Territoire d’industrie – Le discours limpide de madame le ministre

 

La langue de bois, larme fatale des politiques. Parler pour ne rien dire, ce n’est assurément pas dans les habitudes d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

Lundi après-midi, elle venue au Creusot dire tout le bien qu’elle pense de l’industrie (lire par ailleurs). Une ministre qui sait de quoi elle parle, elle a été de la partie, dirigeante d’entreprise dans la sous-traitance automobile. Donc les territoires d’industrie, elle y croit, même quand elle évoque la transition écologique, domaine cher au président de la République, « parce que ce sont les ingénieurs qui peuvent imaginer et concevoir pour produire autrement ».

C’est bien évidemment créer des emplois et de la richesse. L’industrie rénumère mieux (+ 20%) mais l’industrie ne fait pas recette. « 50 000 emplois sont à pourvoir » assure Agnès Pannier-Runacher,  sauf que les candidats manquent à l’appel.

Rendre ses lettres de noblesse à l’industrie c’est la rendre plus compétitive, « quelle puisse faire la course avec l’Allemagne, l’Italie avec les mêmes règles du jeu ». Mettre aussi l’innovation en valeur car « c’est aujourd’hui qu’on invente demain ». Et, enfin, moderniser l’appareil productif. « En robotique, nous sommes en retard sur les Allemands et le Italiens. Nous devons réaliser des gains de productivité pour gagner des parts de marché ».

« Depuis trois ans, l’industrie crée davantage d’emplois qu’elle n’en détruit. Nous pouvons être fiers de notre industrie » ajoute madame le ministre.

Pour cela, un ingrédient est indispensable, « l’intelligence collective d’où les territoires d’industrie » car c’est sur le terrain que les besoins se déterminent. Gagner en temps, en rapidité de décisions et de financements, tout en mettant « les idées politiques de côté pour travailler ensemble », glisse-t-elle au passage.

Avec la signature du protocole Territoire d’industrie, élus et patrons ont quatre ans pour libérer les énergies.

Jean Bernard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *