•  

Sanvignes – Marché pluvieux, marché joyeux ?

D’accord pour ce jeudi après-midi, la météo nous annonce peut être un peu de pluie… mais avec un bon parapluie et une dose de bonne humeur, ça vaut la peine de sortir !
Et puisqu’on est à la Trèche… et qu’on a la chance d’avoir le préau à disposition… voilà une partie du marché transformé en marché couvert !! le luxe.
Une autre bonne raison de prendre la direction de la Trèche, c’est le lancement de l’expo photos de S. Chapotot et W. Debord à partir de 17h, en présence des photographes.
Au marché, les producteurs et commerçants habituels seront prêts à vous accueillir comme toujours, Fromages de Virginie, Boucherie Kalinowsi, Ferme Ardi &co, la Petiote Campagnarde, la Chèvrerie des Terres Chaudes, Cuir 71 et cette semaine vous retrouverez aussi le miel de la Ferme de la Source, les créations textiles d’Emilie Lauprête, et les chrysanthèmes et plantes d’automne du Gaec des Engoulevents
Pour mieux connaitre nos producteurs, nous réalisons avec eux leurs portraits ; voici les 2 premiers, d’autres suivront au fil des semaines.


Francette Dubreuil, une des membres du Gaec des Engoulevents à Charmoy
Le Gaec des Engoulevents est présent sur le marché de façon saisonnière et bien sûr en ce moment, jusqu’à fin octobre pour les chrysanthèmes, cyclamens et d’autres vivaces d’automne.
Installées à Charmoy depuis une trentaine d’années, ce sont 2 familles qui ont repris la ferme en élevage de leurs parents ; comme celle-ci n’était pas d’une taille suffisante pour les faire vivre, elles ont dû choisir une activité complémentaire, pas trop gourmande en terrain et qui leur convienne. Et c’est ainsi que le virus de l’horticulture les a atteints avec bonheur pour ne plus les quitter !!
Dans leurs serres, poussent et prospèrent ainsi chaque année des plantes d’extérieurs : vivaces, annuelles, plants potagers, géraniums, plantes d’automne, chrysanthèmes, cyclamens et bien d’autres variétés moins connues.
Leur façon de travailler repose sur des principes simples : les plantes grandissent tranquillement, sans être forcées ni surchauffées, sans traitement chimique et, pour prévenir ou résoudre des problèmes, on utilise des auxiliaires naturels que l’on lâche dans les serres…Et ça marche !!
Un soin particulier est aussi apporté dans le choix de variétés bien adaptées à notre région.
Le résultat : des plantes solides qui ne seront pas épuisées quelques semaines après l’achat et qui pourront s’épanouir et s’adapter sous difficulté chez leurs acquéreurs.
Ce qui plait le plus à Francette Dubreuil dans son activité : l’équilibre entre le temps de culture, au calme, les mains dans la terre et l’accueil de la clientèle, le plaisir d’échanger, tout cela au rythme des saisons.
Les clients sont accueillis volontiers sur place, à la Tour du Bost à Charmoy en octobre et au printemps, tous les après-midis sauf dimanche et jours fériés. Le Gaec est aussi présent pendant ces mêmes périodes sur les marchés de Montceau et à Sanvignes pour ceux que la balade à Charmoy ne tente pas.


Hervé Bonnevie, Cuir 71 Sanvignes
C’est à 21 ans que cet autodidacte originaire du Creusot, découvre le travail du cuir, au hasard de son déplacement dans le Sud Ouest , au contact de son frère et à l’occasion de rencontres avec des personnes dans le milieu des chevaux ; c’est donc par la sellerie – bourrellerie qu’Hervé Bonnevie va entrer dans ce métier, se former sur le tas et exercer cette activité pendant 10 ans.
La vie l’amène ensuite à prendre un emploi salarié mais l’envie de travailler le cuir reste bien présente, il acquiert petit à petit du matériel, et en fait une activité de loisirs et de passion, alors qu’il est rentré sur ses terres d’origine à Sanvignes.
A la faveur (ou la défaveur, cela dépend du regard que l’on pose) d’un licenciement économique, il décide de revenir à ce métier comme activité principale et cela depuis 4 ans maintenant.
Créant et fabriquant ces productions à son domicile, il les commercialise habituellement sur les foires et marchés artisanaux. Depuis mars, beaucoup de ces manifestations sont réduites ou annulées, et c’est ainsi qu’il est devenu un fidèle exposant du marché à la Trèche.
Il coupe, coud, prépare des articles de maroquinerie, ceintures, sellerie et peut réaliser des projets sur mesure selon vos desiderata. Et bien entendu, il peut aussi réparer, recoudre les objets qui donnent des signes de faiblesse.
Un travail de qualité passe pour lui tout d’abord par le choix de ses plaques de cuir, qui est un cuir français uniquement pleine fleur, il travaille ainsi des épaisseurs allant de 6 mm à 12 mm.
Ce qui lui plait particulièrement dans son métier, c’est bien sur le plaisir de travailler la matière et de mener l’ensemble de la création à son terme, partir d’une plaque de cuir pour arriver au produit fini.
Comme il ne dispose pas de magasin, pensez à noter son numéro de tél 06 04 46 43 66, et aussi à venir le rencontrer les jeudis après-midi au marché

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *