17 août 1336, du rififi dans la Malcombe

Eudes IV

En 1330, Jeanne II Comtesse de Bourgogne clabote. Drame, pas le décès, mais sa fille Jeanne III est l’épouse d’Eudes IV, petit fils de Saint Louis, beau-frère du roi de France Louis X le Hutin,  beau-frère de Philippe VI.

Ce décès comtal range la Comté de droit dans le giron du dit Eudes IV.


Cette annexion par héritage est l’étincelle qui fait déborder le vase d’un bain de sang. Les Nobles Comtois menés par Jean II de Chalon-Arlay, Thibaut, sire de Neuchâtel, et Henri de Faucogney, se révoltent.

Eudes vient du germain « odo » voulant dire richesse. De nos jours sa fête se situe le 19 août. En 1336 ce fut deux jours par avance.

La réplique est sanglante, sans pitié, Pontarlier et Salins sont incendiés et le fameux 17 août l’armée des Bisontins, alliés à Chalon-Arlay, est hachée menu par les 9 000 hommes de troupe, à pied et à cheval, d’Eudes IV au lieu dit la Combe-Bochard, non loin de Besançon.

Le massacre est tel que son souvenir sera perpétué par la nouvelle appellation du lieu : La combe du Malheur, la Malcombe.

Mais bis repetita, 11 ans après, en 1347, Eudes IV conclut une alliance avec Amédée VI de Savoie dans une expédition victorieuse dans le Piémont, mais il doit faire face à un nouveau soulèvement des barons franc-comtois, alliés aux bourgeois de Besançon. Et bis repetita derechef, il parvient à les vaincre. Moins facilement quand même cette fois.

Après avoir perdu son fils en 1346 et sa femme en 1347 Eudes IV meurt subitement à Sens le vendredi 3 avril 1349 à 54 ans.

Contrairement aux dépouilles du massacre de Malcombe, son corps fut enterré à Cîteaux, son cœur déposé à la Chartreuse de Beaune fondée par lui en 1332 et ses entrailles enchâssées à la Sainte-Chapelle de Dijon. Belle dispersion.

Un 17 août bien oublié dans notre belle Grande Région fraîchement réunifiée.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *