•  

Sanvignes – Le marché-drive à la Trèche, l’arche de Noé des producteurs

Depuis le début du marché-drive, le 30 avril dernier, à l’époque du premier confinement, ils sont en place. Chaque jeudi, à la Trèche à Sanvignes, les bénévoles oeuvrent à la bonne marche de ce rendez-vous devenu aujourd’hui incontournable. Des habitants de la commune soutenus par la municipalité permettent ainsi à des producteurs locaux, outre écouler leurs marchandises, se faire connaître.

Evidemment, quand le déconfinement est arrivé, les commandes, peu à peu ont chuté mais personne n’a baissé la garde, les producteurs les premiers.

Aujourd’hui, avec le deuxième confinement on assiste à un net regain de forme. Les commandes repartent à la hausse, 53 ce jeudi et surtout, alors que toutes les manifestations, les marchés artisanaux, les rendez-vous festifs s’annulent les uns après les autres, les producteurs profitent de ce marché-drive pour « survivre ».

Sandrine Henriot est viticultrice dans le Beaujolais, à Régnié-Durette. Seule, elle travaille ses trois hectares de vigne en biodynamique. C’est la deuxième fois qu’elle participe au marché à la Trèche, l’un des rares endroits où elle peut encore proposer son vin en cette période si compliquée pour le commerce. « Je vends bien évidemment au domaine mais les gens ne se déplacent plus ». Elle fournissait les restaurants, ils sont fermés.

Ses Morgon, beaujolais village et régnié  sont divins. Il y a encore peu, Sandrine Henriot étudiait l’histoire des pays de l’Est, désormais, depuis 2018, elle prend soin de ses pieds de vigne. C’est une reconversion.

Jusqu’à décembre, ils ne devraient pas toucher terre

Fidèle parmi les fidèles, l’escarg’holala. Béatrice Genieys et son fils Adrien Hollande sont producteurs d’escargots et proposent toute une gamme de ces gastéropodes cuisinés à la bourguignonne, d’autres au bleu, à l’époisses ou encore du velouté d’hiver saveur escargot, une recette d’Adrien. « Tout est fait avec du beurre clarifié, au moins il ne noircit pas au four et au goût, c’est la qualité au-dessus » explique Béatrice.

Ils arrivent de Savianges, entre Buxy et Germagny. A cette époque de l’année, ils ne devraient pas toucher terre. « De septembre à décembre, tous les week-ends nous sommes occupés à vendre notre production, mais là, les foires sont annulées. Pour nous, c’est vraiment un gros problème, ce reconfinement arrive au plus mauvais moment » indique Béatrice avec un sourire qui cache son désarroi.

L’époque est difficile, cette période de confinement remet certes au goût du jour l’attrait pour les producteurs locaux mais le moral a du mal à dépasser la moyenne. Alors ce marché-drive à Sanvignes fait un peu office d’arche de Noé.

Pour le seul restaurant de Sanvignes aux Essarts, L’Arlequin tente lui aussi de trouver sa place et propose du lundi au vendredi ses plats à emporter et profite du marché pour qu’on ne l’oublie pas (06 15 92 32 85 etlarlequin71@orange.fr).

Le marché-drive de Sanvignes est assurément d’utilité publique, d’intérêt général. Et ce ne sont pas les vaches qui diront le contraire, heureuses d’avoir elles aussi de la visite.

Jean Bernard

Il ne vous reste plus qu’à découvrir les propositions du drive https://framaforms.org/bon-de-commande-marche-drive-de-sanvignes-1592767986
Rendez vous à la Trèche tous les jeudis de 16h à 19h…
Contact et renseignement : 06 61 74 37 52 et par mail : sanvigneslocal@tutanota.co

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *