Saint-Vallier – Les pirates achèvent les Queulots

Le festival des Queulots folies fêtera ses dix ans l’an prochain. Sauf que certains des partenaires commencent à s’essouffler. Ils reprochent un manque de concertation.

La 9e édition du festival des Queulots folies s’est ouverte avec les Brigands vendredi, elle s’est refermée dimanche soir quand une bande de pirates à débarqué à l’ECLA à Saint-Vallier.

Des pirates pacifiques, habitués à voguer sur l’océan Pacifique à la recherche de l’île au trésor, ont pourtant fait escale à Saint-Vallier _ il faudra peut-être revoir les cartes maritimes _ , et là, c’est un tout autre trésor qu’ils ont découvert, la chaude ambiance d’un peuple de p »tiots queulots, tout heureux d’accueillir ces brigands des mers, prêt à hisser le pavillon à la tête de mort et se lancer dans l’aventure avec Lila.

La compagnie Eclats spectacles revisite en musique et en chansons aux accents rock, la piraterie des temps anciens, celle du capitaine à la jambe de bois sans perroquet, genre club Dorothée sans Dorothée mais avec Lila. Aucune ressemblance avec pirate tipiak et ses Bigoudènes, heureusement.

Voilà, le festival des Queulots folies est terminé. Une fois de plus il a rassemblé cette jeunesse à laquelle est si attachée la municipalité valloirienne et en particulier son adjoint à la culture et aux écoles, Christophe Dumont qui a annoncé que « déjà le service spectacle de l’ECLA et sa responsable, Sandy Bailleul, se penchaient sur la 10e édition ».

Dix ans, 10e édition en 2019, le festival pour la jeunesse prend de l’âge et, cette année, un vent contraire commence à souffler dans les voiles du bateau Queulot. La mer s’agite en coulisses.

Pour commencer, les responsables des Queulots folies vont devoir prendre leur bâton de pèlerin pour convaincre à nouveau les communes (Pouilloux, Ciry-le-Noble et Gourdon) qui accueillaient « En attendant le festival » de mordre à l’hameçon en 2019. Certaines n’ont pas vraiment savourer le clown-jongleur et le manque de dialogue avec l’organisation du festival.

Ensuite, sans doute aussi ont-ils perdu un autre des partenaires, le centre culturel Leclerc qui, regrettait Corinne Maillet, « n’est pas juste bon à signer un chèque ». Le coût de l’édition 2018 des Queulots folies, d’après Christophe Dumont « est d’un peu moins 40 000 € ».

Il y a des signes qui ne trompent pas. Fédérer les énergies est une chose, ne pas entretenir le feu conduit à son extinction.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *