Communiqué des Gilets jaunes du Magny

Suite à l’assemblée générale que nous avons tenue hier, nous entendons tout et son contraire.

Nous avons tous des intérêts différents, que nous soyons salariés, retraités, entrepreneurs ou sans emploi, pour ou contre les gilets jaunes. Notre force est la multiplicité de nos points de vue qui doit aboutir à des échanges, à des débats et à des remises en question, pour trouver la solution, le consensus qui satisfera tout le monde. Notre mouvement citoyen doit se poursuivre progressivement, dans le respect des opinions de chacun.

Les avis convergent vers un même constat : nous avons appris à tisser des liens sur un simple prénom, sans avoir à mettre en avant notre statut professionnel ou social, il s’agit d’une véritable expérience humaine qui fait du bien au cœur et à l’esprit. Nous échangeons, quel que soit notre bord politique, notre affiliation syndicale ou notre engagement associatif. Certains seront toujours là pour critiquer, mais nous invitons tous ceux qui ont des questions à venir nous rencontrer pour en discuter.

En ce qui concerne la presse, une différence existe entre presse locale et presse nationale, entre presse indépendante et presse salariée, entre presse écrite et presse télévisuelle, entre la couverture médiatique du début du mouvement et la couverture médiatique actuelle, entre visibilité dans les médias et présence des médias à toutes nos réunions. Nous en avons tous conscience. Reste à trouver un équilibre dans tout ça.

Les Gilets jaunes du Magny

12 commentaires

  1. Pour trouver l’équilibre, il faut que Bernard Arnaud et les capitalistes de son acabit vivent avec le RSA et qu’on redistribue leurs fortunes à ceux qui ont travaillé pour les constituer.
    C’est la condition sine qua non de l’équilibre.

    • Pourquoi pas, mais croyez vous que Bernard Arnault (avec un l), à moins que vous ne parliez du cantonnier de La Reysouze (mais ce Bernard ci n’a pas fais fortune), se crèverait la paillasse à développer son entreprise et à créer des emplois s’il devait vivre au RSA et redistribuer l’intégralité du fruit de ses efforts ?
      Ce que vous prônez s’appel le collectivisme. Et on a vu ou cela a mené …..

      • Alors, que proposez-vous ?
        Faire des cadeaux aux entreprises pour leur permettre d’embaucher et donc de réduire le chômage ?
        Ça a déjà été essayé aussi, et chez nous, et à maintes reprises ; on a vu aussi où cela a mené…

        Les détenteurs des grosses fortunes ne sont ni des génies, ni des surhommes. Bien d’autres peuvent faire aussi bien qu’eux, mais dans l’intérêt de la collectivité et en partageant les ressources et le fruit du travail.
        Alors effectivement, c’est du collectivisme.

        Il est aussi très facile de se sortir d’un mauvais pas lorsqu’un gouvernement à la botte transforme une dette privée en dette publique. Ce n’est pas vieux, c’est la crise financière mondiale de 2007-2008. Les banques n’ont jamais remboursé. Là, le collectivisme n’a pas dérangé les capitalistes.

        • Marcuse,
          Je ne propose rien, et jusqu’à preuve du contraire c’est vous qui revendiquez.
          Je me contente d’expliquer que vos propositions ne font aucun sens.

          Puisque que bien d’autres pourraient faire aussi bien que les personnes détentrices de grosses fortunes, je me pose la question de savoir pourquoi aussi peu y arrivent ? Certainement la théorie du complot …. Une petite pointe de jalousie de culture française peut être ?
          Dans les pays en voix développement, ces personnes que vous haïssez sont des modèles pour beaucoup de gens. Les étudiants décortiquent leur parcours, leurs choix, leurs décisions afin d’en extraire les informations qui pourront leur permettre de les aider à s’élever dans la société.

          Si je devais proposez quelque chose, ce serait peut être la suppression de toutes les prestations sociales pour les personnes non handicapées physiques ou mentales, suppression de toutes les subventions aux entreprises (contrairement à ce que vous sous entendez), aux associations, organismes divers et varier. Renforcer l’Etat sur les missions régaliennes (Sécurité, justice, santé et enseignement), désengagement de l’Etat sur tout le reste, et que chacun soit libre d’entreprendre, créer, de bénéficier du fruit de son travail à sa guise et de verser de l’argent aux organismes qu’il aura choisis. Aujourd’hui, tous les français ne peuvent disposer de leur argent comme bon leur semble. Vous comme moi.
          Mais je doute que vous soyez d’accord avec ce programme qui responsabiliserait les français quant à leur comportement vis à vis des générations futures.
          Par contre, il vous permettrait de choisir votre employeur si vous ne vous lancez pas dans l’entrepreunariat, et vous procurerait une liberté professionnelle que vous n’avez pas aujourd’hui. Par contre, cela implique que chacun prenne ses responsabilité et soit acteur de son propre avenir. Changement difficile voir impossible pour bon nombre de français opposé à tout prise d’initiative et adepte de l’immobilisme.

          Maintenant si il y avait une solution évidente, cela se saurait et elle aurait été mis en place depuis longtemps.

          Votre remarque sur la crise des subprimes de 2008 est très intéressante. C’est un sujet d’une complexité inouïe. J’y ai été confronté de part mon activité professionnelle (non ce n’est pas la banque n’y la finance). Une justice forte (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui) aurait pu permettre de sanctionner quelques crapules de haut vol, et je le regrette vivement. Mais bon, nous savons tous comment se passent les choses quand l’Etat baisse la culotte devant les menaces de suppression d’emplois. Peut être eut il mieux valu que cela se passe comme cela s’est passé, les dégâts ont été plutôt limité compte tenu de la situation. Les Etats ont peut être adopté la meilleur solution pour tout le monde, mais nous ne le saurons jamais.

  2. Bonjour, Marcuse, je vous soutiens à 150%.

    J’ajoute que :
    – La presse est la presse. Elle est libre, comme la parole d’ailleurs, et quoi que vous fassiez, vous aurez des soutiens d’un côté et des détracteurs de l’autre. Le plus important est qu’on parle de vous. On ne doit pas vous oublier et seuls les médias ont le pouvoir de vous faire connaître.

    Je dis « vous », car je ne sais pas si je vais continuer dans ce mouvement tant je suis déçue par l’article que vous venez de faire passer et pour lequel je n’ai pas été consultée comme tant d’autres.
    Ces dysfonctionnements mèneront les GJ à leur perte.

    – Les liens entre les GJ existent probablement, mais nous devons avancer dans le MÊME SENS, car nos intérêts sont les MÊMES contrairement à ce que vous dîtes, du moins j’ose encore l’espérer.

    Comprenez que tout est lié dans ce monde. Le social, l’économie et l’emploi, l’écologie, la santé, la sécurité, la , etc. TOUT EST LIÉ et dépend malheureusement de la volonté des élus qui au départ sont là pour nous représenter, mais qui ne le font pas, car ils sont à la solde de quelques-uns. Les « élus » ne représentent plus, pour la majorité d’entre eux, le peuple..
    Ces mêmes élus sont dirigés par la finance, et la finance (ou les riches pour être plus claire) n’en a rien à foutre du peuple français, tant que cela ne retentira pas sur leurs bénéfices.
    Que vous le vouliez ou non, ce combat est bel et bien un combat politique, c’est un combat pour la justice sociale et c’est le combat de la pauvreté contre la richesse.
    Que ce soit l’augmentation du prix de l’essence, de la CSG, du gel des salaires, l’augmentation de la précarité tout est lié à la finance et à la politique. M.Macron et ses sbires travaillent pour l’enrichissement de grands groupes nationaux ou internationaux, au mépris des salariés, de leur famille.
    Nous sommes des bêtes de somme qui nourrissons leurs propriétaires, c’est tout !

    Il faut donc cesser de dire que ce combat n’est pas politique, il l’est par nature et il doit l’exprimer clairement. Car lorsque nous irons tous dans le même sens, avec des idées bien claires, nous ferons vraiment trembler le pouvoir en place.
    Pour l’instant, Macron s’amuse beaucoup, car il a compris, que malgré la colère, malgré cet élan de solidarité exemplaire, le manque d’organisation et de clarté dans nos discours nous fera perdre ce combat. Les revendications que nous faisons sont des revendications politiques !

    Que se regroupent dans ce mouvement des personnes de divers horizons est une excellente chose, mais ils doivent être d’accord sur la nature de ce combat, et tous aller dans le même sens. Il faut renverser un gouvernement qui ne représente plus son peuple et changer cette république. Gouverner par ordonnance est bien l’une des preuves que le pouvoir n’appartient pas au peuple, or, ces personnes vivent grâce à l’argent de nos impôts, c’est nous qui les payons, c’est donc à nous de décider de l’avenir que nous voulons pour nous et pour nos enfants.

    Marcuse à raison, ces gens qui nous gouvernent ne connaissent pas la vie de misère que nous connaissons. Nos détracteurs non plus, ou alors, ils ont peur.

    Bref, je crois que je perds une fois encore mon temps, mais je termine quand même en disant que, non, il n’est pas possible de respecter l’opinion de chacun. Je veux savoir avec qui j’avance, je n’ai pas envie de combattre auprès de ceux qui composent le Rassemblement National, désolée, ni auprès de ceux qui disent que le mouvement des GJ n’est pas politique.
    Ce qui finira par tuer les GJ, c’est le refus de voir tout ça, le refus de dire haut et clair que nous ne voulons plus que les riches gouvernent le monde et que les richesses qu’ils ont acquises grâce à une main-d’oeuvre sous-payée doivent dorénavant être redistribuées.

    En espérant que ce commentaire passe,

    Bien à vous.

    • Vie de misère il faudrait peut être pondérer un peu. Certe l’or ne remplit pas les poches de l’immense majorité des français, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais, beaucoup manifestent en survêtement Adidas, chaussures Nike et le smartphone à main. Environs 80% de la population mondiale vous envie cher ami, enfin, surtout votre niveau de vie.

      Par contre, je vous rejoint sur le fait que tout est politique. Et bien, avec 56% d’abstention au 2nd tours des dernière législatives, vous faites partie de la minorité qui en prends conscience.
      En politique, chacun est acteur, à travers son vote pour commencer.

      Quant à la redistribution, comme vous dites, elle n’a jamais aussi bien fonctionné. Le niveau des pays en voix de développement n’a jamais autant progresser que ces 20 dernières années. Les populations occidentales qui s’accaparaient la majorité des richesses partagent de plus en plus avec ces personnes que l’on qualifiait il y a peu, de ressortissants du tiers monde. La main d’œuvre sous payée, au service des occidentaux, commence à voir le bout du tunnel. n’y voyez vous pas quelquechose de positif ?

    • je ne peux qu’applaudir des 2 mains
      merci pour ces paroles …comme il est courant de dire maintenant je KIFFE à fond.
      pour la lanterne de tartempion, qui encore une fois porte bien son surnom ,demande à voir les mains de bernard arnault ces bleus de travail qu’il a du garde précautionneusement,ainsi que ses fiches de paye avec les nombreuses heures supplémentaires qu’il a effectuées ,et les mentions des postes de 3/8 et j’en passe ….

      • Qu’on soit collectiviste ou libéral, quoi qu’on en dise, pas de Bernard Arnauld = pas de boulot pour des milliers de gens. Pas de patron = pas d’emplois.

        Maintenant, faites comme lui, si c’est si facile. A vous lire, il n’a jamais travaillé, sué, passé des heures au travail à résoudre des problèmes inextricables etc …

        Le temps et le nombre de calories dépensées physiquement pour travailler ne sont pas proportionnelles à la valeur ajouté produite malheureusement. Si c’était le cas, mon oncle ex-terrassier eut été milliardaire.

        PS : Le commentaires sur le pseudo apportent beaucoup à la qualité du débat.

  3. Pour Tartempion :

    – Il est admis (voir l’Académie française à ce sujet) qu’on ne fait pas de faute aux noms propres. Par contre, dans votre phrase : « mais ce Bernard ci n’a pas fais fortune », « fais » prend un « t » et il y a un trait d’union entre Bernard et ci.

    Croyez-vous sérieusement qu’Arnault ou Bettancourt se sont crevé la paillasse ?

    À une époque que vous n’avez pas dû connaître, les entreprises investissaient une partie de leurs bénéfices à la création de nouveaux emplois, elles produisaient plus, recréaient des emplois, et ainsi de suite.

    Aujourd’hui que font ces mêmes entreprises et les grands groupes de ces multi milliardaires ? Ils spéculent, protègent leur pognon à l’étranger, sous-payent leurs salariés pour encore plus de profits. Je pourrais vous faire un discours bien plus long et bien plus étayé, mais je préfère y aller progressivement afin de ne pas trop vous charger en informations.

    À présent, j’en reviens à ma vie de misère :

    – premièrement : je vous interdis de me faire un procès d’intention, vous ne me connaissez pas, vous ne connaissez pas ma vie, et je ne vous autorise pas à me juger de la sorte.
    – deuxièmement : je vous rejoins sur le fait qu’il aurait fallu voter, bien que je sois certaine que vous et moi n’aurions pas voté pour la même personne, ni au premier tout, ni au second tour. Mais j’ai voté les deux fois et je ne regrette aucun de mes choix aujourd’hui.

    Et pour le reste, je vous ai déjà répondu plus haut, mais dire que la redistribution n’a jamais aussi bien fonctionné alors que la pauvreté mondiale explose, que le travail des enfants continue de se développer, comme la prostitution d’ailleurs, et que des populations entières meurent de faim dans l’indifférence la plus totale de ceux que vous semblez admirer sans réserve signifie tout simplement que vous avez pris le parti de l’oppression, ou que vous ne savez pas analyser ce que vous lisez ou regardez à la télévision. Mais peut-être, attendez-vous, vous aussi et avec ferveur, le père Noël ?

  4. Copernic,

    A la vue de la violence de votre réponse, il semblerait que les arguments que je vous ai apporté aient touché une corde sensible non ? Pourtant je ne vois pas en quoi vous pourriez vous sentir agressé. Ou voyez vous un procès d’intention ?

    Si vous ne respectez pas l’orthographe des noms propres des personnes dont vous parlez, et bien comment voulez vous que l’on comprenne de qui vous parlez ? Le cantonnier de La Reysouze a pris peur, il a cru un instant ignorer ou se trouvait ses millions 🙂 ….. (Humour, je précise au cas ou vous vous emportiez de nouveau, le débat n’interdit pas l’humour non ?).

    Citez vos sources quant à l’explosion de la pauvreté mondiale ! En voici une qui devrait vous plaire :

    https://www.inegalites.fr/La-grande-pauvrete-baisse-dans-le-monde-mais-de-fortes-inegalites-persistent

    Donc votre argument est nul et non recevable. Vos impressions et autres biais ne sont pas la réalité et de très très loin, vous colportez un un fantasme, une idée, qui sont les vôtres, mais ce n’est pas la réalité.
    Par contre, toutes ces personnes qui sortent de l’extrême pauvreté et les classes moyennes qui se constituent dans les pays en voix de développement le font sur votre dos si je puis dire. Ce sont les richesses que les occidentaux leur extorquaient et qui venaient servir votre / notre confort de vie, que vous / nous ne pouvons plus profiter comme avant.
    Ce rééquilibrage réalisé à votre / notre détriment, que vous critiquez vivement, n’est en fait que le rétablissement d’une certaine justice sociale et économique. A l’échelle du monde Copernic, vous êtes un riche, un très riche.
    Alors certes, des entreprises en profite, c’est vrai, des PDG en profite, je suis d’accord, mais ce n’est pas en les exterminant que vous réglerez le problème. Il y a de telles personnes malhonnêtes partout, chez les gilets jaunes, chez les bénéficiaires du RSA, chez les députés ou encore chez les joueurs de foot ou de pipo.

    Ce qui se passe, c’est que les pays en voix de développement réclament et obtiennent leur part du gâteau dont ils ont été spolié pendant très longtemps. Regardez le développement économique de pays comme le Kenya, l’Éthiopie pour ne citer que ceux ci, et vous comprendrez qu’ils n’ont plus besoin de votre / notre travail ni de vous / nous pour améliorer leur sort.

    Notre monde est maintenant mondial, que cela plaise ou non, qu’on l’accepte ou non. C’est un constat, mais une idéologie. 90% de la population mondiale vous envie et fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous prendre ce que vous avez pour en bénéficier à son tour.

    • Si nous parlons bien de l’affluent de la Saône, c’est la Reyssouze, avec deux s, puisque pour que nous puissions comprendre il convient selon vous de respecter l’orthographe des noms propres.
      C’est aussi « au cas où » (avec l’accent sur le u de où).
      Je me suis arrêté là, car votre message que je suis quand même parvenu à comprendre comporte bien d’autres fautes, comme plus ou moins ceux de nous tous lorsque nous ne prenons pas le temps de nous relire.
      Mais c’est vous qui avez commencé.

      Sur le fond de votre message, il y aurait à dire, mais j’ai d’autres chats à fouetter et d’autres gilets jaunes à laver en ce moment.

      • Cher(e) Marcuse,
        Bel argument pour éviter le débat. Une belle fuite, jambes au cou, dans la pure veine du « sauve qui peut ».
        La Reysouze est un village imaginaire tiré d »un roman de Jaworski ou de Cook, je ne me souvient plus très bien. Et comme vous vous en doutez, Bernard Arnaud, le cantonnier, n’a donc jamais existé 🙂 🙂

        Par contre j’aurai quand même bien aimé lire vos commentaires sur le fait qu’au niveau de la planète, la grande pauvreté ait drastiquement diminuée, pour le plus grand bonheur de ces populations. Mais visiblement, cela ne vous intéresse pas, et vous préférez vous adonner à la « fake news » et au colportage de fausses informations.
        Marcuse, vous n’avez aucune crédibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *