•  

Coronavirus – La température monte chez les ambulanciers

Dans le personnel directement concerné par la crise du coronavirus, les ambulanciers du privé _ n’oublions pas les sapeurs-pompiers _  sont également en première ligne.

Ce sont eux qui, d’ordinaire, véhiculent les patients pour les examens, ils assurent, sur prescription médicale ou en cas d’urgence médicale, la prise en charge et le transport de malades, de blessés. Mais aujourd’hui, avec l’activation du plan blanc (urgence sanitaire et de crise), l’activité des ambulanciers a drastiquement chuté. « Nous subissons une baisse de 70% de notre activité » assurent de concert Jean-Philippe Douard (les ambulances Douard) et Philippe  Polakowski (ambulances Polakowsli). « Toutes les actions non urgentes sont repoussées. En temps normal, nous avions une centaine de personnes à prendre en charge, aujourd’hui elles ne sont que vingt-cinq » précise Jean-Philippe Douard.

Economiquement parlant, c’est une vrai casse-tête pour les deux chefs d’entreprise.

Chez Polakowki, c’est encore plus problématique. « En janvier, nous avons racheté les taxi Jaunet. Aujourd’hui, sur les six salariés, cinq vont se retrouver en chômage technique » se morfond le patron.

Le coronavirus, le confinement, qu’on le veuille ou non, va économiquement provoquer de la casse, même si Emmanuel Macron a précisé « quoi qu’il en coûte », la réalité du terrain oblige les patrons à user du bon sens. Pas de client, pas de boulot.

D’un autre côté, ces ambulanciers sont également en première ligne dans la crise du coronavirus même si les urgences de l’hôpital, le SAMU, sont prépondérantes. Mais chez Douard et Polakowski, tous sont prêts à répondre à l’urgence de la situation.

Là ou la bât blesse, c’est dans le matériel, celui destiné à protéger le personnel. « Quand nous avons un appel du 15, nous devons passer aux urgences pour nous équiper en combinaisons, masques, gants, lunettes, mais le kit n’est pas disponible » affirme Philippe Polakowski.

Entre temps, dans la soirée de vendredi, Jean-Philippe Douard, apporte une précision. « Je suis passé aux urgences au centre hospitalier Jean Bouveri, les kits sont disponibles ». Très bonne nouvelle !

Trois masques l’un sur l’autre pour conduire un cas avéré de codiv-19

En attendant les ambulanciers vivent des moments critiques. « Nos employés sont en droit de faire jouer leur droit de retrait. Ils sont papas, ont une femme et peuvent très bien contaminer leurs familles » prévient Philippe Polakowski. La contamination est partout. Même si les véhicules, les ambulances sont désinfectés, « un moment nous emmenons un cancéreux pour une chimio et juste après un cas de codiv-19. Nous travaillons avec tous les hôpitaux, le virus est partout. Il faut être prudent avec les autres » prévient Jean-Philippe Douard.

Il donne un exemple. « Hier soir (jeudi), nous sommes appelés pour un cas avéré de codiv-19. Aux urgences, pas de masques, les FFP2 (masques certifiés). Nous nous sommes retrouvés devant un cas de conscience. Mais les gars ont justement une conscience au-delà de leur propre jugement. Ils ont mis trois masques l’un sur l’autre. Le patient, sans le toucher, est monté seul à l’arrière de l’ambulance. C’était un jeune homme (moins de 50 ans) avec 41 de fièvre, un vrai zombie. Alors oui, nous l’avons fait ».

Quand on vous dit de « RESTEZ CHEZ VOUS », ce n’est pas idée lancée en l’air. Pour emmerder le monde. Non, la situation est grave, très grave. Et ce n’est que le début sur le Bassin minier. « Les Français sont indisciplinés, ils n’écoutent pas » souligne Philippe Polakowski.

Donc le problème, si le personnel, ambulanciers, médecins, infirmières, est  contaminé, qui soignera les patients touchés par le covid-19 ? Même les médecins généralistes par manque de masques, ne souhaitent plus recevoir au cabinet les cas suspects. « Faites le 15 et les urgences nous appellent si le SAMU ne peut se déplacer » précise Jean-Philippe Douard.

Ne soyons pas défaitistes mais réalistes. Dans les quinze jours, sur le Bassin minier, les cas de covid-19 vont s’accélérer. Les premiers morts _ hélas _ seront à dénombrer. Un médecin urgentiste ne cache pas son angoisse quand il déclare à l’un de ses patient « ça sent la mort ».

627 morts en une journée en Italie, ça vous parle !

Respectez le confinement.

Les ambulanciers et tout le personnel soignant sont en première ligne. Pensez-y.

Jean Bernard

4 commentaires

  1. Je reprend la phrase : Restez chez vous . Difficile pour certain , hier au journal téléviser il y avait deux mondes ; les imbéciles qui se promenaient , essayaient de partir en week end ; ceux qui allaient en famille faire des courses . Et , le personnel soignant , tous ceux qui travaillent dans les magasins , les boulangers , les routiers ; qui doivent travailler pour nous permettre de survivre , et , ce au risque de tomber malade . Et , puis on a pu voir des images de L ‘Italie … C’était terrible . Alors à tous ceux que le virus fait rire STOP !!! Prenez conscience de ce qui nous arrive , nous pouvons perdre du jour au lendemain ceux que nous aimons . Soyons tous solidaire !!! Sortons le moins possible !!! Qu’est ce qu’un mois ou deux de confinement sur toute une vie ?

  2. Citoyenne de montceau

    À vous les irresponsables pensez à toutes les personnes qui sont en danger, les malades chroniques, les dialysées, les greffées et celles qui sont en chimio, un vous serez peut-être concernés, vos proches là vous comprendrez mais ce sera trop tard. Profitez pour sortir de vos placards les jeux de société, pour les ados prenez un livre et découvrez le plaisir de lire et en plus avec vos téléphones prenez des nouvelles de votre familles et de vos amis (ies) ou même rangez vos placards et triez. À tous pensez aux personnes hospitalisées et celles en épadh qui n’ont aucune visite que le personnel qui n’ ont pas toujours le matériel adéquat pour se protéger. Alors un peu de bon sens et restez chez vous si vous cherchez bien vous trouverez de quoi vous occuper. J’espère que vous prendrez conscience de cette pandémie.

    • Blablabla…==> citoyenne de montceau

      Il fait très bon dehors pourquoi Sen privé est cela permet de faire du rangement.
      Tous mes voisins étaient dehors aujourd’hui en campagne on avait tous une occupation je précise en propriété privée.
      Il y a toujours moyen de ne pas rester confiner en s’occupant chez soi

  3. Les gens sont vraiment indisciplinés , footing, promenade , velocycliste , j’en vois de toute sorte , vous allez me dire il fait beau oui je sais mais qu’est ce que c’est d’être confinés 1 ou 2 mois …pensez a nos infirmiers infirmières ……..je suis très bien placée pour voir ses imbéciles sortir . Prenez conscience de se virus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *