Blanzy – Un 14 juillet au firmament

14 juillet à Blanzy au stade municipal avec feux d’artifice, la Marseillaise interprétée par l’Harmonie batterie-fanfare et si les Blanzynois n’avaient-ils pas anticipé sur le 15 juillet et la possible victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde…

Au moins, ils se sont préparés et la répétition a été un sans faute sur tous les points. D’abord le comité des fêtes, au four et au moulin, véritable meneur de jeu et qui a alimenté en nourriture et en boisson la foule venue en masse pour l’événement. Pas une seule perte de balle à déplorer, chacun a joué sa rôle, sous la houlette du président, Pascal Beugras.

Robert Guillaumin, lui,  a préparé quatre jambons à la broche comme pour le banquet des irréductibles Gaulois après une formidable aventure.

Et cette fois-ci, les bardes furent autorisés à se donner en concert, l’harmonie, juste avant les feux d’artifice puis le groupe Jahid Positive et son reggae  après le son et les bombes.

Les feux d’artifice, clou de la soirée mirent le public dans un état d' »Apothéose » le thème qui a permis aux deux artificiers maisons, Alain Planko et Benjamin Lebeau de démontrer tout leur savoir-faire. L’un et l’autre travaillent aux services techniques de la ville de Blanzy et sont diplômés dans l’art du feu d’artifice.

Vingt ans qu’Alain Planko officie à ce poste. « J’ai tiré mon premier feu d’artifice le 14 juillet 1998 » soulignait-il. Tiens tiens ! 1998, en juillet, un 12 et le premier titre de champion du monde des Bleus. Un signe ?

Chaque année, nos artificiers locaux passent commandent à la maison Ruggieri et le 14 juillet, à la nuit tombée, ils prennent tout en main. Du bel ouvrage.

J.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *