Tour de France de deux garçons par tous moyens de locomotion

Ils trustent les plateau télé pour présenter leur ouvrage. Pierre Adrian et Philibert Humm (tour de France de 2 enfants d’aujourd’hui) sont partis visiter la France en franchissant eux aussi la porte de France de la Ville de Phalsbourg en Lorraine comme leurs deux prédécesseurs mythiques André et Julien Volden.

Ces deux enfants (André et Julien) de quatorze et sept ans, ayant perdu leur père veuf quittent leur ville de Phalsbourg pour aller rejoindre un oncle installé à Marseille. Nous sommes 7 ans après l’annexion de l’Alsace-Lorraine (Alsace Moselle)  ar les Prussiens. André et Julien vont traverser les provinces françaises. C’est très patriotique. Ce manuel de lecture scolaire d’Augustine Fouillée dite G. Bruno, paru aux éditions Belin en 1877, servira à l’apprentissage de la lecture du cours moyen des écoles de la IIIème République. Entre sa date de première parution et la fin des années 1970 il a passé le cap 8 millions d’exemplaires. Il est toujours en vente. Il sera utilisé jusque dans les années 1950.

On souhaite le même destin à l’ouvrage de Pierre Adrian et Philibert Humm

Avec un œil acéré, contemporain, un sacré sens de l’humour et des situations, les deux compères ont mis leurs pas dans ceux d’André et Julien. Ces deux copains d’enfance se sont ainsi, eux aussi, inventés une fratrie voyageuse.


 » On en avait rêvé de ce voyage. C’était une sorte de pari, et le livre d’Augustine Fouillée, dite G. Bruno, (le tour de France par 2 enfants, Devoir et Patrie) traînait depuis longtemps sur nos chevets. Cap ou pas cap ? On avait sorti les cartes et retracé le voyage exact d’André et Julien Volden. On prendrait le chemin des écoliers. Départementales, nationales, et roule !  » 


Ils revisitent tout au travers de l’histoire et la géographie, la littérature et la mécanique, les métiers d’hier et d’aujourd’hui.

Il nous disent la France d’aujourd’hui autrement que dans les grands discours ou les théories des sociologues en vogue. Ils nous racontent les paysage, les gens (les vrais gens), les terroirs, l’humain né quelque part. C’est drôle, profond, décapant, vrai, humain et sans fard. Chacun y retrouve son coin, sa région, son « pays », ses auteurs, ses coutumes locales…

A lire absolument

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *