•  

Sports mécaniques – Avec le kart, montée d’adrénaline assurée

Le déconfinement arrive étape par étape à commencer par aujourd’hui avec la fin de la limite des 10 kilomètres mais toujours avec le couvre-feu en vigueur. En attendant des jours vraiment meilleurs, sans aucune contrainte _ sera-ce possible ? _ , les week-ends sont d’une tristesse s’en fin. Un peu de marche, du vélo, une partie de pêche ou de pétanque entre amis, une journée télé avec sieste à rallonge, tondre la pelouse… rien de très existant.

Du côté de Torcy cependant, à Vaison Piste, les décibels ont raisonné ce week-end sans dépasser les 95 db autorisés. Deux jours de karting ouvert à tous, aux compétiteurs comme aux particuliers. Une petite poussée d’adrénaline bien venue pour améliorer l’ordinaire.

Les pilotes de kart en manque de compétition depuis fin octobre dernier sont donc venus user de la gomme et aligner les tours de piste avec le record en vitesse de pointe à 161 km/h, les fesses à ras le bitume.

Pascal Nowak est Montcellien d’origine. « J’ai connu Jean Moulin ,Parriat » dit-il. Désormais Chalonnais, il consacre du temps à sa passion du karting. Ce dimanche, à bord de son KS 2, boîte 6 vitesses, 50 cv, il a bien tenté de « sucer » les roues des plus rapides mais la barre des 160 km/h viendra plus tard.

Ce chef d’entreprise dans la vidéo surveillance, évolue depuis cette saison en catégorie Gentleman (plus de 45 ans) se désole-t-il d’un haussement d’épaules. A ses côtés, les jeunes téméraires, forcément le pousse aux fesses. « Regardez mon pare-chocs arrière » lance-t-il d’un rire amusé.

Le KS 2 est la catégorie reine, d’ailleurs les pilotes de F1 s’entraînent avec ces machines. « C’est vraiment physique » assure Pascal Nowak. Un tel engin coûte 13 000 € à l’achat. Il existe aussi le super kart avec des bolides de 250 cm3 et 100 cv. Ils courent exclusivement sur des circuits automobiles.

Ce qui était le cas ce dimanche sur la piste Vaison. « Nous en profitons même si le championnat se dispute sur les circuits dédiés aux karts », explique le Chalonnais.

Les pilotes sont venus de Dijon, de l’Ain, du Jura, Lyon Annemasse, profiter de ce week-end de roulage. Certains louent un box pour 60 € et paient tous 70 € de droit de piste. Même les commissaires sont là.

En compétition ou en loisir, il n’est pas besoin d’avoir son permis de conduire, juste avoir plus de 16 ans. Le particulier doit débourser 20 € pour 10 minutes de circuit. Certes, la vitesse est moindre mais les sensations toutes aussi fortes pour des néophytes.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. Un jour de confinement ou l’on ne peut pas se déplacer à plus de 10 km de chez soi, certains viennent « Dijon, de l’Ain, du Jura, Lyon Annemasse », les règles du confinement sont a géométrie variables….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *