Se mouiller, oui, se noyer, non !

Nous publions dans nos colonnes le cri d’alarme du maire de Sanvignes et du président Gilbert Vacher. Pour compléter cet article voilà des statistiques officielles glaçantes :

Entre le 1er juin et le 5 juillet, la France a enregistré 121 morts par noyades. C’est 3,46 morts par jour.

L’agence sanitaire Santé publique France (ASSPF) appelle les baigneurs à la prudence.

L’enquête Noyades 2018 recense en 35 jours 552 accidents liés à la baignade dont 257 cas d’origine accidentelle ayant entraîné 50 décès. 34 cas sont intentionnels (agression, tentative et suicide).

Il reste les 55 décès concernant 251 accidents d’origine indéterminée, sous enquête.

Sur les 257 noyades expliquées 103 (40%) ont eu lieu en mer, 70 (27%) en piscine (familiale, privée, publique…), 36 (14%) en cours d’eau, 23 (9%) en plan d’eau et 12 (5%) en baignoires ou bassins.

ASSPF rappelle une donnée essentielle il suffit de moins de trois minutes pour se noyer, alors il faut être vigilant. « Un enfant peut se noyer sans bruit, en moins de trois minutes, dans vingt centimètres d’eau ». Donc surtout, surtout, « pas quitter des yeux des enfants qui se baignent. Un adulte doit prendre la responsabilité de la surveillance »

Entre 16 et 20% des Français ne savent pas nager, mais il est admis que près de 60% des français sachant nager n’arriveraient sans doute pas à sauver de la noyade un nageur à plus de 50 mètres de la rive.

La proportion des noyades augmente avec l’âge: 9% chez les moins de 6 ans et de 37% chez les 65 ans et plus.

Donc quel que soit le lieu, l’heure, votre âge, soyez prudents, respectez la signalisation et la législation.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *