Affaire Christelle Blétry/Procès en appel – Marie-Rose Blétry : « J’ai l’estomac torturé »

Bernard Hommey, le président de l’association Christelle, à sa droite Marie-Rose Blétry.

C’était jour de rentrée en ce jeudi 13 septembre 2018 pour les membres de l’association Christelle d’aide aux familles victimes d’agression criminelle. Aux côtés du président, Bernard Hommey, Marie-Rose Blétry écoute, impassible. Déjà elle se prépare à vivre une nouvelle épreuve, le procès en appel du meurtrier présumé de sa fille Christelle.

Le 2 février 2017, Pascal Jardin a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 20 ans par la cour d’assises de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône pour viol et meurtre. Le lendemain, l’un de ses avocats interjetait appel. Le nouveau procès a été fixé à Dijon à partir du jeudi 20 septembre 2018.

Samedi, à la salle EVA à Blanzy, Marie-Rose Blétry et l’association Christelle participent au forum des associations parce que depuis 1977, ils soutiennent 11 familles membres de droit concernées par l’assassinat de leur enfant.

Marie-Rose est soutenue, l’association soutient. Seuls nous ne pouvons rien, ensemble nous pouvons tout.

Vingt ans après les faits et la découverte du corps sans vie de Christelle lardé de 123 coups de couteau, un coupable présumé est donc condamné. Ce 2 févfrier 2017, Marie-Rose Blétry, au tribunal de Chalon-sur-Saône, alors que le verdict vient de tomber, fixe  l’accusé dans son box vitré.

A partir du 20 septembre, au tribunal de Dijon cette fois-ci, l’émotion sera palpable. Elle l’est déjà sur le visage de Marie-Rose Blétry dans cette salle de l’EVA. « Ce sera un moment difficile. J’ai l’estomac torturé » dit-elle néanmoins posément. Des mots pour le dire et une crainte qui s’installe dans son esprit de maman à qui on a enlevé sa fille. La crainte que la peine jugée en première instance soit réduite. « Je veux au minimum la même chose, ne pas avoir moins. Je ne veux pas qu’il ressorte. C’est un prédateur ».

Nouveau procès, nouvelle extrême tension pour Marie-Rose Blétry qui a et aura besoin de soutien dans cette épreuve. « L’association a un poids énorme, elle fait bloc autour de nous », précise-t-elle. Le forum ne fait que commencer, sa douleur n’a jamais cessé.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. la fin d’un long calvaire pour cette maman après 23 longues années à chercher la vérité. Et enfin le repos pour Christelle!! Une condamnation bien méritée. La perte d’un enfant est la pire douleur qu’un parent puisse connaitre mais les conditions de cette tragédie sont juste inimaginables et insupportable. Courage Marie-rose!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *