Coronavirus – 24 décès supplémentaires, 400 patients de retour à la maison, essais thérapeutiques en cours

Photo illustration.

COVID-19 est responsable de 123 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile. Les CHU de Besançon et Dijon participent à la recherche clinique autour du virus.

Le suivi en temps réel des capacités hospitalières, de la logistique des équipements ou des difficultés que peuvent rencontrer les établissements médico-sociaux, est le quotidien de l’Agence Régionale de Santé et de l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre la propagation du COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire.

123 décès sont désormais à déplorer en Bourgogne-Franche-Comté, 619 personnes sont hospitalisées, dont 166 avec des formes graves nécessitant une prise en charge en réanimation.

La gravité de la situation ne doit pas faire oublier qu’à ce jour, près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.

 

La réponse scientifique

Les perspectives s’ouvrent également avec la réponse scientifique à la propagation du virus.

L’infection à coronavirus bénéficie aujourd’hui de traitements symptomatiques. Cinq essais interventionnels thérapeutiques étudient actuellement la sécurité et l’efficacité de différentes molécules. Parmi ces essais, l’étude Discovery, dans laquelle sont d’ores et déjà engagés les deux CHU de la région, Besançon et Dijon. L’étude, qui prévoit d’inclure 800 patients en France, porte sur différentes molécules, dont l’hydroxychloroquine.

L’ARS salue les équipes de Besançon et Dijon pleinement mobilisées dans le soin, mais aussi dans cette recherche scientifique.

De nombreuses pistes thérapeutiques potentielles sont donc explorées, mais dont l’efficacité et l’innocuité doivent être démontrées.

C’est pourquoi le Ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’aucune n’est favorisée et aucun traitement spécifique n’est validé.

4 commentaires

  1. Très langue de bois cet article et un peu anesthésiant: patientez bonnes gens, les spécialistes travaillent pour votre bien… Alors que chacun sait l’intense controverse qui traverse les milieux médicaux autour de l’autre politique préconisée par le prof Raoult de Marseille: tester massivement, diagnostiquer, puis administrer au plus vite de l’intoxication le traitement hydroxychloroquine + antibiotique, dont son labo est un spécialiste mondialement reconnu.
    Contre lui le gotha parisien de la recherche médicale, le lobby pharmaceutique (le traitement proposé ne coûte que qqs euros) et la plus grande partie de la presse, tte l’intelligentsia parisienne qui détestait déjà les Gilets Jaunes !!!
    En sa faveur: les résultats des premiers essais faits en Chine puis à Marseille, la disponibilité immédiate des produits, bien connus car utilisés depuis 70 ans (et aux effets secondaires éventuels tt aussi connus et maîtrisés)… Possibilité donc de freiner le virus et éviter aux gens atteints de passer aux stades graves de la maladie.
    RIEN LA DEDANS du remède miracle que dénoncent les médias, juste un moyen potentiel de sauver immédiatement des vies, mais c’est une radicale remise en cause de la politique officielle !!

  2. ps – les meilleurs info critiques à ce sujet sur le site
    http://www.jdmichel.blog.tdg.ch

  3. il y a des traitements anciens contre la pire maladie des poumons ( tuberculose) comme le myanbuthol INH, l’isoniazide e t des antibiotiques disparus qui fonctionnaient très bien ( TAO 500) mais qui ne rapportaient pas assez car ont avait inventé un nouveau( pas toujours efficace mais plus cher) , et à ce jour ont revient vers un médicament vieux de 70 ans!!! à méditer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *