Conseil communautaire – Avec son jukebox, Onze Plus a besoin d’espace

A la résidence des Tilleuls à Saint-Vallier,  présentation d’une borne mise au point par la société Onze Plus du Creusot (photo archives).

Près de 92 000 € accordés pour accompagner la société Onze Plus dans son développement.

 

Onze Plus est une société qui crée des bornes interactives multimédia à destination des établissements dans le secteur de la gérontologie. Imaginée comme un jukebox, c’est-à-dire avec une ergonomie spécifique pour donner un accès à la musique aux personnes âgées en établissement de retraite, les bornes ont évolué avec des fonctions d’animation (jeux et activités musicales, de mémoire…) et des fonctions à visée thérapeutique qui lui permettent d’être un outil utilisé dans les unités spécialisés pour les malades d’Alzheimer et autres maladies neuroévolutives.

 

Le projet foncier de cette société consiste à créer une extension du bâtiment de 441 m² supplémentaires portant la superficie totale à environ 891 m². Cette extension comprendrait une zone de stockage et des bureaux pour faire face à l’accroissement de l’activité de production des bornes interactives multimédia. Cet accroissement d’activité devrait s’accompagner de la création de 4 à 6 emplois avec la pérennisation de 2 contrats d’apprentissage.

 

Dans le cadre de son dispositif d’aide à l’immobilier d’entreprise, la Communauté Urbaine Creusot Montceau attribue une subvention de 91 900 € à la holding INNOV&SM, missionnée pour ce faire par la société Onze Plus.

2 commentaires :

  1. Encore moins d’Humain là ou il en faudrait le plus.

    • Bien d’accord avec cela. Mais aussi :
      J’y vois surtout encore un exemple d’entreprise privée subventionnée par l’argent public.
      Donc, les théories qui énoncent : « la privatisation totale résoudra tous les problèmes » et « la réussite se fait par la seule force individuelle de travail » me semblent ne tenir que sur du sable mouvant tant chaque actualité nous démontre le contraire, quand on creuse un peu, car souvent cet aspect des choses est masqué par pur idéologisme (Certes, Amazon est bien au départ un contre exemple, mais à condition de travailler 20h sur 24 chaque jour! Ceci n’est tout simplement pas humain! et finalement depuis le garage de ses parents (autre forme de subvention)).
      Comme quoi, rien de tel qu’un État (et ses strates : Régions, Départements, Communautés de Communes….elles-mêmes financées par les dotations globales de fonctionnement….de l’État) pour assurer in fine la solidité économique tant que l’État laisse en fait la libéralité de l’activité et la libre formation des prix et des salaires (dans une certaine limite en cas de Crise, et dans une certaine éthique pour les salaires). Et tant que les pouvoirs publics subventionnent ce qui est « bon » dans les activités humaines dans un cadre écologique viable. Subventionner des courses automobiles par exemple n’est peut-être pas ce qu’il y aurait de mieux à faire. En revanche, subventionner massivement de la transmission de Connaissances serait hautement judicieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.