Santé – Les pharmaciens jouent le vaccin atout pique contre la grippe

Ces deux dernières années, une expérimentation a été menée sur deux régions en France. Désormais, c’est l’ensemble des pharmaciens (environ 20 000 officines) qui, depuis le 15 octobre 2019, peut vacciner contre la grippe à condition d’être volontaires. D’ailleurs, la vaccination contre la grippe n’est pas obligatoire mais conseillée, est-il besoin de rappeler.

Ceci dit, le haut conseil de la santé publique recommande notamment chaque année que soient vaccinés contre la grippe saisonnière les femmes enceintes, l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave, les personnes à risque élevé, « c’est-à-dire la population fragilisée de + de 65 ans généralement et atteinte d’affections, diabète, asthme… » indique Renaud Guillaumin, pharmacien au centre-ville à Montceau-les-Mines.

Le haut conseil rapporte également qu’environ 11 000 décès annuels sont dus à la grippe chez les personnes de 75 ans et plus. Sur 16 millions de Français invités à se faire vacciner gratuitement par l’Assurance maladie, seulement 7 millions d’entre eux, le font.

Alors pour toucher un maximum de ces personnes, passer d’une couverture vaccinale de 47% en 2018/2019 à l’objectif fixé à 75% pour les patients âgés de 65 ans et plus, les pharmaciens entrent dans le jeu.

« A la pharmacie Centrale, nous sommes trois pharmaciens à avoir suivi une formation théorique et pratique » précise Renaud Guillaumin. « Nous avons également aménagé un local pour accueillir les patients ». Ils peuvent venir de 9h à 11h et de 15h à 17h. « Mais si le patient souhaite se faire vacciner par son médecin, un infirmier ou une sage-femme, il y va. Nous ne vaccinons que les personnes majeures ».

Les pharmaciens arrivent donc pour augmenter la couverture de vaccination, « c’est un service supplémentaire » avance encore le pharmacien montcellien.

Le vaccin 2019/2020 est composé de quatre souches, H1N1, lignée Yamagata, lignée Victoria et H3N2, il est sans adjuvants, sans sels d’aluminium.

Evidemment, d’après les professionnels de la santé, l’idéal est de se faire vacciner dès à présent, sachant que le vaccin est efficace au bout d’une quinzaine de jours et protège entre 6 à 12 mois.

Enfin sachez qu’une grippe contamine deux à trois personnes.

Après le coup du parapluie, le coup de la seringue est un atout pique contre la grippe saisonnière.

Jean Bernard

 

Un commentaire

  1. Il n’y a plus aucune reconnaissance de si beaux métiers en voie de disparition par pure bêtise humaine. Pourquoi ne pas continuer de se faire vacciner (pour celles et ceux qui le souhaitent) par des médecins, infirmières libérables ??? Les rôles de chacun sont dispersés. Il faudra mettre au point de nouveaux diplômes « polyvalents » en matière de santé. On marche vraiment sur la tête. Ca évite sans doute de trouver de bonnes solutions pour former de bons médecins, de bonnes infirmières, …… plutôt que de les supprimer un peu partout, et surtout dans les établissements de santé où ils sont si rares qu’on ne les voit même plus….. et pourtant indispensables !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *