Uchon – Un ancien maire inquiet et un régisseur rassurant sur l’enjeu de la forêt de la Ravière

Jean-Marc Dumont, ancien maire d’Uchon.

En mars 2019, Jean-Marc Dumont alors maire d’Uchon lançait un cri d’alarme, « Il faut sauver la forêt de la Ravière ». Trois plus tard, il n’est plus maire mais son inquiétude n’a pas cessé de croître. Il a peur que le nouvel exploitant de la forêt (106 hectares) sur la commune d’Uchon, défigure ce poumon vert entre la vallée de l’Arroux et le Morvan.

La vente a été signée le 11 juillet 2019 alors que cette forêt est en instance de classement au titre de la loi Paysage car « ce massif forestier représente en enjeu fondamental sur le plan de la biodiversité » écrivait le 13 mars 2019 Jean-Marc Dumont au président du conseil Départemental, André Acary.

L’ancien maire d’Uchon, encore aujourd’hui, tente par tous les moyens, de se faire entendre même si, reconnaît il, « dans le plan de gestion de la forêt de la Ravière, il y a pas de coupes à blanc ni de repousse de résineux ». Mais ajoute-t-il, « pour exploiter la forêt, l’exploitant a l’intention de créer des boulevards de huit mètres pour débarder. Ils ont commencé à faire des sondages, c’est-à-dire repérer les lieux pour tracer le chemin ».  Effectivement, sur place, on remarque les traces de passages et des arbres sont marqués.

Patrick Costaz est le régisseur du nouveau propriétaire, le Groupement Forestier La Buchaille, installé dans l’Orne (61). Ses paroles se veulent empreintes d’apaisement. En préambule, il déclare : « Il faut que Monsieur Dumont se calme. Déjà en réunion à la sous-préfecture, il n’est pas venu. J’ai passé des heures avec lui pour lui expliquer que nous n’allons pas saccager la forêt de la Ravière ». Il précise : « Nous sommes sous haute surveillance de la DREAL (direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), de la sous-préfecture et du comité de gestion de la forêt ».

« Nous allons gérer gentiment » (Patrick Costaz, régisseur)

Le régisseur ne comprend pas l’entêtement de l’ancien maire. « C’est une incompréhension totale » commente-t-il.

Quoi qu’il en soit, une forêt s’entretient. « Elle n’a pas été exploitée depuis 1960 » précise Patrick Costaz. « Nous allons la gérer gentiment en respectant le milieu environnemental ». Deux ruisseaux sillonnent ce massif forestier, « nous avons donc mis en place des zones de protection ».

Quant au boulevard de huit mètres de large, l’autoroute forestière que dénonce Jean-Marc Dumont, « il s’agit en réalité d’un chemin de 3.5 mètres de large et long d’un kilomètre environ pour faire passer les camions jusqu’à une place de retournement dans le but d’aller chercher les arbres en concurrence entre eux. Nous travaillons pour améliorer la forêt » explique le régisseur. Même les rochers monumentaux qui font la fierté du Morvan, seront mis en valeur, « nous organiserons un circuit découverte pour le public d’ici à l’hiver prochain ».

Il ne minimise pas la possibilité de classement de la Ravière qui, au contraire, « va augmenter les contraintes administratives et nous imposer davantage de règles à respecter. Nous allons gérer de façon plus raisonnée ».

L’avenir nous le dira. Jean-Marc Dumont reste vigilent.

Jean Bernard

 

Un commentaire :

  1. On se calme
    Pourquoi s’alarmer quand tout est sous contrôle ?
    Exemple rassurant : Les hôpitaux du département sont sous contrôle de l’Agence Régionale de Santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.