•  

Attentat de Conflans – L’hommage de la majorité municipale de Saint-Vallier

Des élus valloiriens de la majorité présents dimanche au rassemblement à Montceau-les-Mines.

Nous publions un texte hommage à Samuel Paty de la liste Saint-Vallier unie, Saint-Vallier grandit (NDLR ; majorité municipale).

Une fois encore, la barbarie a frappé notre pays, dans ce qu’il a de plus cher, L’ECOLE DE LA REPUBLIQUE et ses hussards, LES ENSEIGNANTS qui, depuis 2015, nous le savons tous ont été désignés par une organisation terroriste comme une cible à abattre.

L’horreur, l’effroi, les mots nous manquent pour décrire l’émotion provoquée par un geste d’un autre temps, un geste qui nous rappelle que les valeurs républicaines peuvent, à tout moment être remises en cause et attaquées, un geste qui nous démontre que ces valeurs républicaines doivent être portées par chacun d’entre nous pour faire face aux extrémismes et à tous les obscurantismes.

Nos premières pensées vont bien évidemment vers Samuel Paty et ses proches touchés de plein fouet par ce drame ; Samuel Paty, cet enseignant qui a payé de sa vie sa volonté de forger l’esprit critique de ses élèves, de leur transmettre les clés qui en feront demain des citoyens libres. Nous pensons en ce jour très fort à ses proches et nous leur adressons nos plus sincères condoléances.

Nous pensons aussi à celles et ceux qui, dans nos écoles, chaque jour, œuvrent à la transmission des valeurs de la République et à l’éveil des consciences. Nous voulons assurer les enseignants de notre profond soutien dans leur mission si essentielle à la République et leur garantir que nous serons à leurs côtés pour continuer à porter haut et fort les valeurs républicaines.

Ce n’est pas un hasard si la laïcité s’est imposée à l’école avant de s’étendre à l’Etat.

Notre République ne demande pas aux parents de déclarer une religion à la naissance de leurs enfants

Notre République ne demande pas aux jeunes leur religion lorsqu’ils s’inscrivent dans un établissement scolaire,

Notre République accueille, dans ses écoles, tous les jeunes, quelles que soient leurs convictions religieuses, qu’ils croient ou qu’ils ne croient pas.

Notre République permet à chacun de croire, de pratiquer sa religion, de ne pas croire, de changer de religion et même de blasphémer LIBREMENT. Notre République considère de la même façon tous ceux qui vivent sur son territoire sans distinction d’aucune sorte.

C’est cette laïcité qui est au cœur de notre société, qui permet le vivre ensemble et de faire de nos diversités une richesse. C’est bien, au même titre que la liberté d’expression, la laïcité qui a été la cible de cet acte épouvantable.

ALORS OUI, les caricatures, quelles qu’elles soient,  sont des documents dont l’histoire et l’historien peuvent et doivent s’emparer, pour en faire une analyse critique et  les décrypter : c’est bien là l’une des fonctions majeures de l’histoire et des historiens mais au-delà de chacun d’entre nous : donner et transmettre aux jeunes les codes, les clefs qui leur permettront de comprendre le sens profond de ces dessins et de leur éviter d’être embrigadés par ceux qui s’enferment dans des logiques extrémistes n’hésitant pas à dévoyer leur religion pour servir des intérêts particuliers.

NON, ce professeur n’a pas commis d’erreur, en montrant à ses élèves ces caricatures : il n’a accompli que sa mission en se plaçant au service de la République et ses valeurs.

La liberté de conscience, la liberté d’expression, la laïcité voilà l’enjeu de cette nouvelle épreuve à laquelle la République est confrontée !

C’est pourquoi il est essentiel, aujourd’hui comme demain d’affirmer, tous ensemble, que la transmission des valeurs républicaines par l’école, que l’enseignement des programmes scolaires, que la liberté d’enseigner définis par les élus de la République ne sont pas négociables. Il n’y a sur ces sujets ni compromis ni compromission possible.

Nous ne céderons pas un pouce de terrain face à celles et ceux qui se sont engagés dans la voie de l’extrémisme, de la violence et de l’obscurantisme.

Vivent les valeurs républicaines

Vive la République

#JE SUIS ENSEIGNANT

#JE SUIS SAMUEL

2 commentaires

  1. Il faut un certain culot pour promouvoir la transmission des valeurs républicaines par l’école tout en autorisant l’ouverture d’un centre aéré (…) sur la commune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *