Une commune, un lieu – Le bistrot de Saint-Eugène, une autre façon d’aimer la vie

Saint-Eugène, 170 habitants. C’est rural, pas très loin de Toulon-sur-Arroux, un peu plus éloignée de Montceau-les-Mines. Ici, la commune a eu sa mine de charbon et ses gueules noires aux portes du Morvan.

Il y a des années, sans remonter à la préhistoire, Saint-Eugène comme d’autres villages, vivait aux sons de la forge et de ses bistrots dont un juste à côté du feu et de l’enclume.

Aujourd’hui, Saint-Eugène fait battre de nouveau son coeur sans le bruit du marteau mais celui du chuchotement de la graisse chaude dans laquelle dorent les frites à la mode du ch’Nord. Une frite, une bière, c’est un peu le nouveau concept du bistrot de Saint-Eugène. « C’est à la bonne franquette, sans chichi » annonce Jean-François qui se définit comme le conjoint-collaborateur de Coralie, cuisinière et pâtissière qui depuis le 26 juin dernier gère l’établissement.

Voici deux ans qu’ils ont quitté Lille pour venir s’installer à Saint-Eugène. Des marchés à La Trèche de Sanvignes ou de Montceau-les-Mines, les pâtisseries de Coralie ont très vite aiguisé les papilles. Et lorsque la municipalité a lancé l’idée de transformer le bar-restaurant en un lieu d’échange et d’animation, Coralie et Jean-François ont sauté sur l’occasion.

La mue du bistrot est incommensurable avec l’ambiance mortifère des années passées. « Nous avons racheté l’établissement en 2014 mais avec les gérants, ça fonctionnait plus ou moins bien » raconte Xavier Duvignaud, le maire. C’est donc lui en premier lieu et son conseil municipal qui ont porté le projet. Le message se voulait simple : apporter de la vie dans le village. « Depuis l’ouverture, des gens de la commune qui ne connaissaient pas, s’y rencontrent désormais » s’étonne-t-il encore.

On repart avec l’envie de revenir

Le bistrot de Saint-Eugène est plus qu’un bistrot. « C’est vraiment un bel outil aménagé par la mairie, même un décorateur du village, à titre bénévole, y a mis toute son énergie » précise Jean-François. Le lieu se prête aux retrouvailles : un grand bar, un baby foot, un jeu de fléchettes, une salle de restaurant avec son coin réservé aux artistes locaux, un emplacement pour la bibliothèque et deux terrasses dont une est une immense fenêtre sur la campagne. Tout pour plaire. Même les toilettes méritent le détour !

Chaque jour, sauf lundi et jeudi, Coralie cuisine un plat différent ou propose des salades qu’avec des produits locaux. La veille, c’était tomates farcies, aujourd’hui, les premières pizzas maison. Même Laetitia et Dominique, les nouveaux gérants du Relais de Dettey ont fait honneur à la cuisine de Coralie. La convivialité des gens du ch’Nord prend ici tout son sens d’autant plus qu’elle se transmet au village et même au-delà.

Saint-Eugène revit grâce à son bistrot, au coup de pouce de la municipalité et les sourires de Coralie et Jean-François et bientôt, à partir de septembre, avec l’épicerie de dépannage et de produits locaux dont s’occupera Florian, « fort de mon expérience sur les circuits courts avec Creusot-Montceau en Transition entre autres » dit-il.

Le bistrot de Saint-Eugène est une étape supplémentaire à découvrir avec gourmandise. On le quitte avec l’envie de revenir. Un coin charmant et accueillant. En toute simplicité, tout ce qu’on aime.

Jean Bernard

Le Bistrot de Saint-Eugène est ouvert le mardi et mercredi de 9h à 21h, vendredi et samedi de 11h à minuit, dimanche de 11h à 15h.

Un commentaire :

  1. Patricia Freyburger

    Quel bonheur! Village de ma grand mère maternelle, j y pense toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.