Ciry-le-Noble – Une femme de poids pour une commune qui pèse peu

Renée Saunier, femme, professeure et maire, un portrait sans fioritures, tout en vérité.

 Maire depuis 2001 cette professeure, a une passion pour sa ville natale, pour sa cité.

Née à Ciry-le-Nnoble en plein baby boom elle a gardé l’enthousiasme de sa jeunesse et perdu beaucoup de ses illusions tout en conservant intactes ses utopies qui lui ont permis de lutter depuis 17 ans contre les maux de notre société, perte des services publics, individualisme forcené, transformation de l’administré en client, étreinte technocratique et politique de plus en plus prégnante.

René Saunier s’est présentée en 2001 pour faire quelque chose pour sa ville, en 2008 parce qu’elle sentait qu’il y avait beaucoup à faire et en 2014 parce que le combat continuait, âpre et implacable, pour sauver ce qui avait fait l’âme et la convivialité des villages face à la mondialisation, à l’inflation des normes et les forces centrifuges de l’économie et des privatisations qui privent les habitant de proximité, de relations humaines dans la satisfaction de leurs besoins.

Elle est classée, et sa liste aussi, divers droites, en France il faut rentrer dans des cases. Pourtant elle dit se sentir plus de gauche que certains sur bien des questions comme la défense des services publics, de l’école, de la culture, de la ruralité et de l’emploi.

La femme peut exprimer quelques regrets sans doute, lorsqu’elle a entendu ses petits enfants lui dire « tu vas encore en mairie ». Mais elle a aussi trouvé son accomplissement au travers de deux certitudes. Etre maire et femme c’est se heurter, surtout en milieu rural, à la nécessité d’être encore plus performante et devoir faire « ses preuves ». Trois mandats successifs disent qu’elle a bien dû y réussir. Mais être prof et maire s’avère complémentaire, comme une sorte d’évidence ou chaque état, chaque fonction se nourrissent l’un de l’autre.

Renée Saunier, ne revendique rien pour elle, même pas le « Je », elle le dit et demande de la confiance, du soutien, elle a parfois été déçue dans ce domaine.

Elle a une conscience profonde que sa commune ne pèse pas dans les grands ensembles dans lesquels elle est intégrée. Communauté Urbaine, Département (elle sent peu le poids du Canton), Région. Pourtant on la sent prête à défendre sa ville bec et ongles pour qu’elle ne reçoive pas moins que ce qu’elle a droit.

Pour Renée Saunier, être maire de Ciry, c’est gérer ce que l’histoire et la césure de la RCEA ont créé. Une commune duale, parfois en conflit larvé sur certains dossiers de services publics. Dans son bureau, derrière elle, sont affichées trois cartes : la commune, le bourg et Rozelay. On ne peut pas mieux prôner l’union et l’unité.

Gilles DESNOIX

Un commentaire

  1. Restez dans une case, c’est le carré…les angles doivent être en permanence a 90°…..
    Mme le Maire a opté pour le parallélogramme et c’est tant mieux.
    Courage et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *