Blanzy – Sabrina, le CrossFit à son corps défendant

Nouveau, peut-être pas mais dès qu’une salle de CrossFit ouvre ses portes, le bouche à oreille fonctionne à merveille. C’est tout de même la nouvelle mode pour sportifs en mal de force athlétique.

A Blanzy justement, le 1789 CrossFit sur la zone industrielle La Fiolle avec vue sur la RCEA a ouvert fin août 2017. Ils sont deux, Sabrina et Mathieu à gérer les lieux. Un lieu de torture à voir les installations? Notre imagination pousse le bouchon un peu loin. A voir Sabrina et son sourire, nous faisons fausse route.

Sabrina est CrossFitteuse, une passion née en 2012 du côté d’Aix-en-Provence, où Mathieu originaire de Chalon-sur-Saône, a ouvert son premier CrossFit. Elle craque pour le CrossFit et Mathieu ou Mathieu et le CrossFit. « A l’origine, je suis esthéticienne, je faisais du fitness et j’ai ouvert mon école de danse (hip hop) » avant de se convertir depuis 2012.

Blanzy n’est pas Aix-en-Provence, même le temps y est différent, mais le CrossFit, ici ou ailleurs reste identique et Sabrina y consacre ses journées. Elle adore ça au point de se mesurer avec les meilleures de la discipline. « Je fais de la compétition au niveau national et international ». Dernièrement, elle se trouvait à Miami (USA) dans une épreuve par équipe de trois, « une Belge, une Parisienne et moi ».

A quel niveau se situe Sabrina? L’an dernier, j’étais 4e française » lâche-t-elle modestement parce que son ambition comme toute CrossFitteuse de haut niveau qui se respecte est de « se qualifier pour les CrossFit games _ les championnats du monde _ en juillet aux USA ».

A condition de passer les épreuves intermédiaires auxquelles elle se prépare, notamment les Open, fin février _ une présélection en vidéo avec des exercices imposés _  se qualifier pour Madrid, « c’est mon challenge » et rêver de l’Amérique. Moins évident.

Et quand bien même elle s’entraîne dix heures par semaine en dehors de son job de coach, « les toutes meilleures le font en permanence », que son physique (1.60 m et 56 kg) ne l’avantage pas, elle mise tout sur la technique et le dépassement de soi. « C’est ce qui me fait progresser, aller toujours plus vite, plus haut, plus fort ». Car il est nécessaire de dompter la course, le rameur; le grimper de corde, les sauts, l’haltérophilie, les anneaux, la natation parfois, les altères et le cardio, l’endurance… un sacré programme.

A 26 ans, Sabrina plonge dans le CrossFit a corps perdu. « Il n’existe pas de limite » prévient-elle avec gourmandise. Seule la performance compte. Du côté de la Fiolle, ne cherchez pas une glace pour admirer votre silhouette, ici on bosse. Et dur!

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.