Blanzy – René Picard cède la place à Colette, auteure bourguignonne

Le dernier conseil municipal à Blanzy s’est déroulé juste avant l’annonce par le président de la République du nouvel épisode à la mode : le confinement, le retour.

Devant des conseillers municipaux studieux, Hervé Mazurek, même si l’heure et la situation ne permettent pas trop de fantaisie, il n’est point interdit de sourire quand même. Aussi, quand il fut question d’annoncer à l’assemblée la nouvelle dénomination de l’ancien restaurant René Picard, le maire avec son humour qui le caractérise et le sérieux qu’exige le sujet, annonce : « Nous avons cherché. J’ai pensé à Hervé Mazurek, mais non ça ne pouvait pas faire, alors j’ai mis mon égo de côté ».

A côté de lui, Isabelle Demange, première adjointe, reprend le flambeau et lâche le morceau, « il est proposé de désigner ce bâtiment, Espace Colette ».

Pourquoi Colette pour un bâtiment qui désormais, après avoir été un restaurant scolaire, abrite les services de l’Office Français de la Biodiversité _ les agents qui notamment font les relevés sur les moutons après le passage du loup _ , le studio de danse Marina Aupecle et l’association Christelle.

« Colette a été une écrivaine bourguignonne, elle a beaucoup écrit sur la nature, en rapport avec l’OFB. C’était une femme de son temps. Colette a été aussi danseuse, en relation encore avec le studio de danse. Le nom Colette est parfaitement adapté à la situation ».

Ne m’appelez plus Picard. Blanzy m’a laissé tomber. C’est ma dernière volonté.

De l’humour jusqu’au bout.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. Moi, j’aurai préféré Charles Darwin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *