chacun s’était plus ou moins préparé à vivre l’épisode du couvre-feu de 21h à 6h mais la fermeture des bars pour un mois est vécue comme un cauchemar.

Pour les bars-restaurants où seule la restauration est autorisée, tomber le rideau à 21h oblige les professionnels à revoir leurs plans, d’adapter et même imaginer de nouvelles formules pour ne pas perdre leur clientèle.

C’est encore une nouvelle vie qui commence ce samedi 24 octobre 2020. Il y a eu avant le confinement, pendant le confinement puis le déconfinement et maintenant le couvre-feu. Le pire à venir serait le reconfinement que beaucoup redoutent.

Petit tour d’horizon dans des établissements montcelliens du centre-ville.

LE STROBI

La serveuse derrière le bar ne cache pas son désarroi. « Cela fait déjà une semaine que je ferme à 22 heures. C’est du manque à gagner. De fermer si tôt, ça casse l’ambiance ».

Sébastien, le patron, lui est moins remonté, plus posé. Il regrette surtout le manque d’information. « Si on ne regarde pas les infos, nous sommes au courant de rien. Nous n’avons jamais reçu un courrier officiel. Ceci dit, le problème, c’est pour ma serveuse qui va retourner au chômage partiel. J’espère aussi qu’on arrivera à décaler les factures ».

LE BAR DU PONT LEVANT

Sandrine fait la tête des mauvais jours depuis qu’elle a appris la fermeture des bars pour un mois. « Je suis dégoûtée, je n’arrive pas à y croire. On repart pour un cauchemar » balance-t-elle d’entrée.

Aussi pensait-elle s’adapter au couvre-feu de 21h à 6h, « et là, j’arrive ce matin (vendredi en fin de matinée) et j’apprends qu’on ferme ce soir. Je suis écoeurée ».

Elle ne comprend pas que les restaurants restent ouverts pendant le couvre-feu et les bars ferment. « Bon je vais pouvoir faire du ménage », dit-elle dépitée.

BAR LE J.H.

La patron est déjà parti. Derrière le bar, Lionel est sans voix. « Que voulez-vous que je vous dise ? Je ne peux rien dire ». Le regard dans le vague, il réfléchit et reprend. « De fermer les bars, ce n’est pas ça qui va empêcher les gens de tomber malades. Au déconfinement, il fallait demander à tout le monde de porter un masque, on n’en serait pas là aujourd’hui. Fermer les bars, ça met le moral à zéro. C’est malheureux ».

LA MIE CALINE

Son cas est quelque peu différent des bars et des restaurants. Il est ni l’un ni l’autre, mais explique le patron, « nous faisons partie des commerces de première nécessité ». Vendre du pain et des viennoiseries, il peut. « Mais est-ce que je peux servir juste un café ? je ne le pense pas mais je n’ai pas encore la réponse ».

Erwan est lui aussi dépité par ce couvre-feu et la fermeture des bars. « Si moins de commerces sont ouverts, les gens sortiront moins et forcément nous seront impactés ».

LE CONCORDE

C’est le rebelle montcellien. Il fait bar et de la restauration rapide. Mais sur ce qu’il a droit de faire ou ne pas faire, « je n’y comprends rien. J’ai appelé la préfecture, impossible d’avoir quelqu’un. J’ai contacté la police, sans plus de précisions » raconte-t-il.

José est remonté. « Moi, ce samedi, je vais ouvrir comme d’habitude à 6h30. Après on verra bien si la police me demande de fermer ». Il ne comprend pas non plus, pourquoi on demande aux bars de fermer, « je ne peux pas accueillir plus de 30 personnes » précise-t-il, et les grandes surfaces « restent ouvertes ».

« J’espère que nous aurons à nouveau des aides de l’Etat. C’est toujours les petits qui ramassent ».

Pas content José !

LE CAFE BY SOLE

Ici, pas question de servir un verre depuis l’arrivée du couvre-feu. Là encore, seule la restauration est possible. « Alors dès ce samedi, nos allons ouvrir de 11h30 à 15h puis de 18h à 21h » précise Mandy. « Nous proposerons également de la vente à emporter ».

Mandy est triste. Elle sourit mais le coeur n’y est pas. « La veille (jeudi), on faisait des plans pour satisfaire les clients et le lendemain, tout s’écroule, alors il faut sauver les meubles. C’est vraiment un coup de massue ». Et du chômage partiel aussi.

L’ABC

Là également le bar est à l’arrêt depuis ce matin. Le restaurant ouvre tous les jours de 11h30 à 15h et de 18h30 à 21h. « Nous ne prenons plus personne à partir de 20h » précise Grégory, le responsable de salle.

A L’ABC, on avait commencé à anticiper la décision du préfet. « Le service doit être irréprochable et désormais encore plus rapide avec nos clients à qui nous proposons des plats en direct et, surtout de qualité de type bistrot » ajoute Grégory.

C’est une nouvelle fois l’occasion « d’axer notre communication sur les plats à emporter » précise-t-il. Forcément, du personnel sera en chômage partiel mais « nous gardons tout le monde ». Avec lui, ils sont 5 en salle et 9 en cuisine.

Et tout le monde garde le sourire.

LE DARCY

Le bar, on oublie. Reste la restauration à l’heure du déjeuner de 11h30 à 14h30. D’ordinaire, le Darcy, bar-brasserie ferme le soir aux alentours de 19h. Mais avec les consommations en moins pendant un mois, « nous allons ouvrir les vendredis et samedis à partir de 18h » fait savoir Valérie. Des plats simples et bons pour conserver cette convivialité avec les clients. « A 20h30, il faudra commencer à penser de partir car à 21h, le rideau doit être baissé ».

Valérie, comme tant d’autres dans la profession ne dit rien mais n’en pense pas moins. Si, une chose. « Nous sommes toujours prévenus à la dernière minute des directives à suivre. Ce n’est pas normal ! »

LE VENDOME

Le p’tit noir du matin sera peut-être de retour d’ici la fin de l’année. Pour l’heure, Gilles imagine une nouvelle formule. Le restaurant, il est ouvert de 11h30 à 15h et « le soir, je vais essayer du mercredi au samedi de proposer un plat du jour, soit sur place soit à emporter. On verra bien la réaction des clients à qui il demandera avec sa délicatesse habituelle de quitter les lieux à partir de 20h30.

Travailler dans ces conditions ne le rend pas nécessairement grincheux mais « ça fait c… Combien de temps ça va durer ? »

LA TRATTORIA

Il garde malgré tout sa bonne humeur mais comme ses collègues, il a du mal à digérer le couvre-feu et être obligé de fermer son restaurant à 21h. Parce que c’est le soir où il travaille davantage avec deux services. « Ce samedi soir, le deuxième service est d’ores et déjà annulé d’autant plus que les clients vont devoir partir à 20h30 » annonce Stefano.

Alors il compte également sur les plats à emporter et même livrés, proposés dès lundi soir (il est fermé dimanche et lundi midi). Encore faut-il que ce soit rentable, « j’ai 7 personnes en salle et en cuisine », bref, il faut que ça tourne.

Stefano retrouve le sourire, son équipe aussi. Accueillir les clients les rend heureux.

Jean Bernard

10 commentaires

  1. on a cas s’en prendre a nous meme, jeudi matin je suis passé dans les rues du centre ville et quel fut ma surprise de voir encore des gens ne portant pas de masques (obligatoire) ou sous le menton. alors respectons les consignes sanitaire et ça ira peut-etre mieux après.

  2. Vous avez oublié la paillote, a non désolé il ce sont reconverti en homéopathie,comme quoi quand on a le sens du commerce tout marché 👺👺

  3. Les cafetiers se moquent de nous ! Depuis des années quand on veut prendre un café à 19h après le boulot ou après un petit ciné tout est fermé, alors rien de nouveau à montceau !!!

    • Tout à fait d’accord avec vous. J’ai même vu des cafetiers râler parce qu’un groupe de jeunes lycéens italiens venus en échange à Parriat se retrouvait les soirs à 19h.

  4. si vous avez soif vous pouvez boire a votre domicile il me semble,vous eviterez de peut-être vous faire contaminer mais surtout vous économisez votre argent étant donné que le même breuvage vous sera facturé au bas mot 3 fois plus chère dans un bar…

    • Et on peut aussi ne pas manger, ne pas s’habiller… après tout puisqu’on ne pourra plus sortir !!!
      Montceau se meurt et le plaisir de se retrouver aussi…

      • pauvre seb plutot que de mettre des conneries renseignez vous au cas ou vous ne le sauriez pas le couvre feu ne se limite pas a la seule ville de montceau mais à de nombreux départements , la prochaine fois réflèchissez

  5. Merci pour votre commentaire très intelligent…
    C’est a cause des gens comme vous que les petits commerces ferme un par un, vous voudriez que l’on vende le café le prix que l’on l’achète ???
    Ce qui n’aurait aucun intérêt..
    Les bars existent depuis la nuit des temps et bien sur le prix du verre est forcément plus chère qu’en grand surface..

  6. est ce que la paillotte et l'auberge de la saule resteront encore ouvertes ?

    simple curiosité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *