•  

Sanvignes – Un car scolaire se renverse, les élèves sains et saufs grâce à la ceinture de sécurité

Pas de panique, ce n’est qu’un exercice qui s’est déroulé ce mardi dans la cour du collège Roger Vailland à Sanvignes. Mais les sensations à l’intérieur du car qui se renverse sur le côté _ doucement pour l’occasion _ sont néanmoins très fortes pour les élèves de 6e et 5e qui ont pris part à la démonstration.

Cette action pédagogique à la sensibilisation au port de la ceinture de sécurité à bord des véhicules de transport en commun a pour objectif de faire comprendre aux élèves qui chaque jour prennent le car, combien il est important de boucler sa ceinture. Elle est menée par l’académie de Dijon et la préfecture de Saône-et-Loire.

Les exemples cité par le formateur de la société Agora située à Metz en direction des collégiens ont marqué les esprits. « Un car qui circule à 100 km/h et percute un mur, projette un corps à 25 mètres/seconde si vous n’êtes pas attachés ».  « Quand un bus se renverse, même à petite vitesse, il met 3 secondes pour se coucher. Sans la ceinture, vous tombez avec le risque d’être éjectés. Les conséquences peuvent être très graves ».

L’efficacité de la ceinture, les élèves l’ont testée. Ce car, unique en Europe met donc les collégiens en situation. « Le message passe » précise Emmanuel Bator, professeur d’histoire-géographie, en charge de suivre les 6 classes pendant la journée. Beaucoup ont cru à « un tour de manège » aux sensations fortes mais ils ont vite compris l’utilité de la ceinture de sécurité.

Une fois couché sur le côté, il est même délicat de détacher la ceinture, surtout pour ceux qui sont dans les rangées supérieures. Aussi eurent-ils besoin de leurs camarades pour ne pas tomber brutalement. Et pour évacuer le car, ils s’extirpèrent par la trappe  de toit qui, pour le coup, se situait sur le côté.

Voilà autant de réflexes à maîtriser en cas d’accident.

Alors la ceinture, en voiture, en car, bouclez-la.

Jean Bernard



Le geste réflexe

Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire aux places avant et arrière des véhicules. Cette obligation concerne également les occupants des véhicules de transport en commun de personnes. Dans les accidents de circulation impliquant des véhicules de transport en commun de personnes, la plupart des traumatismes corporels graves sont consécutifs à l’éjection des occupants hors du véhicule ou à leur projection à l’intérieur de celui-ci.
Le retour des actions de prévention menées dans le département de Saône-et-Loire à destination des jeunes collégiens et lycéens, montre qu’un trop grand nombre ne porte pas systématiquement sa ceinture de sécurité, ceci quel que soit le véhicule utilisé d’ailleurs.
Il convient de faire du bouclage de la ceinture un geste réflexe pour tous les usagers de véhicules terrestres à moteur.
En France métropolitaine :
• sur 2017-2019, 19 % des personnes tuées en véhicule carrossé (VT, VU, PL et autocars) ne portaient pas de ceinture,
• en 2019, 20 des 69 enfants et adolescents de moins de 17 ans tués à bord d’une voiture de tourisme n’avaient pas leur ceinture attachée.
Pour rappel, l’arrêté du 28 juin 1973 a rendu obligatoire, hors agglomération, le port de la ceinture de sécurité pour les occupants placés à l’avant des voitures particulières mises en service au 1er avril 1970.
Cette mesure est étendue à l’ensemble du réseau routier à partir de 1979. Fin 1991, le port de la ceinture est généralisé à l’ensemble des passagers, en incluant l’utilisation de système de retenue pour les enfants. En 2002, le défaut de port de ceinture est sanctionné par une amende de 4ème classe et par un retrait de trois points sur le permis de conduire. En 2003, l’usage de la ceinture devient obligatoire dans les autocars et poids lourds.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *