Social – Foyer Sainte Marie, le foyer des revendications d’un personnel épuisé, désabusé et mal payé

Le personnel du Foyer Sainte Marie à Montceau  va profiter du 5 décembre pour faire entendre ses revendications, notamment salariales. Un rassemblement est prévu devant l’établissement avec le soutien de la direction.

A quoi s’attendre jeudi 5 décembre 2019, jour de grève nationale pour dire non à la réforme de la retraite ? Sans doute à une journée noire, à une belle pagaille dans les transports publics, à une frange de Français qui, une fois de plus, va crier son désarroi général face à la politique menée par Emmanuel Macron et son gouvernement.

La reforme de la retraite est un point de fixation, le vecteur déclencheur pour revendiquer ce jour-là, bien d’autres problèmes, d’autres préoccupations qui depuis des semaines, des mois, reviennent sur le devant de l’actualité sans que rien ne change. Les urgences, entre autres.

Mais également les EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) qui ne cessent de réclamer davantage de moyens, surtout humains, mais trop souvent ciblés dans la rubrique « faits divers » pour des raisons de maltraitance aux personnes âgées. « Ce qui donne une mauvaise image à notre profession » note Viviane, aide-soignante au Foyer Sainte Marie à Montceau-les-Mines.

Un foyer où précisément le personnel va se servir de ce 5 décembre comme levier pour espérer une revalorisation des salaires et dénoncer le manque d’aides-soignantes et d’infirmières au sein de l’établissement, le plus important sur Montceau avec 112 résidents dont la moyenne d’âge est de 89/90 ans.

Le foyer Sainte Marie ou EHPAD, emploie 90 salariés dont 76 aides-soignantes et infirmières. C’est trop peu, chacun en est conscient, même la direction. « Nous avons un ratio de 0.7, en Allemagne, c’est 1.4, alors il serait au moins souhaitable d’arriver à 1 » souligne Bernard Degueurse, le directeur qui soutient son personnel dans sa quête de reconnaissance.

Fatigue, stress, les conditions de travail

sont difficiles et le métier peu attractif

Le problème est très simple à comprendre. Aujourd’hui, on maintient au maximum les personnes âgées à leur domicile, alors quand elles arrivent en EHPAD, « elles sont aux trois-quart très très dépendantes » précise le directeur. « Ce qui nécessite davantage de travail » ajoute Alexandra, infirmière depuis 8 ans et touche 1700 € par mois avec deux week-ends travaillés.

« C’est plus de fatigue, de stress, on n’est pas bien » précise encore Viviane. Les arrêts de travail sont plus nombreux, la direction fait appel à des intérimaires et, financièrement, c’est lourd. « Il nous manque 4 aides-soignantes depuis le début de l’année » mentionne Marie-Noëlle, elle-même aide-soignante.

Et les salaires stagnent d’où la difficulté de recruter. « Même les infirmières et aides-soignantes qui sortent de l’école Montceau-Blanzy ne viennent pas chez nous », indique Prescilia, aide-soignante. Un manque cruel d’attractivité pécuniaire.

Manque de personnel, des conditions de travail difficiles, « c’est du travail à la chaîne » regrette Viviane. « Nous avons un métier contraignant, pas reconnu et mal payé mais c’est un beau métier » rappelle-t-elle.

Alors jeudi 5 décembre, le personnel organise un rassemblement à 10h30 devant le Foyer Sainte Marie. « Nous espérons mobiliser également les familles, c’est aussi pour elles que nous nous battons ». Mais pas question de faire grève, « ce serait pénaliser les résidents et puis un jour de salaire en moins, enfin, vous comprenez… » disent nos interlocutrices.

Le Foyer Sainte Marie, le foyer des revendications d’un personnel épuisé et désabusé. Et mal payé !

Jean Bernard

Le Foyer Sainte Marie est rattaché à Fédération des établissements hospitaliers & d’aide à la personne privés non lucratifs (FEHAP)

 

 

4 commentaires

  1. Infirmières , AS , OK , sur votre commentaire .
    Mais on oublie les ASH qui travaillent dures également
    Avec des salaires de misère . Et oui . L EHPAD est un ensemble de personnel , il n ‘ y a pas que !……..
    Salutations .

  2. Moi même soignante en EHPAD, de tout cœur avec vous.
    Politiciens ,ARS, technocrates de tout poil, sortez de vos bureaux, lâchez vos ordinateurs et venez sur le terrain .
    Nous sommes régulièrement aux limites de la maltraitance avec nos aînés, nous sommes usées par des conditions de travail épuisantes physiquement et psychologiquement.
    Il n’ est pas rare de voir des EHPAD avec 1infirmiere pour plus de 100 résidents dont la plupart (octo et nonagénaire) sont totalement dépendants de nos soins.Les glissements de tâche sont monnaie courante et la sécurité n’ est absolument plus assurée.
    Nous ne travaillons pas sur des machines mais avec des êtres humains .
    J ai entendu dire d’ une haute responsable du groupement inter hospitalier qu ‘une douche par mois était bien suffisante en EHPAD…..CQFD
    Le personnel n’est plus remplacé . Nos grands penseurs ont mis en place le système de procédures dégradées …2 aide soignantes au lieu de 3….pas de problème : on déshabille les résidents à 15 h, on les couche à 17 h ou on ne les lève pas, toilette minimum….et tout ça pour 2000 euros par mois minimum pour les familles
    Honte à notre pays de traiter ses aînés ainsi.
    Le monde médical et para médical est en péril : les soignés souffrent, les soignants souffrent, une situation que l on ne doit qu à nos politiciens
    Alors je leur dis Merci ( faute de pouvoir leur dire Merde )pour ce beau travail de sape dans le monde de la santé.
    Soignante et citoyenne désabusée

  3. Jarrot la macroniste et sa clique de rigolos devraient alerter le gouvernement sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *