Blanzy – Sapeur-pompier, un métier fascinant mais en mal de vocation chez les volontaires

Devenir sapeur-pompier est souvent un rêve d’enfant. Cette profession fascine et combien fois les soldats du feu ne sont-ils pas salués pour leur bravoure et leur savoir-faire, notamment cet été avec les incendies de forêt en cascade.

Organiser un journée portes ouvertes dans une caserne est l’assurance d’accueillir un nombreux public, notamment les enfants accompagnés des parents parce qu’ils veulent voir de près les pompiers, le matériel et découvrir ce qui se cache derrière les grandes portes.

Samedi, à Blanzy, au centre de secours André Quincy, les sapeurs-pompiers ont répondu aux attentes et proposer des ateliers mettant en scène certaines de leurs interventions. En particulier secourir un homme victime d’un accident de la route. 8% des interventions en Saône-et-Loire sont des accidents de la circulation.

La caserne de Blanzy compte 17 pompiers volontaires dont une femme sous les commandement de Philippe Seurre. « Depuis le début de l’année, nous sommes intervenus deux cents fois » précise-t-il. Des hommes sont même allés apporter leur aide à Digoin et Paray-le-Monial lors des orages de grêle. Deux se sont rendus dans le Doubs pour la même raison.

Mieux faire connaître le métier de sapeur-pompier peut aussi faire naître des vocations surtout qu’à Blanzy, « nous aimerions recruter trois à quatre personnes, ce serait bien » signifie Philippe Seurre.

Le métier fascine mais les nouvelles vocations tardent à poindre.

J.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.