CGT – Quand BlackRock s’intéresse de trop près aux retraites

Communiqué de la CGT du bassin montcellien – 

BlackRock cet inconnu… Ce géant de la finance, qui gère les retraites par capitalisation de centaines de milliers d’Américains est apparu en pleine lumière du fait de son intérêt pour cette réforme et particulièrement pour son maître
d’oeuvre Emmanuel Macron. Hasard des choses, BlackRock faisait l’objet en septembre dernier d’un documentaire assez sévère sur Arte. La quarantaine de militant-e-s et citoyen-ne-s réunis au Syndicat des mineurs ce vendredi 27 décembre ont pris la mesure, après l’avoir visionné, des convoitises françaises de BlackRock. Mettre la main sur une épargne parmi les plus élevées d’Europe.

BlackRock est soudainement apparu dans le débat politique français. Dans le paysage médiatique également. Ce gestionnaire d’actifs, fondé en 1988 par Larry Fink, gère plus de six mille milliards de dollars. Deux tiers de l’argent qu’il investit provient de fonds de pensions. L’entreprise est actionnaire en France, de 5% à 10%, via différentes filiales, de grands noms du CAC40 : Vivendi, Total, Vinci, Société générale, Axa, Veolia, Safran, etc.

Le « Canard Enchaîné » a également révélé qu’une journée de discussions entre grands financiers et membres du gouvernement avait été organisée dans un salon de l’Élysée… sous l’égide de ce même Larry Fink. Le Canard note que c’est une première : jusqu’alors, aucun président n’avait osé privatiser la salle qui abrite le Conseil des ministres depuis G. Pompidou au profit d’un groupe financier américain.

Si Macron, l’ancien gérant de Rothschild, s’intéresse à Larry Fink, la réciproque est aussi vraie. Ce dernier a suivi de près l’élection présidentielle française, comme le montrait une interview du PDG de BlackRock sur Fox Business. Aux États-Unis, le système de retraite par capitalisation fait que les sommes en jeu sont extrêmement importantes, analyse l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). A l’inverse de l’Europe, particulièrement la France, où seulement 40% de l’épargne est placée sur les marchés. Le pactole potentiel est énorme. La réforme des retraites est donc une opportunité incroyable pour BlackRock, qui investit l’argent qui lui est confié par des fonds de pensions (lesquels récoltent les cotisations des salariés). BlackRock ne se contente pas d’investir les capitaux dédiés aux retraites, il conseille des institutions officielles comme
l’Observatoire de l’épargne sans oublier le Président Macron.

Est-ce une bonne chose pour les épargnants ? Quand vous êtes dans un système par capitalisation vous avez le risque financier, du marché. En outre, on veut inciter les Français à placer leurs épargnes dans des produits financiers pour financer les entreprises et l’économie, sauf que la finance ne finance pas l’investissement productif. Sinon on le saurait ! BlackRock, investisseurs ou loobbyistes ? Les deux. Quand BlackRock va à l’Élysée, c’est autant pour s’informer que pour faire du lobbying. Reste à savoir quelle est l’influence réelle qu’ils peuvent avoir sur le monde politique à un moment donné.

Du fait de son gigantisme, le risque que présente Black Rock est plutôt celui d’une influence démesurée, voire de l’abus de son pouvoir d’actionnaire. Les fonds spéculatifs, anciens rois du monde qui s’effondrent en 2001 et 2008 ont été remplacés par les fonds d’investissement. Et aujourd’hui BlackRock est quasiment le maître du monde avec ses participations dans des milliers d’entreprises.

Exemple concret ? Une étude menée par deux économistes de l’université du Michigan s’inquiète du risque du pouvoir horizontal de BlackRock. En comparant les cinq principales compagnies aériennes américaines, dans lesquelles le fonds a des parts, les chercheurs ont constaté un alignement des prix à la hausse.

Le cynisme de BlackRock n’a pas de limite, il préférera toujours investir dans les entreprises qui ont la meilleure rentabilité à court terme. Mais le cynisme à la BlackRock peut prendre plusieurs formes dont celui d’investir en même temps dans les énergies fossiles (Ex. charbon chinois) et les énergies renouvelables. On pourrait aussi parler des investissements de BlackRock dans l’armement… ou, dans le logement social en Allemagne… Il y a lieu également de noter que la régulation des fonds d’investissements est moins réglementée que les banques ou assurances. Ça aide, forcément …

Rappelons en conclusion que dans tous les cas, les fonds d’investissement ne sont pas ceux qui prennent les risques financiers : ce sont les épargnants. En amont de la chaîne vous avez un épargnant qui n’est pas sûr de trouver un rendement pour les fonds qu’il a cotisés et au bout de la chaîne, vous avez une entreprise sous pression pour faire des dividendes à court terme. Un système vicieux. Et pendant ce temps-là, le gouvernement et ses relais jurent la main sur le coeur que la retraite par points, c’est pour sauver le système par répartition cher aux français, et qu’il ne s’agit absolument pas d’ouvrir les portes à la capitalisation ! « Mon oeil !!! » – On ne lâche rien !

3 commentaires :

  1. le mensonge continue !!!

    Il y avait une mégapole, ou le système social était d’une obscurité totale, L’héritage qu’ils nous ont laissé, c’est les pyramides, une tombe grande comme une montagne pour un seul et unique homme, summum de l’égoïsme. Un homme qui a vécu dans ce privilège a décidé de changer le système social: cet homme c’est Moise, il a piétiné les racines de l’égoïsme du système obscure, il a fait la loi sociale : la Bible et un jour de repos obligatoire. 2000 ans après l’empire de Rome se heurta violemment. L’adhésion en masse des soldats de l’Empire de Rome a la Bible, a obligé Rome a détruire Israël et à s’empare de son héritage sans aucun autre forme de procès

  2. Ping : Requête adressée le 5 JANVIER 2020 à : – Monsieur Philippe MARTINEZ – SECRETAIRE GENERAL de la CGT -, par laquelle l’Association AGIR ENSEMBLE POUR NOS DROITS réitère ses demandes, à savoir notamment (liste non exhaustive) :  – EN PR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.